jeudi 31 mars 2016

Keeper of the lost cities 1, Shannon Messenger

Titre : Keeper of the lost cities
Auteur : Shannon Messenger
Edition : Aladdin
Pages : 496
Prix : 8,37€ pour le paperback, 16€ pour le hardback
4e de couverture : "Depuis des années, Sophie sait qu’elle n’est pas comme tout le monde. Elle se sent à part à l’école, où elle n’a pas besoin d’écouter les cours pour comprendre. La raison ? Elle est dotée d’une mémoire photographique… Mais ce n’est pas tout : ce qu’elle n’a jamais révélé à personne, c’est qu’elle entend penser les autres comme s’ils lui parlaient à voix haute. Un casque vissé sur la tête pour empêcher ce bruit de fond permanent de la rendre folle, elle se promène un matin avec sa classe au musée d’Histoire naturelle quand un étrange garçon l’aborde. Dès cet instant, la vie qu’elle connaissait est terminée : elle n’est pas humaine et doit abandonner son existence entière pour rejoindre un autre univers, qu’elle a quitté douze ans plus tôt. L’y attendent une pléiade de nouveaux condisciples, amis et ennemis, et une question obsédante : qui est-elle ? Pourquoi l’a-t-on cachée dans le monde des humains ? Pourquoi n’a-t-elle que des souvenirs partiels de son passé ?"




Mon avis : 

Trouvé en hardback sur Bookoutlet, dédicacé, pour 12€ frais de port compris...voilà quoi ! Et je dois bien dire...j'ai trouvé mon nouveau Harry Potter ! 

Oui oui, vous avez bien lu, je pense que ce roman c'est le début d'une saga aussi puissante qu'Harry Potter et aussi bien menée. 
On suit Sophie, une jeune fille surdouée qui découvre, avec l'aide de Fitz, un mystérieux garçon, qu'elle est en fait une elfe et qu'elle doit aller vivre parmi eux, et étudier à Foxfire dans les "Cités Perdues" qui correspondent en fait aux cités mythiques comme Atlantis, ou Shangri-La. Déjà là on mêle deux choses que j'aime : la trame à la Harry Potter et des cités considérées comme mythiques mais qui m'ont toujours fait rêver. 

Au cours du roman, Sophie va découvrir le monde elfique, ses propres pouvoirs, l'école de Foxfire, mais aussi ses origines et les mystères qui l'entourent. Vu d'ici, ça semble très copié sur Harry Potter mais en fait non, on y retrouve la même ambiance mais l'histoire reste différente, je ne peux pas vous en dire plus sans vous spoiler. J'ai vraiment hâte de voir ce que les prochains tomes vont donner ! 

J'ai adoré Sophie, elle n'est pas parfaite puisqu'elle doit passer de surdouée à élève à la traine tout en cherchant à comprendre pourquoi elle connait et comprend des choses qu'elle n'a jamais appris et qu'elle ne devrait pas savoir. J'ai également adoré Dex, un brin gaffeur mais toujours très drôle et présent pour Sophie, au contraire de Fitz que je n'ai pas trop apprécié pour l'instant. 

J'étais tellement bien dans cet univers qui me semblait presque familier, j'ai vraiment hâte de me plonger dans la suite ! Un roman abouti, qui plaira aux fans d'Harry Potter et aux plus jeunes, et qui j'espère va continuer à être aussi bien! Un beau 18/20 et un coup de coeur ! 

mercredi 30 mars 2016

Le secret d'une nuit d'amour, Kim Lawrence

Titre : Le secret d'une nuit d'amour
Auteur : Kim Lawrence
Edition : Harlequin
Pages : 143
Prix : 4,30€
4e de couverture : "Trois ans plus tôt, cacher sa grossesse à Ben Warrender avait semblé à Lily la plus sage des décisions. Après tout, Ben appartenait à l'aristocratie anglaise, était sur le point de se marier, et n'avait sans doute que faire du fruit d'une nuit sans lendemain. Pourtant, lorsqu'elle le voit apparaitre sur l'île où elle passe quelques jours de vacances, Lily comprend qu'elle s'est lourdement trompée. Avec des éclairs de colère dans son beau regard bleu, Ben lui annonce de but en blanc avoir appris qu'il est le père de sa petite Emmy. Et qu'il est bien déterminé à faire dorénavant partie de leur vie, à leur fille et à elle..."








Mon avis : 

Ce livre étant un service de presse reçu dans le cadre de mon poste de chroniqueuse chez Songe d'une nuit d'été, vous pouvez retrouver ma chronique sur le site, ici !

lundi 28 mars 2016

Les Suprêmes, Edward Kelsey Moore

Titre : Les Suprêmes
Auteur : Edward Kelsey Moore
Edition : Actes Sud, collection Babel
Pages : 414
Prix : 9,70€
4e de couverture : "Elles se sont rencontrées à la fin des années 1960 et ne se sont plus quittées : tout le monde les appelle «les Suprêmes», en référence au célèbre groupe de chanteuses des seventies. L'intrépide Odette converse avec les fantômes et soigne son cancer à la marijuana sur les conseils avisés de sa défunte mère, tandis que la sage Clarice endure les frasques de son volage époux pour gagner sa part de ciel. Toutes deux ont pris sous leur aile Barbara Jean, éternelle bombe sexuelle que l'existence n'a cessé de meurtrir. Complices dans le bonheur comme dans l'adversité, ces trois irrésistibles quinquas afro-américaines se retrouvent tous les dimanches dans l'un des restaurants de leur petite ville de l'Indiana : entre commérages et confidences, rire et larmes, elles se gavent de poulet frit en élaborant leurs stratégies de survie. Invitation à une lecture aussi décalée que féconde de la problématique raciale aux Etats-Unis, ce formidable roman de l'amitié et de la résilience s'affirme comme une exemplaire défense et illustration de l'humanisme conçu comme la plus réjouissante des insurrections."




