mardi 31 mars 2015

Mystères et diableries sous Louis XI : Les Loups du Pontet, Alain Bosc

Titre : Les loups du Pontet 
Auteur : Alain Bosc
Edition : Alain Bosc
Pages : 317
Prix : 2,99€ (c'est sur liseuse)
4e de couverture : "Nous somme à la fin du Moyen-Age. La guerre de Cent Ans est finie depuis 10 ans, Louis XI règne depuis deux ans et déjà des troubles agitent le royaume. Trois paysannes disparaissent dans une forêt enneigée. Deux jours plus tard, c'est une famille entière qui est sauvagement massacrée. Paula et Thomas enquêtent. Paula qui cache à tous son identité féminine pour vivre une vie plus exaltante que celle alors réservée aux femmes. Thomas, né quand les Anglais tenaient l'Aquitaine, d'une mère Bordelaise et d'un père marchand Anglais. Qui sont-ils vraiment ? Rien ne vaut un dangereux adversaire pour se découvrir..."




Mon avis : 

Tout d'abord, merci à l'auteur Alain Bosc pour m'avoir fait confiance et envoyé son livre. Il recherche d'ailleurs des chroniqueurs pour son livre si vous voulez le contacter, voici sa page Facebook

Le livre commence par une petite remise en situation historique que je trouve très utile vu cette période tourmentée. Ensuite, on rencontre un vieil homme se faisant passer pour un pélerin afin d'aller regarder une plaque de verre particulièrement belle chez une guérisseuse. On apprend vaguement que pour fabriquer cette pierre, il faut un secret qui était détenu par l'ancien seigneur d'un château du Pontet, dont le descendant vit en Angleterre. Le vicaire Etienne va chercher ce dernier en Angleterre et le ramène secrètement à Bordeaux (à cette époque, il ne fait pas bon d'être Anglais en France). Viennent ensuite trois paysannes qui se font attaquer par ce qui semble être un loup-garou, puis on rencontre enfin Thomas Russ, l'enquêteur, dont l'oncle possède les terres du Pontet. Je n'en dirais pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir de l'enquête et de la découverte des personnages.

En parlant des personnages, au début j'ai eu beaucoup, beaucoup de mal à me repérer. Je ne savais plus qui était qui, qui était gentil ou méchant. Heureusement, j'ai trouvé des points de repères au bout d'une trentaine de pages. Pour vous simplifier :

Thomas Russ : enquêteur, neveu de Tullier, "chef" du Pontet
Montignac : seigneur d'à côté, vieil alchimiste fasciné par le verre
Etienne : vicaire de Sainte-Croix
Charles : descendant Anglais de l'ancien seigneur du Pontet
Paula : amie de Thomas, se fait passer pour un homme. 

Voilà pour les personnages que l'on voit au début et que j'avais beaucoup de mal à repérer. J'ai trouvé les personnages et les relations qu'ils avaient entre eux très bien construits. Je regrette simplement de ne pas m'être plus attachée à Thomas et Paula, j'ai trouvé qu'on restait trop en surface de leur relation, alors que la 4e de couverture promettait un peu plus les concernant. Certes, il faut se concentrer sur l'enquête dans un polar, mais là, leur relation était trop au second plan par rapport à ce que le résumé en annonçait. Je crois que c'est le seul bémol que j'ai à ce livre. 

Sinon, j'ai trouvé l'enquête très bien menée, elle ne s'arrête pas une fois le coupable découvert car Thomas veut aussi comprendre les raisons du crime et j'ai beaucoup apprécié cela. Le contexte historique est très bien exploité et vraiment intéressant, on comprend le contexte politique et les intrigues qui se nouent à l'époque. Moi qui adore l'histoire, j'ai été servie ! Certaines descriptions sont, je pense, un peu longues pour qui ne s'intéresse pas particulièrement à l'histoire de l'époque, mais moi j'ai adoré. 

C'est vraiment un très bon polar historique, il n'usurpe pas son genre et j'ai passé un très bon moment. Je lirais la suite des aventures de Thomas et Paula avec plaisir, en espérant que leur personnage et leur relation soit un peu plus approfondie dans les prochains tomes, et c'est un très bon 17/20. 

Bleu Saphir, Kerstin Gier

Titre : Bleu Saphir
Auteur : Kerstin Gier
Edition : Milan
Pages : 300
Prix : 13,90€
4e de couverture : "Longtemps Gwendolyn pensa être une lycéenne comme les autres. Jusqu'au jour où Gwendolyn comprit. Marquée du sceau des Veilleurs du temps, elle doit désormais voyager à travers les âges, fermer un Cercle auquel elle ne comprend rien, partir à la recherche des Veilleurs du passé, et affronter un comte du XVIIIe, soi-disant immortel. Et puis quoi encore ? Tout ce qu'elle voudrait, elle, c'est que Gidéon l'embrasse pour de bon !"






Mon avis : 

Et bien j'ai mieux aimé que le tome 1. Oui oui.
Pour la chronique de Rouge Rubis, c'est ici

On retrouve Gwendolyn entre deux missions dans le passé. Sa relation avec Gidéon évolue mais son comportement reste étrange avec elle, et on en apprend plus sur le pourquoi du comment de la fuite de Paul et Lucy dans le passé avec le chronographe. Voilà, je n'en dis pas plus vu que c'est un tome 2, pour ne pas vous gâcher la surprise.

J'ai mieux aimé que le tome 1, notamment au niveau des personnages. J'ai bien aimé la façon qu'a eue l'auteur pour aborder la relation amoureuse entre Gwen et Gidéon (non mais la fin du roman quoi !), on ne sait pas trop ce que pense ou ressent réellement Gidéon et pourtant on lui sent un attachement réel à Gwendolyn même si son comportement à certain moments le dément. Gwendolyn également m'a un peu moins énervée que dans Rouge Rubis, je l'ai trouvée un peu plus mature. Bon Charlotte est toujours aussi pimbêche et tête à claques par contre. 
Enfin, j'ai particulièrement apprécié l'introduction d'un nouveau personnage : Xemetrius, petit démon-gargouille hilarant qui n'a pas sa langue dans sa poche et qui est en manque d'affection. Il a ajouté un côté très drôle tout en étant utile (un démon-gargouille vieux de plus de 100 ans c'est très utile pour connaître les moeurs du passé). 

Enfin, l'écriture de Kerstin Gier est toujours aussi simple et agréable, je déplore moins les dialogues qui m'avaient un peu déplus dans Rouge Rubis, mais je déplore encore, malheureusement le manque d'utilisation du contexte historique (comparé au tome 2 de la série All Souls de Deborah Harkness, qui traite aussi de voyage dans le temps, on voit bien qu'ici, ce n'est vraiment pas assez exploité).

Je ne vois pas vraiment quoi dire d'autre sans spoiler, si ce n'est que pour l'instant, la série va en s'améliorant selon moi. J'attends de lire le troisième et dernier tome, Vert Emeraude, pour me faire un avis vraiment complet. Un bon 17/20 en moyenne.  

Struck : film VS livre

Le livre : 

Pour avoir mon avis sur le livre, un petit résumé ainsi que sa fiche d'identité, rendez-vous sur ma chronique ici.


