dimanche 31 mai 2015

PAL de juin

Demain, nous serons en juin, il est donc l'heure de préparer ma PALM. Au programme : Lectures Communes, Challenges et Services Presse :

Sous la protection d'un lord, Joanna Fulford (service presse)


"Espagne 1817. Au moment de franchir les quelques mètres qui la séparent de son destin, Elena n'est plus sûre de rien. Pourtant, pour échapper au couvent dans lequel son oncle veut l'enfermer, elle a mis au point un plan parfait : fuir la demeure familiale habillée en homme, retrouver sur la route de Séville lord Henry et le convaincre de la ramener avec lui en Angleterre, où sa chère soeur pourra l’accueillir. Cet homme, visiblement sensible à sa détresse et trop honorable pour profiter de la situation, lui semblait l'escorte tout indiquée pour ce dangereux voyage à travers un pays encore meurtri par les guerres napoléoniennes. Mais maintenant, sous son regard impérieux, elle se demande en frissonnant si elle n'a pas été un peu trop téméraire..."


L'aquarelliste, Béatrice Masini (service presse)


"Début du XIXe siècle, la Lombardie est sous domination autrichienne. Bianca, peintre surdouée, fait ses premiers pas vers l'indépendance. A l'invitation de don Titta, un poète célèbre et féru d'horticulture, elle entame la réalisation d'un catalogue illustré sur la flore, d'une richesse exceptionnelle, du domaine de Brusuglio. N'appartenant ni à la classe des maîtres ni à la domesticité, Bianca devient l'observatrice privilégiée de la demeure et commence  déceler des secrets. Elle se prends d'affection pour Pia, une jeune servante à qui elle souhaite communiquer un souffle de liberté. Ces quelques années à l'aube du Printemps des Peuples vont mettre sa naïveté et sa droiture à l'épreuve de la complexité du monde. Un apprentissage majeur dans sa vie de femme et d'aquarelliste."


Le Cricket Club des Talibans, Timeri N. Murari (service presse)


"En 2000, à Kaboul. Le gouvernement islamique impose sa férule à la population. Mais voilà qu'il annonce vouloir promouvoir le cricket, pour prouver à ses opposants que l'Afghanistan peut aussi être une nation sportive. Au prix d'incroyables ruses, Rukhsana va mettre sur pied une équipe composée de son frère et de leurs cousins, bien décidés à se libérer du joug des talibans. Y parviendront-ils ?"


Red Queen, Victoria Aveyard (LC avec la Team)


"Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l’égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d’esclaves ou de chair à canon.
Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle révèle sans le vouloir des pouvoirs extraordinaires et insoupçonnés, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais royal d’Archeon et promise à un prince argent, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un don qui la dépasse, et à reconnaître ses ennemis, pour faire valoir l’indépendance de son peuple."


Tant que nous sommes vivants, Anne-Laure Bondoux (LC avec le blog Deuxpourune)


"Bo et Hama travaillent dans la même usine. Elle est ouvrière de jour, lui, forgeron la nuit. Dès le premier regard, ils tombent follement amoureux. Un matin, une catastrophe survient et ils doivent fuir la ville dévastée. Commence alors pour eux un fabuleux périple à travers des territoires inconnus... Mais quand l'ombre a pris la place de la lumière, l'amour suffit-il à nous garder vivants ?"


Harry Potter and the Prisoner of Azkaban, J.K. Rowling (relecture)


"Sirius Black, le dangereux criminel, qui s'est échappé de la forteresse d'Azkaban, recherche Harry Potter. C'est donc sous bonne garde que l'apprenti sorcier fait sa troisième rentrée. Au programme : des cours de divination, la fabrication d'une potion de ratatinage, le dressage des hippogriffes... Mais Harry est-il vraiment à l'abri du danger qui le menace ? Le troisième tome des aventures de Harry Potter vous emportera dans un tourbillon de surprises et d'émotions."


La gloire de mon père, Marcel Pagnol (LC)


"Un petit Marseillais d'il y a un siècle: l'école primaire ; le cocon familial ; les premières vacances dans les collines, à La Treille ; la première chasse avec son père...
Lorsqu'il commence à rédiger ses Souvenirs d'enfance, au milieu des années cinquante, Marcel Pagnol est en train de s'éloigner du cinéma., et le théâtre ne lui sourit plus.
La Gloire de mon père, dès sa parution, en 1957, est salué comme marquant l'avènement d'un grand prosateur. Joseph, le père instituteur., Augustine, la timide maman., l'oncle Jules, la tante Rosé, le petit frère Paul, deviennent immédiatement aussi populaires que Marius, César ou Panisse. Et la scène de la chasse à la bartavelle se transforme immédiatement en dictée d'école primaire...
Les souvenirs de Pagnol sont un peu ceux de tous les enfants du monde. Plus tard, paraît-il, Pagnol aurait voulu qu'ils deviennent un film. C 'est Yves Robert qui, longtemps après la mort de l'écrivain, le réalisera."



Gatsby le Magnifique, F. Scott Fitzgerald


"New York, années folles... Dans sa somptueuse demeure de Long Island, Jay Gatsby organise de fastueuses réceptions où les invités se pressent en foule. Mais leur hôte ne cherche à éblouir qu'une personne : Daisy Buchanan. Elle est élégante, riche, séduisante, mais elle est la femme d'un héritier millionnaire..."


Outlander 2 : Le Talisman, Diana Gabaldon 


Pas de résumé pour ne rien spoiler.


Hitler mon voisin, Edgar Feuchtwanger (LC avec le blog Lectures en B)


"Agé de 5 ans, Edgar Feuchtwanger, fils unique d'un éditeur juif, a une enfance heureuse dans la ville de Munich. C'est un petit Allemand insouciant, choyé par ses parents et sa nounou, lorsque Adolf Hitler, chef du Parti National Socialiste, s'installe dans l'immeuble d'en face. En 1933 se brise le bonheur de cette vie sans nuages. Hitler est nommé chancelier. Les parents d'Edgar, déchus de leurs droits de citoyens ordinaires, tentent de protéger leur fils des humiliations. A l'école, sa maitresse lui fait dessiner des croix gammées, ses camarades rejoignent les jeunesses hitlériennes. Depuis sa fenêtre, en regardant de l'autre côté de la rue, Edgar va assister à la préparation de la Nuit des Longs Couteaux, de l'Anschluss et de la Nuit de Cristal. Les Juifs sont arrêtés, son père est enfermé à Dachau où il connaitra la peur, le froid et la faim. En 1939, Edgar est envoyé seul en Grande-Bretagne et il y construira sa vie."


L'Héritage 3 : Brisingr, Christopher Paolini (LC)


"Eragon a une double promesse à tenir : aider Roran à délivrer sa fiancée, Katrina – prisonnière des Ra’zacs –, et venger la mort de son oncle Garrow. Saphira emmène les deux cousins jusqu’à Helgrind, les Portes de la Mort, repaire des monstres.
Or, depuis que Murtagh lui a repris Zar’oc, l’épée que Brom lui avait donnée, Eragon n’est plus armé que du bâton du vieux conteur. Tandis qu’il veille au pied de la sinistre citadelle, Eragon s’interroge : viendra-t-il à bout des Ra’zacs ?
Il est vrai que, depuis la cérémonie du Sang, à Ellesméra – la cité elfique –, le jeune Dragonnier continue de se transformer, acquérant peu à peu les traits et les fabuleuses capacités d’un elfe. Et Roran mérite plus que jamais son surnom de Puissant Marteau. Quant à Saphira, elle est une combattante redoutable…
Ainsi commence cette troisième partie de l’Héritage, où l’on verra l’intrépide et altière Nasuada, chef des Vardens, subir avec bravoure l’épreuve des Longs Couteaux ; les Vardens affronter les soldats démoniaques de Galbatorix, qui ne ressentent pas la douleur ; Arya et Eragon rivaliser de délicates inventions magiques ; Murtagh chevauchant Thorn, son dragon rouge, batailler dans le ciel contre Eragon et Saphira. On s’enfoncera avec angoisse dans les obscures galeries souterraines des nains ; on se laissera séduire par Nar Garzhvog, le formidable Urgal, et par l’énigmatique Lupusänghren, l’elfe au pelage de loup ; on retrouvera avec bonheur Oromis et Glaedr, le dragon d’or ; on constatera avec jubilation que Saphira montre toujours un goût certain pour l’hydromel… Et on comprendra enfin pourquoi le roman porte ce titre énigmatique : Brisingr, Feu en ancien langage…"



Et voilà, une PALM moins chargée que les autres mois alors j'espère bien en venir à bout ! 


Bilan Lecture de Mai

En mai, "fais ce qu'il te plait", et bien j'ai suivi ce conseil à la lettre ! Au total, 21 livres au compteur, parmi ceux-ci : 2 albums pour enfants, 1 BD et 18 romans ! Ce qui nous donne : 6135 pages de romans lues. Beau bilan je trouve, je suis contente. Je suis d'autant plus contente qu'il ne manque qu'un seul livre sur la PALM que j'avais prévu, mais qu'à côté, j'en ai lu 7 imprévus ! Voici la liste des nominés :

BD :

- Les larmes de l'assassin, Thierry Murat


ALBUMS JEUNESSE :

- Cannelle a perdu Nounours, Marie Pascart & Alyona Nivira
- La poule au Bois Dormant, Christian Jolibois & Christian Heinrich

ROMANS :

- A little something different, Sandy Hall
- Les pirates de l'estuaire, Alain Bosc
- The wizard of Oz, L. Frank Baum
- Dôme 1, Stephen King
- L'élégance du hérisson, Muriel Barbery
- L'immeuble Yacoubian, Alaa El Aswany
- Le prince captif 1 : L'esclave, C.S. Pacat
- Vert Emeraude, Kerstin Gier
- La cité des ténèbres 1 : La coupe mortelle, Cassandra Clare
- La prétendue innocence des fleurs, Frank Calderon et Hervé de Moras
- Big Boys Don't Cry, Dr. Willie McCarney
- Le prince captif 2 : Le guerrier, C.S. Pacat
- Cinder, Marie Sexton
- Harry Potter 2, J.K. Rowling
- Quidditch through the ages, J.K. Rowling
- Le soleil des Scorta, Laurent Gaudé
- L'Héritage 2 : L'Aîné, Christopher Paolini
- Et je danse aussi, Anne-Laure Bondoux & Jean-Claude Mourlevat


Et parmi ces livres nous avons :

De belles couvertures : 







Des services presse : 





J'espère faire encore mieux au mois de juin ! Mettez-moi les liens de vos bilans en commentaire, j'irais les voir avec plaisir ! 