Le film :


Titre : Struck by Lightning
Réalisateur : Brian Dannelly
Acteurs principaux : Chris Colfer, Sarah Hyland, Matt Prokop, Christina Hendricks, Rebel Wilson, Allison Janney
Bande d'annonce : 


J'ai adoré ce film ! Les acteurs sont géniaux chacun dans leur rôle. Chris Colfer, que j'avais toujours vu en gay, très gay dans Glee est absolument génial en mec blasé par la vie et toujours en colère contre le monde. Rebel Wilson (qu'on retrouve dans The Hit Girls) est toujours aussi drôle et en plus ici elle est touchante. J'ai également retrouvé les deux acteurs principaux du Geek Charmant : Sarah Hyland et Matt Prokop, ce qui m'a fait plaisir et ils sont également supers ! 
Le film est visuellement très beau, pour certaines scènes de discussion, la caméra n'est pas très proche des personnages, on voit par exemple, floutés au premier plan, des fleurs ou un arbuste, je trouve que ça donne un côté très esthétique au film. 
Il y a des moments drôles et des moments très tristes et touchant, notamment la fin avec la réaction de la mère face à la mort de Carson (non non je ne spoile rien, on l'apprend dès les premières minutes du film !). Vraiment c'est un film que je recommande !

Du livre au film :

Je trouve que Chris Colfer a très bien adapté son propre roman, d'ailleurs pour les adaptations, ce devrait toujours être l'auteur qui gère le scénario, on aurait peut-être moins de déceptions ! Le film et le livre se complète. Dans le livre, on voit vraiment toute la rancoeur de Carson face au monde, et dans le film c'est un peu atténué mais ça ne m'a pas dérangée car ça m'a fait plus apprécier le personnage, je trouve qu'on voit mieux son évolution personnelle. Ils se complètent également car le livre étant du point de vue de Carson, il s'arrête dès que celui-ci est foudroyé par un éclair. On ne l'apprend d'ailleurs que par un article de journal inséré à la fin du livre. Dans le film, la voix off de Carson commente son enterrement et on voit les réactions des différents personnages à la nouvelle de sa mort (la scène avec la mère...j'en ai pleuré...). Chris Colfer est parfait dans son rôle, les autres personnages également je les imaginais tous comme ça, c'est vraiment génial. 
Je conseille vraiment ce film à tout le monde en complément du livre. Et c'est rare que je dise ça, mais si je devais en choisir un, je prendrais le film, car il est plus complet que le livre. 

Bilan Lecture de Mars

Ca y est, c'est l'heure du bilan de mars. J'avoue que je suis fière. Très fière. Je crois que j'ai rarement lu autant de livres en un mois, si bien qu'il y a des livres, j'ai l'impression que ça fait très longtemps que je les ai lus, alors que non, ça fait 2 semaines. 
J'ai lu un total de 25 livres, dont 2 nouvelles, 1 pièce de théâtre et 1 BD. Soit, 8186 pages de roman/nouvelle/pièce lues. 



Sur la photo, il manque quelques livres plus les ebooks ;)


Voici donc la liste :

BD :
- Les 3 fruits, Oriol & Zidrou

Nouvelles : 
- Benito Cereno, Herman Melville
- Il était une fois Cinder, Marissa Meyer

Théâtre : 
- Ubu Roi, Alfred Jarry

Romans : 
- Struck : Comment foudroyer sa réputation en un éclair, Chris Colfer
- Rouge Rubis, Kerstin Gier
- Bleu Saphir, Kerstin Gier
- Eragon, Christopher Paolini
- Player One, Ernest Cline
- Princess Bride, William Goldman
- La voix du couteau, Patrick Ness
- Le Cercle et la Flèche, Patrick Ness
- La guerre du Bruit, Patrick ness
- Les aventures de Tom Sawyer, Mark Twain
- Les aventures d'Huckleberry Finn, Mark Twain
- Le vagabond des étoiles, Jack London
- Laudanum, Virginie Bégaudeau
- A kiss by the book, Christy Hayes
- Ever After High, Shannon Hale
- Nos faces cachées, Amy Harmon
- Cinder, Marissa Meyer
- Le livre de perle, Timothée de Fombelle
- Boys don't cry, Malorie Blackman
- Les loups du Pontet, Alain Bosc
- Hate List, Jennifer Brown

Avec ça, j'ai commencé Wuthering Heights d'Emily Brontë. J'en suis à 90 pages mais le niveau d'anglais est assez ardu donc j'avance lentement. Je peux donc tout de même dire que j'ai respecté ma PAL de mars et j'ai même lu 11 livres en plus...WOUAH !

Parmi ces livres il y a eu : 


Des lectures VO 




Des coups de coeur 





Des découvertes parmi les classiques et la fin d'un challenge




Une grosse déception


Et beaucoup de lectures adaptées en film !








Toutes les chroniques ne sont pas encore écrites, mais elles ne vont pas tarder. En tout cas ça a été un très bon mois ! Je ne pense pas lire autant en avril, mais vous le verrez à ma PALM qui arrivera demain.
Et vous, vos lectures du mois ? 




lundi 30 mars 2015

Boys don't cry, Malorie Blackman

Titre : Boys don't cry
Auteur : Malorie Blackman
Edition : Milan
Pages : 287
Prix : 12,50€
4e de couverture : "Dante attend les résultats de ses examens. Le courrier qui lui ouvrira les portes de l'université. De sa future vie. Celle dont il a toujours rêvé. Mais quand on sonne enfin à la porte, ce c'est pas le facteur, c'est Mélanie. Son ex-copine, dont il n'a plus entendu parler depuis des mois. Avec un bébé. Le sien. Le leur. Etre père à 17 ans ? Il y a de quoi pleurer... Mais les garçons ne pleurent jamais..."







Mon avis : 

Ce livre, tout le monde m'en parlait comme d'un coup de coeur. Même si ça ne l'a pas été tout à fait pour moi, je comprends que ça l'ai été pour certains. 
L'histoire se fait sous deux points de vues : celui de Dante, et celui de son frère Adam. On suit leur histoire en parallèle. Dante apprend qu'il est père, et Mélanie s'enfuit en lui abandonnant leur fille d'1 an, Emma. Et Adam lutte contre la discrimination pour son homosexualité. 
Au début, Dante nie en bloc l'idée d'être père, ses relations avec le sien sont difficiles, et il s’apprête à aller à la fac. Il flippe de s'occuper d'un enfant, mais petit à petit, on le voit prendre ses responsabilités. 
Adam, quant à lui, tente d'aider son frère tout en faisant accepter son homosexualité à son père. 
Les deux frères, touchants dans leurs combats m'ont beaucoup émue. 

J'ai aimé les deux personnages autant l'un que l'autre. L'auteur a réussi à nous montrer une réalité bouleversante : ce ne sont pas que les pères qui abandonnent leurs enfants, et Dante doit faire face à ces préjugés comme quoi un enfant à forcément besoin d'une mère et qu'un homme ne sait pas s'en occuper. Et Adam, lui, doit lutter contre son amour pour un homme qui ne s'accepte pas. Tous les deux bouleversants, ils évoluent et grandissent de leurs épreuves. J'ai du mal à parler de ce livre car il m'a vraiment chamboulée. 
Je regrette tout de même de ne pas avoir eu plus souvent le point de vue d'Adam, je dirais que son point de vue ne prend qu'un quart du livre alors que selon moi il était tout aussi intéressant que son frère. 
Je regrette également qu'il n'y ai pas eu quelques pages en plus...Pour savoir si Mélanie revient chercher Emma par exemple. Je serais bien restée avec ces personnages un peu plus longtemps...

Enfin Malorie Blackman a toujours une plume aussi touchante. Je l'avais découverte dans Entre chiens et loups qui avait été un coup de coeur monstrueux quand je l'avais lu, et je l'ai retrouvée dans cette histoire. Elle continue à explorer la psychologie et les différences entre les gens, de même que les préjugés et c'est toujours aussi beau. On ne ressort pas de ses livres sans en tirer quelque chose et c'est ce que j'aime dans un roman, qu'il me fasse réfléchir. Un très bon 19/20. 