mardi 26 mai 2015

Les larmes de l'assassin (BD), Thierry Murat

Titre : Les larmes de l'assassin
Auteur : Thierry Murat (basé sur le texte d'Anne-Laure Bondoux)
Edition : Futuropolis
Pages : 128
Prix : 18€
4e de couverture : "Comment survivre à la mort de ses parents, et auprès de l'assassin de ceux-ci ? Peut-on s'attacher à un enfant alors qu'on est capable de tuer des humains de sang froid ? Peut-il y avoir un rapport filial entre deux êtres que la mort a mis face à face ? C'est une terre malmenée par le vent, en bordure du Pacifique qui charrie des blocs d'iceberg, c'est au sud extrême du Chili. C'est là que vit Paolo, dans une ferme misérable et isolée, livré à lui-même, plus ou moins abandonné par des parents qui ne s'occupent pas de lui. Si petit, si naïf, quel âge a-t-il ? Il ne le sait. Un jour, un homme arrive jusqu'à la ferme. C'est Angel Allegria, un truand, un escroc, un assassin. Pour lui, le crime est monnaie courante pour régler tout type de conflit : dettes d'argent, bagarres d'ivrognes... Il tue les parents de Paolo pour mettre fin à deux semaines d'errance et s'approprier leur petite bicoque, refuge idéal pour un homme traqué par la police. Dans un sursaut de bonne conscience, il épargne Paolo ; il n'a jamais tué d'enfant. Paradoxalement, une relation d'affection naît entre lui et l'enfant. Ils s'apprivoisent. Un an plus tard, un autre voyageur arrive. Luis Secunda, 30 ans, fuyant Valparaiso et sa riche famille, s'installe d'abord à côté dans une cahute qu'il construit, puis l'hiver venu, emménage avec eux dans la ferme. Il apprend à Paolo à lire. Angel n'aime pas cela du tout. Le fragile équilibre affectif entre lui et Paolo est en péril..."


Mon avis : 

Ayant lu le roman plusieurs fois et l'adorant absolument, quand j'ai su, ce week-end, qu'il avait été adapté en BD et que l'auteur était présent aux Etonnants Voyageurs, je n'ai pas hésité, il me la fallait !
Je l'ai donc faite dédicacée au passage (tout le dessin est la dédicace) ^^


On retrouve Paolo, petite garçon qui pousse sur cette terre aride du Chili, comme toute autre plante, c'est-à-dire pas très bien. Il vit isolé en montagne avec ses parents, ne recevant la visite que de rares voyageurs...jusqu'à Angel Allegria. Angel tue ses parents, mais ne peut se résoudre à tuer un enfant, il ne l'a jamais fait, c'est dur de commencer. Paolo, va l'aider à enterrer ses parents, puis va commencer à cohabiter avec Angel. Une sorte d'affection se noue entre eux. Jusqu'à l'arrivée de Luis. Luis fuit sa famille riche et décide de s'installer avec eux, aidé par Paolo qui apaise Angel et l'empêche de le tuer. Mais aux côtés de Luis, l'enfant se prend à rêver d'autre chose que de sa vie avec Angel. Un jour, il faut descendre un ville, aller acheter un nouveau mouton, avec l'argent de Luis, ils ont de quoi. Mais la relation entre Angel et Paolo va-t-elle résister au retour à la vie civile ? 

Cette histoire poignante, je l'ai retrouvée dans la BD. L'auteur a réussi à reproduire l'atmosphère du livre à la perfection. Cette atmosphère calme, dense, contemplative et dure, faite de mélancolie et de silence. C'est une beauté à lire, les couleurs, sombres hormis le rouge des deux cases relatant la mort des parents, ne correspondaient à première vue pas à ce que j'imaginais (je voyais plutôt des couleurs très tranchées), mais au final, ce n'est pas plus mal. On retrouve toutes les couleurs du sol aride, sombre. 
Pour montrer une action, Thierry Murat s'est concentré sur des gros blancs du mouvement, sans nous le montrer dans sa globalité, et en cela, le mouvement gagne en force, en signification. Les bulles de dialogue sont rares, le texte se traduit plutôt par de longues phrases placées sous les cases de la bande-dessinée, comme la narration du roman. 

Certes, il manque des passages, la relation Luis/Délia est à peine esquissée, mais l'auteur a voulu plus que tout représenter la relation entre Angel et Paolo, et c'est sûrement ce qui compte le plus dans le roman. Thierry Murat a réussi à transcrire presque parfaitement un de mes romans préférés, et je suis vraiment heureuse de l'avoir rencontré et d'avoir pu en discuter avec lui. Pour moi, cette BD est une réussite et mérite largement 19/20. 

Cinder, Marie Sexton

Titre : Cinder
Auteur : Marie Sexton
Edition : Kindle
Pages : 98
Prix : 1€
4e de couverture : Eldon Cinder serait prêt à tout pour le prince Xavier, même se déguiser en fille pour aller au bal et le revoir une dernière fois...











Mon avis : 

Cette nouvelle est une réécriture de Cendrillon...gay ! 

On y suit Cinder, ou plutôt Eldon Cinder, de son vrai nom. Sa mère étant morte, il est receuilli par sa tante et ses deux filles, mais qui ne sont pas hyper ravies de l'avoir à charge. Au programme ? Corvées et encore corvées ! Son seul plaisir ? Aller pêcher ! Mais alors qu'on dit partout en ville que le prince arrive pour trouver une épouse, Cinder rencontre un jeune homme en forêt, accompagné de son chien : c'est le prince Xavier. Après une après-midi à apprendre au prince à pêcher et à jouer avec le chien, ils rentrent en ville, sans que Cinder n'oublie de déposer un poisson, et le prince une petite statuette, devant la grotte de la vieille sorcière : une légende que Cinder tient à honorer. Alors qu'ils se voient régulièrement en cachette, Cinder commence à être attiré par lui, mais le prince lui dit alors que c'est la dernière fois qu'ils se voient car il doit prendre épouse avant son anniversaire et qu'il repartira après le bal du lendemain. Mais seules les femmes sont invitées au bal...

J'ai bien aimé cette réécriture, il se pose le problème de l'amour gay pour les personnes de sang royal, le problème de l'image et de la naissance d'un héritier. Les personnages sont cependant un peu caricaturaux, mais bon, ils suivent les caractères de base du conte de Cendrillon...
Par contre j'ai beaucoup aimé également que la sorcière ne fasse pas rien sans rien. C'est plus réaliste que la version originale. Ici, la sorcière n'aide Eldon que parce qu'il lui a laissé des offrandes pendant des années, ça change. 
J'ai beaucoup aimé la fin, l'auteur a été très inventive pour sortir nos héros de leur situation et c'était très agréable. 

En bref, une bonne petite réécriture, qui se lit vite, qui aborde des thèmes importants et qui montre que les contes ne sont pas que pour les filles et que les hommes aussi ont le droit à leur conte de fées. Un bon 15/20. 

Big Boys don't cry, Dr. Willie McCarney

Titre : Big Boys Don't Cry
Auteur : Dr. Willie McCarney
Edition : Troubador Publishing Ltd
Pages : environ 330
Prix : 23,35€ (7,06€ en ebook)
4e de couverture : "I did not have the best of starts... No one would have said I was dealt a winning hand." 
Big Boys Don’t Cry records how Willie McCarney played the hand he was dealt. Experiencing the deep trauma of his mother’s death at an early age, he recounts how he also experienced freedom, success and responsibility as a child, learning how to deal with it all to become the master of his own destiny. 

As a child, Willie found himself embracing education as a way to break free from the poverty of his childhood and to build a better future for himself. Graduating as a teacher in 1961, Willie assumed he had reached the pinnacle of his career. He never dreamt that one day he would be training teachers. He could never have imagined that he would later spend 33 years as a magistrate. And he certainly never contemplated travelling to Melbourne, Australia to be elected President of the International Association of Youth and Family Judges and Magistrates, but Willie achieved all this and more! 

Big Boys Don’t Cry charts how Willie reached each milestone in his life – documenting how the opportunities arose, as well as detailing the many different things he has been involved in, including travelling the world on behalf of the UN. This book will appeal to readers who enjoy autobiographies, as well as those who have an interest in the success stories of ordinary people."





Mon avis en anglais : 

First of all, I would like to thank NetGalley and Troubador Publishing Ltd for the sending of this ebook.

This novel is an autobiography. We discover the author through his childhood in Wales, his move to Ireland, the mourning, the education, the country life, the illness of his wife and his fight for children's rights. It's a really interesting text because it deals with a rich period in History (the author was born in 1938 and therefore relates almost the entire 20th century), particularly the post-war life. And the privileged place of his life was Ireland, and with the Catholic / Protestant conflict, it's really interesting to see the perspective of a Catholic.
The themes are many and varied, whether education, games, health, family relationships and daily life. He describes a country life, not really rich, and see now where he is, it's really impressive !

Chapters are based on themes, for example, there is one on the different ways to spend summer at the time. But sometimes capters are chronologicals. It's very confusing at first, but we made it. However, I admit that enumerative and descriptive passages are sometimes bored ...
I liked to learn more about the school system, and I had a good laugh when I saw that they had a "House System" that works almost exactly like Hogwarts in Harry Potter.

Much of the book is about teaching. Willie McCarney was a teacher and he dedicated his life to the defense of students, to understand and help them. For him, the children's right is paramount and it is exciting to see his fight every day for this.

There was also a whole passage about his wife, especially, his illness. For his wife, Bridget, was reached early, the disease can be similar to that suffered by Stephen Hawking (neuro-muscular degeneration I believe). We see their daily struggle and the feeling of abandonment of the patient. This is extremely moving.

But, despite all these good points, I did not much attached to the people of the book and I read many chapters diagonally. The reason? Willie McCarney did a lot of repetitions between chapters and it's boring ... It's a shame because he has a really interesting life! Unfortunately, because of this writing, I have not thoroughly enjoyed this book and I'll give him 12/20...




Mon avis en français : 

Je remercie tout d'abord NetGalley et les éditions Troubador Publishing Ltd pour l'envoi de ce livre en ebook. 

Ce roman est une autobiographie de l'auteur. On le découvre à travers son enfance au Pays de Galles, son déménagement en Irlande, le deuil, l'éducation, la vie campagnarde, la maladie de sa femme et son combat pour les droits de enfants. C'est un texte vraiment intéressant car il aborde une période riche en évolution (l'auteur est né en 1938 et relate donc presque tout le 20e siècle), notamment la vie d'après-guerre. De plus, le lieu privilégié de sa vie a été l'Irlande, et avec les affrontements catholiques/protestants, c'est vraiment intéressant de voir le point de vue d'un catholique. Les thèmes abordés sont nombreux et variés, que ce soit l'éducation, les jeux, la maladie, les rapports familiaux et la vie quotidienne. Il nous décrit une vie campagnarde, pas vraiment riche, et voir jusqu'où il est arrivé, c'est vraiment impressionnant. 

Les chapitres se font en fonction de thèmes, par exemple, il y en a un sur les différentes façons d'occuper son été à l'époque. Mais des fois, ce sont pas ordre chronologique. C'est très perturbant au début, mais on s'y fait. Cependant, j'avoue que les passages énumératifs et descriptifs sont quelque peu ennuyée... 
J'ai aimé en apprendre plus sur le système scolaire, et j'ai bien rigolé quand j'ai vu qu'ils avaient un "House System" qui fonctionne presque exactement comme à Poudlard dans Harry Potter

Une grande partie du livre concerne l'enseignement. Willie McCarney était enseignant et il a consacré sa vie à défendre les élèves, à les comprendre et à aider les élèves en difficulté. Pour lui, le droit des enfants est primordial et c'est passionnant de voir son combat de tous les jours pour cela. 

Il y a également tout un passage concernant sa femme, et plus particulièrement, sa maladie. Car sa femme, Bridget, a été atteinte, assez tôt, de la maladie qui peut s'apparenter à celle dont souffre Stephen Hawking (dégénérescence neuro-musculaire il me semble). On voit leur combat quotidien et le sentiment d'abandon du malade. C'est extrêmement poignant.