Les 3 fruits (BD), Oriol & Zidrou

Titre : Les 3 fruits
Auteur/Illustrateur : Oriol & Zidrou
Edition : Dargaud
Pages : 80
Prix : 16,45€
4e de couverture : "Un roi, vieillissant, voyait avec terreur s'approcher, de la mort, l'inéluctable heure. Le vieil homme alors, conclut un pacte avec un mage : "Mange la chair du plus vaillant de tes trois garçons et il te sera donné la vie éternelle !" promit le démon. 
En échange, ce dernier ne demanda qu'une chose : la main de la fille du roi, la belle Estelle. 
Les trois princes partirent donc pour accomplir la noble mission que chacun d'eux, s'était assignée..."





Mon avis : 

Cet album, sous forme de conte, nous raconte la folie des hommes. Ce n'est pas un conte pour enfants, c'est un conte pour adultes. 
On y rencontre un vieux roi, il a trois fils et une fille, ainsi qu'une femme qui l'aime. Mais il a peur de mourir. Après avoir tué ses savants qui ne pouvaient lui apporter de solution, il passa un accord avec un mage. Sous couvert de promettre sa succession à son fils le plus brave, il les envoya chacun effectuer une épreuve de leur choix afin d'éprouver leur vaillance. Une fois le plus courageux sorti du lot, il avait prévu de le manger. Voilà donc les trois princes partis, et Estelle, restée seule à prier pour leur retour. 
Je n'irais pas plus loin dans l'histoire pour ne pas trop vous en dévoiler. Sachez juste qu'elle est sombre, très sombre et que les dessins le reflètent bien. Ils semblent esquissés à la craie/pastel, sans réels contours, c'est très joli mais en même temps, les couleurs assez sombres, hormis le rouge, donne une atmosphère lugubre à cet album. 
J'ai beaucoup aimé les effets de répétition à certains moments qui accentuaient l'aspect conte, et j'ai aimé que l'horreur du geste du roi ne soit pas édulcorée. 
Malheureusement, le point positif est aussi négatif car les dessins accentuent le côté très sombre de cette histoire, les visages sont anguleux, les couleurs sombres sauf le rouge couleur de sang, je préfère les univers plus lumineux. En dehors de cela, c'est une très belle bande dessinée, un très bel objet livre que je recommande pour les adultes, mais certainement pas pour les enfants ! Un bon 16/20. 

dimanche 29 mars 2015

L'Héritage 1 : Eragon, Christopher Paolini

Titre : Eragon
Auteur : Christopher Paolini
Edition : Bayard Jeunesse
Pages : 680
Prix : 10,90€
4e de couverture : "Depuis des décennies, le mal règne dans l'Empire d'Alagaësia. Or, un jour, Eragon, un jeune fermier, découvre au coeur de la forêt une pierre magnifique. Elle est si bleue, si lisse ! Fasciné, il l'emporte à Carvahall, le village où il vit avec son oncle et son cousin. Comment pourrait-il deviner qu'il s'agit d'un oeuf, et qu'un dragon porteur d'un héritage ancestral, aussi vieux que l'Empire lui-même, va éclore...? Dès lors, la vie d'Eragon est bouleversée. Contraint de quitter les siens, il s'engage dans une quête qui le mènera aux confins de l'Alagaësia. Guidé par les conseils de Brom, un vieux conteur, le garçon devra affronter, avec son dragon bleu, les terribles ennemies envoyés par le roi dont la malveillance démoniaque n'a aucune limite. Eragon n'a que quinze ans, mais le destin de l'Empire est désormais entre ses mains."



Mon avis :

Je lis peu de fantasy, mais cette série je l'avais lue au collège sur les conseils de ma soeur. Je ne sais pas pourquoi, je m'étais arrêtée au tome 3 sur 4. Quand une lecture commune a été proposée sur Livraddict, j'ai sauté dessus car j'avais la petite frustration d'avoir lu presque toute la série, mais de ne pas l'avoir finie à un tome près.

Cette histoire s'ouvre sur une elfe poursuivie par un Ombre et des monstres alors qu'elle transporte une mystérieuse pierre. On la voit jeter un sort puis l'Ombre, en rage, voit la pierre disparaitre. Le premier chapitre passe ensuite sur la découverte par un jeune garçon, Eragon, de la fameuse pierre qui se révèle en fait être un oeuf de dragon. Après quelques semaines, son oncle se fait attaquer et meurt, Eragon, recueilli par Brom, doit s'enfuir pour se venger, et aussi découvrir qui est la mystérieuse femme qu'il voit se faire torturer dans ses rêves...
J'ai beaucoup aimé l'histoire, Christopher Paolini développe un univers qui lui est propre avec des noms de ville qui dépaysent, des personnages fantastiques comme les elfes ou les nains. Il installe un contexte politique qu'il développe petit à petit et qui je pense va prendre plus d'ampleur dans les prochains tomes et ne manichéise pas trop son histoire (je crois que je viens d'inventer un verbe). J'ai apprécié que le temps ne passe pas trop vite entre la découverte de l'oeuf et le départ de Carvahall, cela rajoute de la réalité à l'histoire et ça change des livres où le héros change de vie du jour au lendemain, en cela, ça m'a fait penser au début du Seigneur des Anneaux de Tolkien.

Les personnages sont intéressants et creusés. J'aurais aimé en savoir un peu plus sur Brom, mais je compte sur les tomes suivants pour m'en apprendre davantage. De même concernant Morzan et un peu tous les personnages d'ailleurs, mais le propre d'une saga est de ne pas tout révéler dès le début.

Je pense que le seul reproche que je peux faire à ce premier tome concerne les dialogues. Le langage est très beau et bien structuré mais justement, des fois ça sonne vraiment trop travaillé, on dirait que les personnages ont réfléchi des heures avant de discuter entre eux et c'est dommage, bien que ce soit agréable à lire, on perd en crédibilité.

C'est donc une bonne saga que Paolini semble mettre sur pied mais j'attends de voir la suite pour savoir si elle devient encore meilleure avec le temps. Un bon 17/20. 

Struck : Comment foudroyer sa réputation en un éclair, Chris Colfer

Titre : Struck : Comment foudroyer sa réputation en un éclair
Auteur : Chris Colfer
Edition : Michel Lafon
Pages : 300
Prix : 15,95€
4e de couverture : "Clover, c'est l'enfer sur terre. Et c'est dans cette ville perdue au milieu de nulle part que Carson est coincé avec sa mère, une déglinguée sous médocs. Il n'a qu'une chose en tête : s'échapper de là au plus vite pour l'université de Northwestern, et commencer une brillante carrière de journaliste. Seulement, pour y être admis, il doit créer un magazine littéraire. Vaste entreprise que de motiver ses camarades qui ne s'intéressent qu'à l'écriture des textos ! Une seule solution pour les impliquer dans le projet : le chantage !"





Mon avis : 

Adorant Chris Colfer pour son rôle dans la série Glee, voilà un moment que je mourrais d'envie de le découvrir comme auteur. Sa saga "The land of stories" patiente d'ailleurs encore dans ma PAL, mais j'ai sorti Struck assez rapidement au vu de sa taille.

Dès les premières pages, Carson nous montre qu'il déteste Clover, son lycée, les gens de son lycée et qu'il se croit supérieur à tout le monde. Abandonné par son père, avec une mère dépressive, il ne rêve que d'entrer à Northwestern mais il apprend que pour avoir plus de chances, il doit créer un magazine littéraire. Déjà président du club de journalisme et d'écriture, il voit bien la difficulté qu'il doit affronter : faire écrire les élèves de son lycée. Alors qu'il sort d'une réunion du club d'écriture, il surprend les deux garçons les plus populaires ensemble dans les toilettes. Il leur fait alors comprendre que s'ils veulent qu'il garde le secret, ils doivent faire partie du club d'écriture. Quand Malerie, sa binôme de journalisme, apprend ça, elle lui dit que s'il savait des choses sur tout le monde, il pourrait les manipuler. Carson se met alors en tête de devenir un corbeau et de faire chanter les têtes d'affiche du lycée pour qu'elles participent à son magazine littéraire.

L'histoire est intéressante je trouve, car on voit évoluer Carson dans sa façon de penser. Au début il semble très détaché et méprisant pour le monde qui l'entoure, mais au fur et à mesure, il ne peut s'empêcher de s'interroger sur le bien-fondé de ses actions. Son langage très châtié et cynique est surprenant au début et en fait je crois que j'ai aimé ne pas aimer Carson, car malgré tout son humour cynique était assez drôle même si je n'aimais pas sa façon de penser et de se croire au dessus de tout. Certes, il n'a pas une vie facile, mais il ne fait rien pour l'améliorer en attendant de partir à la fac et j'ai du mal avec les personnes comme ça. Sinon j'ai beaucoup aimé le personnage de Malerie, elle est drôle et naïve. Même si Carson est parfois infect avec elle, elle travaille et n'en prend pas ombrage. Le personnage de la grand-mère également, ajoute une touche de douceur à ce livre très dur dans ses propos.

Le style d'écriture de Chris Colfer dans ce livre est à la fois agréable et gênant. Gênant parce qu'on est sous le point de vue de Carson et qu'il est insupportable, mais agréable car le livre se lit très vite. La leçon de vie qui s'y dessine est très intéressante je trouve et Chris Colfer a su insuffler une réalité grinçante à son personnage.

Bien que je comprenne pourquoi il n'a pas les meilleures notes du monde sur Livraddict, j'ai bien aimé ce livre et j'ai hâte de voir ce que Chris Colfer en a fait en film. Un bon 15/20. 

samedi 28 mars 2015

Ever After High : série VS livre

Ce livre j'en avais entendu parler sur la chaîne de MalorieDunsBooks, et il me tentait mais sans plus. Mais quand je me suis promenée sur Netflix et que j'ai vu qu'une série en était tirée, je n'ai pas hésité et j'ai lu/vu les deux, et voici mon avis !


Le livre :

Pour avoir mon avis sur le tome 1, un petit résumé ainsi que sa fiche d'identité, rendez-vous sur ma chronique ici.


La série : 


Titre : Ever After High
Réalisateur : Brandon James Scott
Production : Netflix
Générique : 


La série fait très (trèèèèèèèèèèèèèès) girly. Filles en talons hauts, jolies robes/jupes, cheveux longs, couleurs très roses et pimpantes, filles incroyablement jolies. Bref, le kit parfait pour plaire aux jeunes filles de 8-12 ans. Cela dit, même plus âgée ça se regarde (non, je ne cherche pas à me justifier). L'avancée dans les épisodes est un peu chaotique. La première saison compte 4 épisodes sur Netflix, la deuxième un seul. En regardant sur Wiki, j'ai compris qu'une saison Netflix était égale à un chapitre de 11 épisodes sur Wiki. L'histoire est racontée par un narrateur et la première saison suit Raven dans sa tentative de ne pas signer le livre des légendes. Bien que très jeunesse, la série est agréable à regarder. Malgré tout, certains dialogues font crisser des temps tellement ils sont niais. 


Du livre à la série : 

En réalité, l'épisode un raconte le premier tome, et les autres épisodes de la première saison développent ce qu'il se passe dans l'épisode un et nous montrent quelques anecdotes sur l'univers d'Ever After High et ses élèves. Autant le monde est bien adapté, autant je trouve que la série ne respecte le livre que dans les grandes lignes. Le seul point commun est que Raven refuse de signer pour suivre le destin de sa mère. On ne voit pas tout le cheminement qu'elle fait pour en arriver là, on ne voit pas sa mère et l'emprise qu'elle a sur elle. C'est dommage car pour moi l'intéret de cette histoire c'est le contexte : la difficulté d'être un enfant de conte de fée. Or, la série se concentre plus sur les petites histoires de coeur entre les élèves, et là on voit que c'est vraiment tourné jeunesse. 
Cela dit, la série reste agréable à regarder et j'attendrais la suite. 

Princess Bride : film VS livre

Princess Bride est un de mes romans doudou, et pourtant il est niais. Très niais. Le film est également un de mes préférés même s'il a beaucoup de défauts. C'est ce que je vais vous montrer ici. 


Le livre : 

Pour avoir mon avis sur le livre, un petit résumé ainsi que sa fiche d'identité, rendez-vous sur ma chronique ici.


Le film :



Titre : The Princess Bride
Réalisateur : Rob Reiner
Acteurs principaux : Cary Elwes, Robin Wright, Mandy Patinkin
Bande d'annonce : 



Je ne vais pas mentir, c'est un vieux film et ça se voit. La qualité de l'image n'est pas la meilleure, il n'y a pas vraiment d'effets spéciaux et les animaux monstrueux font extrêmement faux. Mais je pense que c'est fait exprès justement parce que cette histoire est celle d'un conte et ça correspond à l'atmosphère générale. 
J'ai adoré l'acteur qui joue Westley, il a un côté drôle et blasé qui donne cette touche d'humour très appréciable. Les dialogues sont aussi très drôles pour certains car ils ont mis un langage actuel dans un monde qui semble être à l'époque moyenâgeuse (genre on dit "emmerder", on parle de "Big Mac"). Par contre j'ai eu du mal avec Bouton d'Or, jouée par Robin Wright, je trouve qu'elle n'a presque pas d'expressions faciales (bon ça c'est commun à presque tous les acteurs du film...) mais en plus, elle n'a presque jamais d'intonations de voix, c'est un peu énervant. 
Les décors semblent beaucoup en carton-pâte, mais les costumes sont magnifiques. De même la musique est, je trouve, parfaitement choisie, elle est simple, a un thème un peu Moyen-Age et sait se faire discrète tout en accroissant le suspense. 
Enfin, la scène du combat entre Inigo et le comte Rugen met des frissons je trouve, elle monte en intensité par la répétition de "Bonjour, je m'appelle Inigo Montoya, tu as tué mon père, prépare-toi à mourir !" c'est sublime. 


Du livre au film :

Je trouve que le film adapte globalement bien le livre. Le côté vieux film avec les décors et monstres qui font faux accentue le côté "enfant", "conte", je trouve que cela donne du cachet (ça me fait d'ailleurs un peu penser au "Magicien d'Oz). Les personnages correspondent assez bien physiquement et mentalement (Westley et Inigo sont magnifiques), sauf Feezik que je voyais plus niais. 
Rajouter des éléments très actuels dans les dialogues n'enlève rien au cachet de l'histoire et ajoute un peu d'humour, à mon avis c'est un peu le pendant des interventions de Morgenstern dans le texte où il situe l'histoire dans le temps par rapport à d'autres choses complètement inutiles. 
Mon gros problème est qu'ils n'ont pas vraiment repris la déclaration d'amour entre Westley et Bouton d'Or au tout début du film, elle est complètement survolée alors que pour moi c'est un moment très fort et très beau. Je trouve que du coup on croit un peu moins à leur histoire d'amour et c'est dommage. Le reste suit assez bien la trame, bien que je trouve que certains événements passent très vite. Le film ne durant qu'1h38, je pense qu'on aurait pu se permettre de s'attarder un peu plus sur certains passages.
Enfin, mention spécial au couple de Max le Miracle, ils sont hilarants et c'est génial !!!!

jeudi 26 mars 2015

Ever After High 1 : Le Livre des Légendes, Shannon Hale

Titre : Le livre des légendes
Auteur : Shannon Hale
Edition : Hachette
Pages : 316 (en ebook, il en fait 190)
Prix : 12,90€
4e de couverture : "L'école Ever After High n'est pas une école comme les autres : les pensionnaires sont tous des descendants des héros des contes de fées, Blanche-Neige, la Belle au bois dormant, Cendrillon... Chaque année, ils doivent signer le livre des légendes, le fameux grimoire qui contient leur destinée. Raven est la fille de la Méchante Reine, sa destinée est donc toute tracée : elle doit empoisonner la future Blanche-Neige. Mais comment faire quand on est la fille la plus gentille qui soit ?"