Pourtant, malgré tous ces bons points, je ne me suis pas énormément attachée aux personnes du livre et j'ai lu en diagonale de nombreux chapitres. La raison ? Willie McCarney fait beaucoup de répétitions entre ses chapitres et c'est lassant... C'est dommage car il a une vie vraiment intéressante ! Malheureusement, à cause de cette écriture, je n'ai pas énormément apprécié ce livre et je lui mets donc 12/20...

lundi 25 mai 2015

Acquisitions livresques : Festival Etonnants Voyageurs !

Ce week end s'est tenu à St Malo, le festival international du Livre et du Film des Etonnants Voyageurs ! 

Et comme d'habitude j'ai craqué plus qu'il ne fallait. Oui c'est mal. Voici les coupables : 


Nous avons donc : 
- Tobie Lolness 1, Timothée de Fombelle (je n'avais que le 2)
- Vango (intégrale), Timothée de Fombelle
- Tant que nous sommes vivants, Anne-Laure Bondoux
- Et je danse, aussi, Jean-Claude Mourlevat & Anne-Laure Bondoux
- L'adjacent, Christopher Priest
- La vie des elfes, Muriel Barbery
- Les Outrepasseurs 1, Cindy van Wilder
- L'amant de Patagonie, Isabelle Autissier
- Les années cerise, Claudie Gallay
- Le parfum, Patrick Suskind (pour me motiver à enfin le découvrir)
- La cause des livres, Mona Ozouf (livres et histoire ? j'achète !)
- Le secret de Copernic, Jean-Pierre Luminet
- Le coeur entre les pages, Shelly King
- Le soleil des Scorta, Laurent Gaudé
- Les larmes de l'assassin (BD), Thierry Murat

Parmi ceux-ci, certains ont été dédicacés : 







J'avais également amené quelques livres que j'avais déjà, pour les faire dédicacer ;)

Les Larmes de l'assassin, Anne-laure Bondoux

La Princetta et le Capitaine, Anne-Laure Bondoux



Je remercie vraiment les auteurs, qui ont pris le temps de discuter avec mon amie et moi, et qui ont fait de jolies dédicaces, un peu longues et qui n'ont pas juste signé avec leur nom comme le font certains. C'était un plaisir ! 

















vendredi 22 mai 2015

La prétendue innocence des fleurs, Frank Calderon & Hervé de Moras

Titre : La prétendue innocence des fleurs
Auteurs : Frank Calderon & Hervé de Moras
Edition : Scrinéo
Pages : 383
Prix : 20,00€
4e de couverture : "Le bouquet était prêt : Cinq iris mauves, cinq lys blancs et deux jacinthes sauvages. Dans quelques heures à peine, il sera déposé au cabinet du juge d'instruction Marc Ferrer, plongé dans la plus importante affaire criminelle de sa carrière. Marc connait le langage des fleurs, il sait que les lys blancs évoquent la pureté et que les jacinthes invitent à l'amour. Pourtant, ces fleurs-là lui inspirent la mort. Celle d'une jeune femme et d'un amour fou disparu huit ans plus tôt...
De Paris à Venise, de bouquets en bouquets, vers quel secret enfoui le conduira ce nouveau jeu de piste ?"




Mon avis : 

Je remercie encore les éditions Scrinéo et Livraddict pour m'avoir sélectionnée et envoyé le livre avant que je le chronique.

On rencontre Marc, jeune juge d'instruction, en couple avec Adélaïde, en conflit avec son père, et originaire du Sud de la France. Il est sur une affaire où il essaie de coincer un avocat (Albuquerque) pour avoir aidé à faire passer un pistolet à un prisonnier ce qui a amené à la mort d'un gardien. Mais alors qu'il tient un indice, il reçoit un bouquet de fleurs, le même que celui qu'il avait reçu huit ans auparavant. Lors de sa première affaire, qu'il nous raconte et qui s'était terminée tragiquement, il va dans un chateau, il rencontre une jeune femme masquée et elle décide de lui organiser comme un jeu de piste pour qu'il la retrouve. Et ce jeu de piste commence par un bouquet, le langage des fleurs lui révèle l'indice suivant, et ainsi de suite. Mais alors qu'ils allaient se revoir enfin, la jeune femme se fait renverser, et il ne sait rien d'elle, sauf son prénom, appris après coup : Véronica Rossi. Comment ce bouquet a-t-il pu arriver à son travail huit ans après ? Alors qu'il s'éloigne de sa compagne actuelle, que son affaire criminelle se complique, il part à la recherche du prochain indice pour remonter la piste du bouquet....
J'ai adoré ce roman. C'est presque un coup de coeur. Ce polar a un raffinement assez spectaculaire, toute l'idée du langage des fleurs est vraiment bien trouvée et les auteurs mèlent les intrigues avec brio. Je regrette juste d'avoir trouvé la fin un peu trop tôt, mais c'est dû à Déclic de Patrick Cauvin, où le fin mot de l'histoire, le "coupable", était un peu dans le même genre. Cependant, j'ai quand même beaucoup aimé la fin, très douce. Ce n'est pas un polar sanglant et c'est vraiment appréciable.
Les auteurs mêlent des connaissances artistiques et un paysage sudiste très poussés, et on voyage sans bouger de chez nous. Ce livre est si addictif que je l'ai lu en une journée !

Le personnage de Marc me laisse perplexe, même plusieurs jours après avoir fini le livre, je n'arrive pas à savoir si je l'aime ou pas...Je n'aime pas trop sa façon d'être, trop acharné et dur avec les autres qui lui veulent du bien, mais en même temps j'avais pitié de lui pour son amour perdu et je l'admirais pour sa passion de la justice...
Adélaïde, très peu présente dans le roman, est une femme admirable et on ne peut que l'aimer, on l'aime presque autant que cette Véronica qui est là sans être là, c'est très perturbant.
Et Albuquerque, comment l'aimer ? Il est troublant, mauvais et retors, mais pourtant...on s'y attache. Bizarre, hein ?