Mon avis : 

On ne va pas se mentir, ce livre fait très "jeune fille", genre 12-13 ans. Mais le côté conte m'a attiré.
On suit l'histoire de Raven Queen au lycée, de ses amies Apple White (fille de Blanche-Neige), Dexter, Daring et Darling Charming (enfants du prince charmant), Ashlyn Ella (fille de Cendrillon), Briar Beauty (fille de la Belle au Bois Dormant), Madeline Hatter (fille du Chapelier Fou), Hunter Hunstman (fils du chasseur),... et du directeur du lycée Milton Grimm. L'histoire commence à la rentrée scolaire des adolescents en deuxième année, l'année où ils doivent signer le livre des légendes et promettre de suivre le destin de leurs parents. Mais Raven ne veut pas finir comme sa mère, emprisonnée, et puis, elle n'est même pas méchante ! Mais Milton Grimm lui dit bien que si elle refuse de signer, elle disparaîtra, elle, son histoire et les personnages qui sont liés à son histoire. Pour Apple White, c'est une catastrophe, elle tient à sa fin de conte de fée !!! Alors elle va tout faire pour que Raven signe, quitte à la suivre dans sa quête de la vérité...

Les personnages sont intéressants et la question de suivre le destin des parents est évaluée sous plusieurs angles. Comment le suivre s'il empêche l'amour ? S'il n'a pas une fin heureuse ? Si on ne veut pas être méchant ? J'ai beaucoup aimé la déclinaison des différentes situations selon les personnages. Ces enfants de contes de fées sont adorables, on s'attache facilement à eux, ils sont drôles (mention spéciale à Madeline Hatter !) et j'aime les relations qui se nouent entre eux. Le seul problème pour moi, c'est que c'est très girly et très jeunesse. Mais bon, on ne peut pas tout avoir.

Le style de l'auteur est agréable et simple. De temps en temps, Madeline a des conversations avec le narrateur, qu'elle est la seule à entendre, et que j'ai trouvé très drôles ! Je lirais la suite avec plaisir car même si c'est très jeunesse, l'intrigue et les personnages sont intéressants, j'ai envie de savoir si Raven va oui ou non suivre le destin de sa mère et si Ashlynn et Briar vont choisir ou non de changer leur destin. C'est un bon 15/20. 

mercredi 25 mars 2015

Player One, Ernest Cline

Titre : Player One
Auteur : Ernest Cline
Edition : Michel Lafon
Pages : 404 (après coup ça m'a fait rire qu'un livre geek ait 404 pages (404 : not found))
Prix : 17,95€
4e de couverture : "Nous sommes en 2044, et la Terre n'est pas belle à voir. Les ressources manquent et les conditions climatiques sont catastrophiques. Comme la majeure partie de l'humanité, Wade Watts passe son temps dans l'OASIS, un monde virtuel où chacun peut faire et être ce qui lui chante. Pour oublier la réalité. Oublier les coups de sa tante qui l'a adopté et la misère dans laquelle il vit. Et comme la majeure partie de l'humanité, Wade rêve d'être celui qui décrochera le ticket gagnant de la grande loterie. James Halliday, le créateur de l'OASIS, est mort quelques années auparavant sans laisser de successeur. Pour décider du sort de sa fortune, il a créé une véritable chasse au trésor qui guidera les plus rusés vers l'énigme finale. Battre des recors à Pac-Man, réciter par coeur les paroles de Devo ou trouver les failles des jeux vidéos cultes : voilà l'unique moitié d'accéder à son héritage colossal. Des centaines de personnes ont essayé, en vain. Joueurs invétérés ou grands organismes mondiaux corrompus, tous s'y sont cassé les dents. Wade se dit qu'il serait peut-être capable de relever le défi. Et il résout la première énigme. Mais l'aventure ne fait que commencer, car d'autres joueurs se joignent à la partie. Et ils ne reculeront devant aucun meurtre ni aucune trahison pour remporter la partie. Wade n'a plus d'autre choix s'il veut survivre : il doit gagner."



Mon avis : 

Ce livre me faisait de l'oeil depuis longtemps. Pourquoi ? Parce que même si j'adore les livres, j'aime aussi un peu les jeux vidéos, les années 80 et les chasses au trésor...Alors quoi de mieux que ce livre ?!

L'auteur ouvre son histoire par une rapide présentation de la vie de Wade Watts, du monde tel qu'il est devenu. Il y a si peu d'énergie et de place qu'ils ont créé les "piles", ce que l'on voit sur la couverture, ce sont des empilements de caravanes et les gens vivent dedans. Là, Wade, comme tout le monde, s'échappe le plus possible dans l'OASIS, une réalité virtuelle gratuite et accessible à tous. Il va même à l'école dans cette réalité virtuelle car il y a si peu d'énergie, et tellement de pauvreté que cela coûte moins cher d'envoyer les enfants s'éduquer avec des programmes éducatifs dans une réalité virtuelle que de les envoyer à l'école. Cinq ans auparavant, James Halliday est mort en laissant un message avec une énigme. Pour avoir son héritage, il faut trouver, dans l'OASIS, trois clés qui ouvrent trois portails. L'énigme est censée révéler l'emplacement de la clé de cuivre. Après cinq ans de recherche, la clé est toujours introuvable pour le monde entier, mais alors qu'il commençait à perdre espoir, Wade trouve, sans le vouloir, un indice l'aidant à déchiffrer l'énigme. A partir de là, les membres de l'IOI, une organisation mondiale qui veut rendre l'OASIS payante, vont essayer de le manipuler ou du moins de l'empêcher de gagner avant eux.
Je n'en dirais pas plus sur l'histoire, si ce n'est que j'aurais bien aimé qu'il y ait quelques pages en plus à la fin pour montrer l'après chasse au trésor. J'ai trouvé que ça se finissait un peu en queue de poisson.

Outre l'histoire qui m'a passionnée, je trouve que l'auteur a réussi à faire passer un message avec son univers futuriste. 2044, ce n'est pas si loin de nous, et quand on voit ce que l'on est devenu dans son futur à force de gaspiller l'énergie, ça donne à réfléchir.

Les personnages sont aussi intéressants car ils permettent d'aborder un autre thème : peut-on vraiment connaître des gens que l'on n'a jamais vu en vrai mais avec qui l'on discute par internet ? J'ai beaucoup aimé la manière qu'a eu l'auteur de traiter cet aspect car il n'est pas tombé dans le cliché. Les personnages principaux : Wade, Aech, Art3mis (non il n'y a pas de faute) et Sorrento ont tous des particularités dont je ne peux malheureusement pas parler sans spoiler. La petit romance qui se noue entre Wade et Art3mis est un peu énervante par moment car, étant dans la tête de Wade, ses états d'âme par rapport à ça peuvent être franchement ennuyeux, mais j'ai apprécié le dénouement sur ce point.

Quand au style...l'auteur a su transmettre sa passion pour les années 80 et sa culture pop. Que ce soit les jeux vidéos, la musique ou les films, moi qui suis née après cette période, j'ai compris, j'ai reconnu des choses et j'ai aimé cela ! Je me suis amusée à tenter de déchiffrer les énigmes, même si je n'ai pas la culture pour. Il a un style accrocheur, je ne pouvais pas m’empêcher de tourner les pages et c'était agréable.

Un très bon roman, que je conseille à tous, geek ou pas, un 19/20 sans hésitation et que je relirais avec plaisir ! 

mardi 24 mars 2015

Princess Bride, William Goldman

"De l'escrime. Du combat. De la torture. Du poison. Le grand amour. La haine. La vengeance. Des géants. Des chasseurs. Des méchants. Des hommes bons. Des dames plus belles que tout. Des serpents. Des araignées. Des bêtes de toutes natures et de toutes formes. Des lâches. Des hommes forts. Des poursuites. Des évasions. Des mensonges. Des vérités. La passion. Des miracles."





Titre : Princess Bride
Auteur : William Goldman
Edition : Bragelonne (Edition du 40e anniversaire du livre)
Pages : 337
Prix : 34€ (l'édition Milady poche est à 8€)
4e de couverture : "Il était une fois la plus belle des aventures, auréolée par le grand amour, le seul, le vrai. Le conte intemporel de S. Morgenstern redécouvert et abrégé par William Goldman, est peuplé de personnages aussi inoubliables que Westley, le beau valet de ferme qui risque sa vie pour la femme qu'il aime; Inigo Montoya, le fabuleux bretteur qui ne vit que pour venger la mort de son père; Feezik, le plus doux et le plus fort des colosses... et bien sûr, Bouton d'Or : la princesse, la fiancée, la femme idéale, la plus belle de toute l'histoire du monde."





Mon avis : 

Ce livre a été pour moi une relecture. J'en avais entendu parler pour la première fois dans la série Kate Daniels d'Ilona Andrews car c'était le roman préféré de Kate et que Curran reprenait la déclaration "Comme vous voudrez". Ma première lecture avait été agréable mais un peu décevante, je crois que j'en attendais trop. Pourtant je l'ai relu, et bien j'ai encore plus apprécié que la première fois !

C'est l'histoire typique de conte : une jeune paysanne tombe amoureuse du valet de ferme, celui-ci part faire fortune mais meurt au large, la jeune fille accepte alors d'épouser un prince mais qu'elle n'aime pas et la veille du mariage, elle se fait enlever... Bon ok, ce n'est peut-être pas le conte type... Mais beaucoup d'éléments sont clichés, comme la princesse qui est la plus belle femme de toutes, le valet de ferme invincible, le prince/roi méchant. L'histoire peut sembler banale, et il est vrai que certains passages font très exagérés (comme les RATI dans le Marais de Feu), mais comme on le sait que ça va être exagéré, ce n'est pas gênant. Soyons francs, quand on prend cette lecture, on ne s'attends pas à du réalisme. On s'attend à de l'amour, de l'action, du mystère,... Tout ce qui est indiqué dans la citation que je vous ai mis en début d'article.

Les personnages sont le point fort de ce livre. Qu'ils soient bons ou méchants, ils vont jusqu'au bout des choses. Le comte Rugen et le prince Humperdinck, les méchants de l'histoire, le sont jusqu'au bout, sans chichis, et ne le sont pas à moitié. Il n'y a pas d'explication à leur méchanceté, ils le sont et c'est tout. J'ai apprécié car maintenant on a tendance à toujours donner des raisons à un méchant pour qu'il soit méchant, alors que bon, des fois dans la vraie vie, il y aura des méchants juste pour le plaisir de l'être !
Mes coups de coeur niveau personnages sont Feezik, Inigo et Westley. Feezik et Inigo ont tous les deux une histoire et elles sont touchantes, chacune à leur façon (et je crois que le passage où Inigo prononce sans cesse sa fameuse phrase : "Bonjour, je m'appelle Inigo Montoya. Tu as tué mon père, prépare-toi à mourir" me fera toujours frissonner). On compatit en même temps que l'on rit devant leurs réactions, on ne peut que les aimer ! Et Westley...Ben c'est Westley quoi, le mec qui viendra toujours sauver la princesse, où qu'elle soit, même s'il meurt. Et pour vouloir sauver une fille aussi niaise que Bouton d'Or, faut sacrément être amoureux. Oui, je ne suis pas une fan de Bouton d'Or. Je la trouve niaise, inutile, stupide et tout ce que vous voulez. Elle joue le stéréotype parfait de la demoiselle en détresse et ça m'énerve. Je crois que c'est même le gros point noir de ce roman.

Concernant l'écriture, cette version est entrecoupée de passages en italique où William Goldman explique les raisons de certaines coupes. Oui, dit comme ça, on trouve ça bizarre et pas forcément agréable, mais la façon dont il le fait rend ces coupures non dérangeantes. C'est un peu comme les parenthèses que Morgenstern ajoute sans cesse dans le texte pour préciser le temps "cela se passe avant ceci mais après cela parce que..." mais qui sont plus comiques qu'autre chose. Morgenstern a le don de faire monter le texte en puissance, je trouve ça assez incroyable.

Ce livre, c'est un peu mon roman doudou, mon roman mignon, pour redevenir une petit fille qui s'émerveille devant l'histoire de princesse. C'est un 17/20 et un classique que je recommande. 

lundi 23 mars 2015

Nos faces cachées, Amy Harmon

Titre : Nos faces cachées
Auteur : Amy Harmon
Edition : Robert Laffont
Pages : 437
Prix : 17,90€
4e de couverture : "Ambrose Young est beau comme un dieu. Le genre de physique que l'on retrouve en couverture des romances. Et Fern Taylor en connait un rayon, elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu'il est si beau, Ambrose demeure inaccessible pour une fille comme elle. Jusqu'à ce qu'il cesse de l'être...
Nos faces cachées est l'histoire de cinq amis qui partent à la guerre. L'histoire d'amour d'une jeune fille pour un garçon brisé, d'un guerrier pour une fille ordinaire. L'histoire d'une amitié profonde, d'un héroïsme du quotidien bouleversant. Un conte moderne qui vous rappellera qu'il existe un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous..."


Mon avis : 

Ce livre a fait le tour de la toile, tout le monde en a parlé comme le "phénomène de l'auto-édition young adult", la plupart des avis étaient des coups de coeur, mais quand il ne plaisait pas, ce n'était pas à moitié, alors j'ai mis un peu de temps à m'y mettre. Mais c'est fait, et voilà mon ressenti...C'est proche du coup de coeur, j'avoue.

Dans ce roman, l'auteur nous présente des adolescents d'une petite ville des USA, le jour du 11 septembre. On voit leurs réactions face à cette catastrophe qui a frappé le pays en 2001. On voit le doute, la peur, la colère, la stupéfaction. C'est à partir de ce moment que tout s'enchaine. Fern, jeune fille pas très jolie, est amoureuse d'Ambrose Young, mais lui est attiré par sa meilleure amie Rita. Quand celle-ci décide de lui écrire, elle demande de l'aide à Fern. S'échange alors une correspondance entre Ambrose et Fern, bien qu'il croit que c'est Rita qui lui écrit. Quand il l'apprend, il rompt avec Rita et ne veut plus voir Fern. Quelques mois plus tard, un recruteur vient au lycée. Ambrose, croûlant sous la pression de ses amis qui ne voient en lui que la star de l'équipe de lutte, et voulant se venger du 11 septembre, s'engage, et fait en sorte que ses amis s'engagent avec lui. Fern, Rita et Bailey, le cousin handicapé et malade de Fern, restent aux USA. Mais quand Ambrose revient 2 ans plus tard, il est défiguré alors que Fern s'est embellie. Ce livre c'est le réapprentissage de la vie et l'acceptation, c'est l'espoir et la peur, l'amour et la douleur.