Enfin, les plumes des deux auteurs se marient à merveille, je n'ai pas su les différencier et s'ils collaborent encore, je lirais avec plaisir d'autres livres d'eux, pour moi celui-ci mérite largement 19/20. 

Le Prince Captif 2 : Le Guerrier, C.S. Pacat

Titre : Le Prince Captif 2 : Le guerrier
Auteur : C.S. Pacat
Edition : Milady
Pages : 288
Prix : 14,90€
4e de couverture : "Alors que leurs royaumes sont sur le point d’entrer en guerre, Damen et son nouveau maître, le prince Laurent, doivent échanger les intrigues de palais contre la violence ouverte des champs de bataille. Contraint de dissimuler son identité, Damen est de plus en plus attiré par le dangereux et charismatique Laurent. Mais alors que la fragile confiance entre les deux hommes se renforce, les secrets de leurs passés risquent de leur porter un coup fatal…"






Mon avis : 

Ce livre étant un service presse reçu dans le cadre de mon poste de chroniqueuse chez Songe d'une nuit d'été, vous pourrez retrouver ma chronique sur le webzine ici

mardi 19 mai 2015

La poule au Bois Dormant, Christian Jolibois & Christian Heinrich

Titre : La poule au Bois Dormant
Auteurs : Christian Jolibois & Christian Heinrich
Edition : PKJ
Pages : 48
Prix : 10,70€
4e de couverture : "
Carmen, Carmélito et Bélino sont tout heureux de rendre visite à Coq Papi qui habite la ville voisine. À leur grande surprise, les trois amis y croisent de gros malpolis. " Écartez-vous, les ploucs ! ", leur lancent les citadins pleins de dédain... Ici, les gens de la campagne ne sont pas les bienvenus ! Mais un événement extraordinaire va montrer à ces poulets des villes qu'on a toujours besoin des p'tites poules des champs..."





Mon avis : 

J'avais acheté ce livre pour l'anniversaire de mon petit frère, mais c'est moi qui ai fini par le lire !

On retrouve Carmen, Carmélito et Bélino, deux petites poules et un bélier en vacances à la ville chez Coq Papi. Celui-ci leur explique la présence de nombreux chevaliers dans la ville : il y a un concours pour réveiller la poule au Bois Dormant. Elle dort sur une île au centre d'un lac, mais quiconque s'approche de ce lac s'endort. Le concours consiste à réveiller la poule en poussant un cri de coq si fort qu'il passera au dessus du lac et atteindra les oreilles de la poule au Bois Dormant. Coq Papi compte bien gagner ce concours...mais le matin de l'épreuve, il disparait...

J'ai adoré cette histoire. Moi qui aime les contes, je trouve cette réécriture de la Belle au Bois Dormant parfaite ! Ici, pas d'amour, de bisous mouillés, ou de preux chevaliers...et la princesse n'est pas forcément aussi "princesse" que ça... Pour libérer la princesse il faut crier, et pour cela, pas besoin d'être prince ! 
De plus, les dessins sont splendides, très colorés. Et ils sont mis en page de façon différente à chaque fois selon le texte, c'est vraiment un très bel album. 

Cet album, bien que jeunesse, regorge de petites références très culturelles, notamment une qui m'a bien fait rire et qui concerne le discours de De Gaulle à la libération de la ville de Paris. En version remasterisée Ptites Poules c'est trop mignon ! Un livre pour enfants qui peut donc plaire aussi aux adultes ! Il n'y a pas à dire, c'est carton plein, 20/20 ! 

La cité des ténèbres 1 : La coupe mortelle, Cassandra Clare

Titre : La coupe mortelle
Auteur : Cassandra Clare
Edition : PKJ
Pages : 570
Prix : 18,15€
4e de couverture : "Clary n'en croit pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre. Et, détail terrifiant : le corps de la victime a disparu d'un seul coup ! Mais le pire reste à venir... Sa mère a été kidnappée par d'étranges créatures et l'appartement complètement dévasté. Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible entre d'antiques forces démoniaques et la société secrète des Chasseurs d'Ombres... Une guerre dans laquelle elle a un rôle fatal à jouer."






Mon avis : 

J'avoue tout...J'ai vu le film avant de lire le livre, parce que la série me tentait mais j'hésitais à me lancer. Faut croire que le film m'a motivée !

On découvre ici Clary (Clarissa de son vrai nom), elle vit seule avec sa mère, épaulée par Luke, un homme qu'elle considère comme son oncle, et son meilleur ami Simon. Alors qu'elle est à une soirée en boite (va savoir pourquoi j'ai l'image d'une boite à sardines en tête...), elle voit un garçon se faire tuer sauvagement, mais elle semble être la seule de la soirée à l'avoir vu. Quand elle rentre chez elle, sa mère lui apprend qu'elles vont partir quelques temps avec Luke, à la campagne et ce, dès le soir même. Clary, indignée, s'enfuit de la maison avec son ami Simon et ils se retrouvent dans un café à écouter les poésies pourries d'un ami. Mais là, qui croise-t-elle ? Le garçon qui a assassiné l'autre à la soirée de la veille ! Alors que Simon lui déclarait enfin son amour pour elle, elle le plante là pour suivre le mystérieux garçon répondant au nom de Jace. Alors qu'il lui explique qu'elle voit les Créatures de la Nuit, et qu'étant une Terrestre, ça ne devrait pas être possible, elle reçoit un appel de sa mère. Celle-ci est en danger. Arrivée chez elle, Clary découvre l'appartement renversé, sa mère disparue...et un énorme monstre qui essaie de la tuer !!! Après un combat acharné, elle s'évanouit et se réveille à l'Institut, avec Jace. Lui et ses amis lui apprennent que sa mère était une Chasseuse d'Ombre, dont le rôle était de tuer des démons, mais qu'elle s'était enfuie, sans raisons. Elle apprend aussi que la personne qui l'a enlevée serait un certain Valentin, car il cherche un artefact puissant : la coupe mortelle. Clary, bien décidée à sauver sa mère, va se mettre en quête de la coupe.