Ce livre n'a pas un ou deux personnages principaux, il en a huit. Oui, huit. Fern, Ambrose, Bailey, Rita, Paul, Grant, Jesse et Beans. Chacun a son histoire, chacun est touchant à sa façon. Certes, Fern, Ambrose et Bailey sont les personnages les plus détaillés, mais pour moi ils sont tous importants. Bailey est touchant et drôle, il a une philosophie de vie bien à lui au vu de sa maladie qui, il le sait, le tuera prochainement. Il a un rôle important, notamment à la fin, où j'ai pleuré comme pas possible.
Fern est mignonne, douce, tendre, et elle a le coeur sur la main. C'est un peu la fille à laquelle on s'identifie, pas hideuse mais pas un canon de beauté non plus, accro aux romances et très simple.
Ambrose...bon ben euh à la base c'est un fantasme hein ! Mais après, il gagne en profondeur et il m'a vraiment touchée dans son combat pour s'accepter.
Rita ne me paraissait pas intéressante au début, mais en grandissante, en affrontant sa relation avec Berckley, j'ai eu pitié, j'ai souffert pour elle.
Et les garçons...ils incarnent les différentes raisons pour lesquelles un homme peut aller à la guerre. Ils m'ont touchée et j'ai beaucoup pleuré.

Enfin le style de l'auteur. c'est là que j'ai eu du mal. En fait, j'ai trouvé quelques coquilles déjà, et en plus je trouvais que ses phrases n'avaient pas de liant entre elles, c'était très perturbant. Mais d'un autre côté, cette plume particulière donnait un ton très mélancolique à l'histoire et le roman a gagné à avoir ce style là. C'est juste cela qui me fait mettre un 18/20 au lieu d'un 20, mais ce livre est une superbe découverte.

Petit bonus pour ceux qui le liront, la page FB Amy Harmon France a publié une lettre d'Ambrose à Fern, que l'auteur a sorti pour continuer un peu le roman, je vous la laisse ici  :


Acquisitions livresques de Mars

Ca y est ! Il est temps de refaire un Acquisitions livresques ! Ce mois-ci, j'ai pleins de nouveaux livres mais sans avoir l'impression d'avoir vraiment craqué car j'en ai acheté la moitié moins cher.

Voici la pile :



Dedans, nous avons donc des livres issus de...

Ventre privée Michel Lafon :

Aung San Suu Kyi : un portait en mots et en images, Christophe Loviny



Struck, Chris Colfer



Hitler mon voisin, Edgar  Feuchtwanger





Achats occasion : 

Boys don't cry, Malory Blackman



Avant toi, Jojo Moyes



Hate List, Jennifer Brown



Première sortie librairie : 

20 000 lieues sous les mers, Jules Verne (Book Club)




Eragon, Christopher Paolini (LC)



Les chroniques de Spiderwick (intégrale), Di Terlizzi & Black



Nous sommes Charlie, collectif




Deuxième sortie librairie : 

Fangirl, Rainbow Rowell



Le soleil est pour toi, Jandy Nelson




En regardant tout ça, je me dis que pour la plupart j'avais de bonnes raisons : des lectures communes, un book club, de l'occasion, une bonne action, une vente privée et une sortie que j'attendais depuis looooooongtemps (Le soleil est pour toi). Les seuls vrais craquages ont été Les chroniques de Spiderwick et Fangirl. Je suis assez contente :) 
Et vous ? Qu'avez-vous eu comme nouveaux livres ? 

jeudi 19 mars 2015

A kiss by the book, Christy Hayes

Titre : A kiss by the book
Auteur : Christy Hayes
Edition : CAH LLC
Pages : 236
Prix : 8,41€
4e de couverture : "College senior Zach Chamberlain's charmed life has always gone according to script :
Date the prettiest girl in school : check
Football scholarship to a division-one school : check
Heisman contender : check
Buy engagement ring : check
On track to graduate with honors : check
There's just one glitch. His girlfriend is in love with his younger brother and breaks up with in the middle of his senior session. Shocked, betrayed, and embarrassed, Zack turns to the only woman he can trust : his nerdy tutor."




Mon avis en anglais : 

I would like to thank NetGalley and CAH LLC for sending me this ebook. 

First thing: the cover does not do justice to this book and disturbed me during my reading because I could see the heads of the characters.

Now it is made, see the story. Zack was the guy kind of teenage romances, the revered and perfect man. But when he gets dumped by his girlfriend Emily for his little brother Dylan, he turns to his math tutor, Jenna, a "geek" girl. It's a little THE typical scenario romances, but precisely, will they really follow this pattern all the way? That's the whole point of this friendly enough romance. Throughout the book, the protagonists turn around eachother and you wonder if they will really end up going out together one day, it looks like they are living their relationship in half backwards, it's fun!

The characters are interesting because they are deeper than the cliché of romance suggests. Zach  in particular, he makes us think about these boys we think are successful in everything while at the family level, it is not necessarily perfect, and Jenna, juste as us, also sees her prejudices collapse progressively through the book .
I found that even the secondary characters were deep, including the relationship between Dylan and Emily. I liked, especially when I realized later that the author had further deepened in the companion novel "A kiss by Design". It is a couple that makes you want to discover!

Regarding writing, the level of English is not too hard, it is affordable to a terminal level and above, but certain words, specific to American culture need to be found (like "Heisman" which is actually a competition for a national award from the best American college football players). At first I had a little trouble back in the book, it was writing too dry, I was not involved. But from the first argument between Dylan, Zach and Emily, I found it all so realistic, it was amazing. The arguments were not clichés and it was really like if I was seeing people arguing in front of me!
But speaking of clichés sentences ... Sometimes in the middle of romance, the author has set sentences... but I laughed! Animal comparisons when preparing to make love, no more cliché!

So good, good romance, but clichés times may well have made me laugh, but broke the romantic scenes. So a good 14/20 but it does not break three legs to a duck either.


Mon avis en français : 

Tout d'abord, je remercie NetGalley et CAH LLC pour l'envoi de ce titre. 

Première chose : la couverture ne rend pas justice à ce livre et m'a perturbée pendant ma lecture car je voyais ces têtes sur les personnages. 

Maintenant que cela est posé, voyons l'histoire. On a le gars type des romances adolescentes, l'homme adulé et parfait. Mais quand il se fait larguer par sa copine Emily pour son petit frère Dylan, il se tourne vers sa tutrice en mathématiques, Jenna, une fille "geek". C'est un peu LE scénario typique des romances, mais justement, vont-ils vraiment suivre ce schéma jusqu'au bout ? C'est là toute la question de cette romance assez sympathique. Tout le long du livre, les protagonistes se tournent autour et on se demande s'ils finiront vraiment par sortir ensemble un jour, on dirait qu'ils vivent leur relation à moitié à l'envers, c'est rigolo ! 

Les personnages sont intéressants car ils sont plus profonds que ce que le cliché de la romance donne à penser. Notamment Zach, il donne à réfléchir à propos de ces garçons à qui on pense que tout réussi alors que au niveau familial, ce n'est pas forcément parfait, Jenna voit d'ailleurs ses préjugés s'effondrer au fur et à mesure du livre. 
J'ai trouvé que même les personnages secondaires étaient creusés, notamment la relation entre Dylan et Emilie. J'ai bien aimé, notamment quand j'ai compris par la suite, que l'auteur l'avait encore approfondie dans le roman compagnon "A kiss by Design", c'est un couple qui donne envie d'être découvert ! 