J'ai bien aimé cette histoire. On sent que l'univers crée par l'auteur est complexe et qu'il ne demande qu'à se déployer un peu plus dans les tomes suivants, ce qui nous donne envie de lire la suite. Les secrets et l'action sont bien présents, ainsi qu'une petite dose de romance, mais qui malheureusement m'a un peu tapée sur le système (triangle amoureux). La révélation finale m'a forcément donné envie de lire la suite, ce que je ferais surement en juin, mais j'avoue que j'en attends tout de même plus que le premier tome, qui m'a tout de même un peu énervée par moments, notamment à cause des personnages.


En effet, j'ai tout simplement eu envie de claquer Clary pendant les trois quarts du livre et comme c'est le personnage principal c'est un peu énervant ! Je la trouve niaise, et incapable de faire un choix. Elle ne fait que se plaindre, répéter qu'on lui a menti depuis sa naissance, qu'elle ne sait pas qui choisir entre Jace et Simon (en fait non, elle ne dit pas ça, elle est juste ultra jalouse dès qu'on s'approche de l'un ou l'autre, mais elle-même refuse de choisir entre les deux !).

Au contraire, j'ai adoré l'autre personnage féminin du livre : Isabelle. Elle en jette, elle claque, elle est hyper forte et elle a un humour que j'adore...Sans compter qu'elle aussi n'aime pas trop Clary (copine !). Elle est extrêmement dévouée pour son frère, Alec, et son ami, Jace. Mais plus encore, je trouve que c'est la seule à se soucier vraiment de Simon (alors que Clary est censée être sa meilleure amie) qui franchement n'a rien demandé pour se retrouver là-dedans ! Il n'y a pas à dire, j'adore Isabelle !

Quant à Jace, je ne sait pas si je l'ai vraiment aimé ou pas... Il est sexy, intrigant, puissant, mystérieux et drôle (quoiqu'un peu mégalo), mais des fois je n'ai pas compris ses réactions et ça sonnait limite ridicule quand il parlait. Donc bon...perturbant quoi !


Le style de Cassandra Clare est très fluide donc forcément on lit vite ce livre, cependant, j'ai eu du mal à vraiment me mettre dedans avant la 150e page, ce qui est dommage, j'espère vraiment plus apprécier la suite, sinon je ne pense pas continuer. Un bon 15/20 mais ce n'était pas transcendant non plus.

dimanche 17 mai 2015

Vert Emeraude, Kerstin Gier

Titre : Vert Emeraude
Auteur : Kerstin Gier
Edition : Milan
Pages : 419
Prix : 14,50€
4e de couverture : "Gideon confie à Gwen qu'il ne l'aime pas, et sans son amie Leslie et son ange gardien, elle déprimerait. Ceux-ci lui rappellent qu'elle doit absolument découvrir ce que complote le comte de Saint-Germain. Gideon comprend qu'en voulant fermer le cercle de douze, le comte cherche autre chose qu'un remède aux maux de l'humanité."








Mon avis : 

Ca y est j'ai fini la trilogie !

On retrouve Gwen, désespérée par la trahison de Gidéon et bien décidée à pleurer et s'apitoyer sur son sort avec Leslie. Mais le comte de St-Germain veut la voir, l'énigme de son grand-père n'attend plus et le mystère autour de Lucy et Paul s'épaissit...
Il est clair qu'il y a plus d'action dans ce tome que dans les deux autres réunis. On a les réponses à certaines de nos questions, mais malheureusement, pas à toutes (pourquoi M. White a couvert Gwen quand elle a prétendu être malade ?). Forcément c'est un dernier tome qui clôt la série avec brio, mais c'est dommage que l'on devine la plupart des révélations 3km à l'avance (y compris l'identité du comte)... On perd l'effet de surprise que l'on semblait nous promettre depuis le tome 1. Très sincèrement, à part la révélation finale sur M. Bernhardt, rien ne m'a surprise et ça me déçoit car pourtant il y avait du potentiel.
De plus, je n'ai pas cru à l'histoire d'amour de Gidéon et Gwen, elle est vraiment trop rapide, et les faire se séparer pour se remettre ensemble plusieurs fois, ça n'y change rien...

En parlant de Gidéon, j'aurais aimé en savoir plus sur sa famille, certes Gwen est le personnage principal, mais cela n'exclue pas de détailler un peu les personnages secondaires ! On sait qu'il a un frère et que ses parents ne s'occupent pas de lui, mais à par ça, on ne sait rien !!!
Gwen m'a un peu plus plu, on comprend mieux ses réactions et ses sentiments, mais bon, elle parle encore beaucoup pour ne rien dire et on se perd dans son babillage de pauvre fille au coeur brisé.
Enfin, le personnage du comte me laisse perplexe, je n'ai pas vraiment compris ses motivations et j'ai donc eu l'impression de rester sur ma fin. Dommage.


En bref, c'est une bonne série de divertissement quand on ne s'attend pas à quelque chose de trop approfondi. Si comme moi, vous vous attendez un à truc de fou, passez votre chemin. Si vous cherchez un livre sympa et facile pour l'été, lancez-vous !
De plus, il est assez révélateur que chacun des films adaptés des livres rajoutent de l'action et des éléments du tome trois. Cela montre clairement, qu'à part de troisième tome, les deux premiers manquent cruellement d'action et ne sont pas forcément utiles...
Pour moi, ce troisième tome reste le meilleur et vaut 17,5/20 parce que je me suis faite à l'idée de ne pas en attendre trop et j'ai donc pu apprécier ma lecture. 

TAG : Avez-vous déjà lu ?