Concernant l'écriture, le niveau d'anglais n'est pas trop dur, il est abordable pour un niveau terminale et plus, mais certains mots, spécifiques à la culture américaine sont à chercher (comme "Heisman" qui est en fait une compétition pour un prix national entre les meilleurs joueurs de football américain d'université). Au début, j'ai eu un peu de mal à rentrer dans le livre, je trouvais l'écriture trop sèche, pas prenante. Mais dès la première dispute entre Dylan, Zach et Emilie, j'ai trouvé le tout tellement réaliste, c'était prenant au possible. Les disputes n'étaient pas clichées et j'avais vraiment l'impression de voir des gens se disputer devant moi ! 
Mais en parlant de phrases clichées...Des fois, en plein milieu de la romance, l'auteur a mis des phrases...mais j'en ai rigolé ! Des comparaisons animales quand il s’apprêtent à faire l'amour, on n'a pas plus cliché ! 

Donc bon, une bonne romance, mais des moments clichés au possible qui m'ont bien fait rire mais ont cassé le romantisme de certaines scènes. Donc un bon 14/20 mais ça ne casse pas trois pattes à un canard non plus. 

mercredi 18 mars 2015

Rouge Rubis : film VS livre

Rouge Rubis... J'en entends parler depuis longtemps mais j'hésitais car les voyages dans le temps ce n'est pas forcément mon sujet préféré. Alors un après-midi que je m'ennuyais, je me suis dit...tiens, regardons le film ! Ce qui m'a donné envie de lire le livre et me permet donc de vous faire un nouveau Film VS Livre ! 


Le livre : 

Pour avoir mon avis sur le livre, un petit résumé ainsi que sa fiche d'identité, rendez-vous sur ma chronique ici


Le film : 



Titre : Rouge Rubis
Réalisateur : Félix Fuchssteiner
Acteurs principaux : Maria Ehrich, Janis Niewöhner, Veronica Ferres
Bande d'annonce : 


C'est un bon film, je pense que je le reverrai avec plaisir...mais en VOSTFR. Les voix VF sont juste horriblement niaises ! 
Outre ce détail désagréable, commençons par les points négatifs : 
J'ai trouvé la romance trop rapide. Gidéon, censé sortir avec Charlotte, fait à moitié du rentre-dedans à Gwen dès le début et pendant tout le film, il ne parle quasiment pas de Charlotte. Je trouve que cela a rendu la relation Gwen-Gidéon beaucoup moins crédible. De même que le changement de personnalité de Gidéon vis à vis de Gwen, il est super rapide, au début il la dénigre, et assez rapidement, il flirte avec, ça rend le tout pas du tout crédible. 
Sinon, j'ai trouvé de nombreux points positifs à ce film. J'ai adoré les costumes et les décors, on se croyait vraiment aux époques, puis la costumière est hilarante ! Les couleurs sont jolies également.


Du livre au film :

Et c'est là que tout se désagrège. Le film a de gros problèmes avec la chronologie du roman ! La plupart des scènes ne sont pas dans l'ordre chronologique du livre et de plus le film rajoute certains éléments et en enlève. Mais dans les éléments enlevés, il y avait beaucoup de choses à propos du fonctionnement des Veilleurs du Temps et des personnages. Déjà qu'il n'y en a pas trois tonnes dans le livre, il serait peut-être utile de les mettre dans le film, histoire que l'on comprenne vraiment les enjeux de l'histoire ? 
Sinon, j'ai trouvé les acteurs bien choisis, notamment Gidéon, Leslie (toujours aussi déjantée que dans le livre), Charlotte (pimbêche à souhait) et Gwendolyn (maladroite mais mignonne). 
En somme cela reste une adaptation valable, juste ce qu'il faut pour donner envie de lire le livre, mais on a déjà vu mieux. 

mardi 17 mars 2015

Rouge Rubis, Kerstin Gier

Titre : Rouge Rubis
Auteur : Kerstin Gier
Edition : Milan
Pages : 337
Prix : 13,90€
4e de couverture : "Elle est le Rubis, la douzième, l'ultime voyageuse. Avec elle, le Cercle est refermé, le secret est révélé. Un secret qui remonte à la nuit des temps. 
Gwendolyn est une lycéenne comme les autres. Bon d'accord, elle voit des fantômes dans les couloirs de son lycée, mais d'abord elle n'en voit qu'un, et puis personne n'est parfait. Pour le reste, c'est le grand ordinaire, avec des profs barbants, une mère exigeante, des frères et soeurs casse-pieds... Mais lorsqu'elle se retrouve soudain projetée au début du siècle dernier, Gwendolyn panique. Ca ne dure pas très longtemps mais quand même ! Elle qui se croyait banale s'avère être marquée du sceau des veilleurs du temps. De ceux qui voyagent à travers les âges pour accomplir de mystérieuses missions. De quoi sortir de son train-train quotidien..."


Mon avis : 

En fait à la base ce livre n'était pas prévu, il ne me tentait pas spécialement, puis j'ai vu le film (oui c'est mal de voir le film avant de lire le livre), et ça m'a donné envie, et je me suis dit que si je voulais vous faire un "Film VS Livre", fallait que je lise le livre vite pour l'avoir bien en tête. Donc voilà.

Dans ce livre, on découvre Gwendolyn, une adolescente sans souci si ce n'est celui d'être très maladroite, qui vit dans une famille où la star c'est sa cousine Charlotte. Pourquoi ? Parce que chez eux, le gène du voyage dans le temps se transmet, et que tout le monde pense que c'est Charlotte qui l'a. Donc on la prépare : cours de danse, escrime, ...tout pour survivre dans le passé. Mais manque de bol, c'est en fait Gwendolyn qui hérite de ce gène, et on ne peut pas dire qu'elle soit ravie, surtout quand elle découvre son partenaire de mission quand elle voyage dans le temps, Gidéon de Villiers. D'autant plus que personne ne lui fait confiance car sa cousine Lucy, qu'elle n'a pourtant jamais connue, a volé l'appareil permettant de contrôler les voyages dans le temps.

Alors...J'ai à la fois aimé ce livre mais je l'ai trouvé faible au niveau de son univers. En fait je trouve que les choses ne sont pas bien expliquées et c'est dommage. On entre dans le livre sans en savoir beaucoup sur les Veilleurs du Temps et on en ressort dans le même état car les passages censés nous en apprendre plus, ne nous apprennent en fait rien. C'est très frustrant.
J'ai également trouvé que pour des gens qui voyagent dans le temps et sont censés se fondre dans la masse et risquent de mourir à tout moment, Gidéon et Gwen sont très calmes et désinvoltes. En plus je trouve dommage de ne pas plus explorer le potentiel historique. Non mais le voyage dans le temps c'est parfait pour nous en apprendre un peu plus sur l'histoire, mais non, l'auteur survole complètement cet aspect.

Les personnages quant à eux...J'ai bien aimé Gwendolyn et Gidéon, je les trouve mignons et ils ont tous les deux de forts caractères. Par contre je trouve les personnages secondaires sous-exploités, on ne sait pas grand chose sur eux. En fait l'auteur se concentre sur les missions que doivent réaliser les héros dans le temps, mais semble oublier tout son contexte et le reste de ses personnages, c'est dommage car en plus elle en campe beaucoup et on voudrait en savoir plus sur eux.

Enfin, même si le style de l'auteur passe bien et que sa plume est fluide, j'ai eu quelques problèmes avec les dialogues, j'avais l'impression des fois que certaines expressions ne collaient absolument pas avec le reste du livre, peut-être est-ce dû à la traduction ?

En bref, un bon livre jeunesse mais qui n'exploite pas assez son potentiel, je lirais la suite parce que je me pose pleins de questions mais ce ne sera pas une lecture inoubliable. Je mets quand même un 16/20 pour l'histoire et les personnages principaux.