Ce matin, je me suis réveillée et que vois-je ? J'ai été taguée par Sandra de Accros à la lecture ! Donc me voici avec le tag PKJ "Avez-vous déjà lu", on va bien voir mon score...

1) Avez-vous déjà lu toute une journée ?
Pas en non stop, mais avec de courtes pauses oui, notamment pour le tome 1 du "Prince captif" de C.S. Pacat !

2) Avez-vous déjà lu tous les livres de votre bibliothèque (une PAL vide? Est-ce vraiment possible?) ?
Non, mais j'y travaille ! 

3) Avez-vous déjà lu un livre uniquement sur la recommandation de quelqu'un (votre libraire, votre meilleur ami, votre chien, la page Facebook de Pocket Jeunesse...) ?
Oui, notamment quand c'est la booktubeuse MargaudLiseuse qui en parle, elle est géniale ! 

4) Avez-vous déjà lu un livre qui se passe dans votre ville ou dans un endroit où vous avez vécu (ou pas très loin) ? 
Ouaip, et j'ai eu les chocottes de ma vie ! C'était Je suis ta nuit de Loïc Leborgne, ça se passait à Liffré, j'habitais juste à côté. Le livre était flippant avec des meurtres et tout ! 

5) Avez-vous déjà lu un livre dont vous avez un peu honte ?
Pas que je sache...
6) Avez-vous déjà lu plusieurs livres en un jour (quel rythme de lecture!) ?
Ouaip, mais c'était des livres courts, ou alors un roman et une BD/manga :)

7) Avez-vous déjà lu toute une série, sauf le dernier tome qui est pourtant sorti depuis bien longtemps (un peu de mal à abandonner l'univers?) ?
Hum... Non. J'ai lu les 3 premiers tomes de Chroniques des temps obscurs de Michelle Paver et je n'ai pas lu les trois derniers, mais j'ai un peu perdu l'intérêt pour cette série depuis le temps...

8) Avez-vous déjà lu la suite d'un roman alors que vous n'aviez pas aimé le tome 1 (ne seriez-vous pas un peu masochiste?) ?
Non, pas envie de dépenser de l'argent dans une suite que je n'aime pas !

9) Avez-vous déjà lu un livre avec un couverture vraiment pas terrible (voire très moche) ?
Ouais, les vieille couvertures des Harlequins...

10) Avez-vous déjà lu un livre Pocket Jeunesse, autre que les Hunger Games ? 
Oui ! Les Chroniques Lunaires  de Marissa Meyer <3 

11) Avez-vous déjà lu en faisant autre chose ( la vaisselle, téléphoner à votre mère,...) ?
Oui, devant la télé, ou en écoutant la musique. Et en mangeant, ça ça m'arrive souvent !

12) Avez-vous déjà lu à la place de faire autre chose (manger, dormir...) ?
Oui, à la place de dormir...C'était notamment Révélation de Stephenie Meyer ^^"

13) Avez-vous déjà lu un livre d'exactement 399 pages (c'est le moment où il faut sonder sa bibliothèque) ? 
Ouais, mais j'avoue que j'ai la grande flemme de chercher !
14) Avez-vous déjà lu un livre avec le mot "livre" dans le titre ? 
Ouais, le Livre du voyage de Bernard Werber, la chronique est sur le blog ;)

15) Avez-vous déjà lu en hiver, un livre qui se passe en été ?
Nope.

16) Avez-vous déjà lu en été, un livre qui se passe en hiver ? 
Je pense lire Les fiancés de l'hiver cet été...

17) Avez-vous déjà lu un livre et quelqu'un que vous ne connaissez pas vous interrompt en découvrant votre lecture. Vous en parlez et devenez instantanément amis pour la vie (ou presque) ?
Non, snif... Il y a peu de personnes qui lisent vraiment beaucoup autour de moi...

18) Avez-vous déjà lu sur la plage ?
Oui mais je n'aime pas, je reviens toujours avec plein de sable dans les pages. Puis de base, j'aime pas top la plage, je préfère la montagne !

19) Avez-vous déjà lu un livre qui vous a fait lever les yeux au ciel ?
Oui, L'héritière rebelle  d'Elizabeth Beacon, c'était tellement cliché par moment... (chronique sur le blog)

20) Avez-vous déjà lu un livre parce que vous aviez lu un livre qui en parlait (un livre dans un livre, c'est un peu Inception, mais pour les livres) ?
Oui, Cinquante nuances de Grey aura eu le mérite de me faire lire Tess D'Urbervilles de Thomas Hardy !

Attribuez-vous un point par réponse positive. Alors, quel est votre score?  13/20 !



PS : Commente si toi aussi en lisant les questions, tu faisais la voix dans les vidéos "Avez-vous déjà vu ?"



jeudi 14 mai 2015

Le Prince Captif 1 : L'esclave, C.S. Pacat

Titre : Le Prince Captif : L'esclave
Auteur : C.S. Pacat
Edition : Milady
Pages : 288
Prix : 14,90€
4e de couverture : Il devait être roi, il est devenu esclave. 
Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d’Akielos. Mais lorsque son demi-frère s’empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave de plaisirs au prince d’un royaume ennemi. Beau, manipulateur et mortellement dangereux, son nouveau maître, le prince Laurent, incarne ce qui se fait de pire à Vère. Mais dans la toile mortelle de la politique vérétienne, les apparences sont trompeuses. Pris dans les manigances de la cour, Damen doit s’allier à Laurent pour sa survie et celle de son royaume. Sans jamais oublier une règle vitale : cacher sa véritable identité à tout prix. Car l’homme dont il a besoin est celui qui a le plus de raisons de le haïr…


Mon avis : 

Ce livre étant un service presse reçu dans le cadre de mon poste de chroniqueuse chez Songe d'une nuit d'été, vous pourrez retrouver ma chronique sur le webzine ici