Mon avis : 

Un petit air de "La couleur des sentiments", un roman de la collection Babel et un côté décalé ? Quoi de plus pour me faire avoir le coup de coeur ? 

Dans ce roman, c'est la vie de trois femmes et de leur famille qui est bouleversée à la mort de Big Earl, le régent du restaurant où ils se retrouvaient tous les dimanches. Et si on début, on pense que Big Earl était le seul véritable lien entre tous les personnages, au fil des souvenirs des trois personnages principaux, on découvre leur vie et on apprend que non, ils sont tous liés d'une façon ou d'une autre et que la vie continue, même sans Big Earl. 

Les trois personnages principaux sont Odette : une femme grosse née dans un sycomore, réputée pour n'avoir peur de rien et qui voit les fantômes et discute avec eux; Clarisse, une puritaine de part l'éducation de sa mère, qui a épousé le plus grand coureur de jupons de la ville et qui se languit devant son piano tout en jugeant tout et tout le monde, et enfin Barbara Jean, une dame belle comme pas permis, fille d'une prostituée sur qui le destin s'acharne et qui combat son alcoolisme. Ces trois afro-américaines sont amies depuis le lycée et à travers leurs déjeuners du dimanche qui rythment le roman, on découvre leur vie d'avant et leur vie de maintenant, les moments tristes comme heureux, la vie dans l'Amérique des années 50 en pleine ségrégation raciale et la vie dans l'Amérique de l'année 2005. 

Ce roman est profondément drôle, mais aussi profondément touchant. Vous savez peut-être maintenant à quel point j'aime les romans sur la vie quotidienne, où on découvre les personnages petit à petit, sans qu'il se passe forcément une action de dingue, et bien ce roman c'est exactement ça. C'est au fur et à mesure qu'on prend conscience de la profondeur des liens qui unit chaque personnage, quand l'auteur nous révèle peu à peu les secrets, les silences de chacun. 

Chaque personnage a ses fêlures, aucun n'est parfait et chacun est réaliste sur lui-même c'est ce que j'ai énormément aimé. Le groupe d'amies sait quand il faut se taire mais aussi quand il faut réagir, elles n'hésitent pas à être franches, se blessent parfois mais sont toujours là. C'est une des plus belles amitiés littéraires qu'il m'ai été donnée de lire et je ne le regrette pas. Je me suis profondément attachée à chaque personnage. La thématique raciale reste en arrière-plan, ne prend pas toute la place et j'ai aimé ça, ces personnages noirs, ne se définissent pas par rapport aux Blancs, ils vivent leurs vies malgré le racisme. 

Clairement ce roman est un gros gros coup de coeur, un gros 20/20. 

Lolita, Vladimir Nabokov

Titre : Lolita
Auteur : Vladimir Nabokov
Edition : Folio
Pages : 551
Prix : 9,20€
4e de couverture : "Humbert Humbert est en prison pour meurtre. Il raconte tout ce qui l'a conduit jusqu'ici, de son enfance avec son premier amour à sa rencontre des dizaines d'années plus tard avec Dolorès Haze une "nymphette" de 12 ans. Humbert est subjugué par la jeune fille et accepte même d'épouser la mère de Dolorès pour rester près d'elle. "









Mon avis : 

Ce livre, je l'ai commencé en novembre, oui oui, et depuis, je le traine... C'est pourquoi, j'ai fini par l'abandonner à 52%. Non pas qu'il était nul, au contraire, mais je vais vous expliquer tout ça. 

Dans ce roman on suit Humbert Humbert alors qu'il livre son témoignage dans le procès qui lui est intenté pour meurtre dans les années 80. Il explique qu'il a toujours été attiré par les nymphettes, des jeunes filles dans l'âge de la pré-adolescence, et que son grand amour a été Dolorès Haze, qu'il appelait Lolita et dont il a épousé la mère. Je n'en dirais pas plus sur le résumé pour ne pas spoiler. 

Car ce qui m'a ennuyée, c'est que ce que je vous ai enlevé de la 4e de couverture, était en fait un événement "déclencheur" mais qui ne se produit qu'à la moitié du roman. Et c'est à partir de là que j'ai trouvé que le tout se traînait purement et simplement. Pourtant, ce roman est un bon roman, l'auteur arrive à nous faire détester le personnage principal tout en faisant en sorte de nous le rendre sympathique. 
J'ai trouvé le fait que le roman soit un témoignage das un procès très intéressant car des fois, des retours sont faits au présent et on voit qu'Humbert Humbert est très détaché. Et au fur et à mesure du roman, on se rend compte qu'en fait il est détaché de tout ce qui n'est pas la nymphette. 

D'ailleurs sa nymphette qu'est Lolita, je l'ai trouvée insupportable, c'est une enfant que j'ai trouvé vulgaire, aguicheuse, lunatique et irresponsable, même si je pense qu'elle ne se rend pas forcément compte de ce qui est bien et mal. Et entre ce personnage, l'intrigue qui n'avançait pas et le personnages principal qui ne réagit à rien, j'ai eu du mal. 

Toutefois, une chose est sûre, la plume est magnifique. le style est précis, empli de sonorités réfléchies et c'est un plaisir à lire. Je comprends totalement pourquoi ce roman est un classique, mais pour moi, ça reste en demi-teinte, je dirais 13/20. 

dimanche 27 mars 2016

Les filles au chocolat 5 3/4 : Coeur Poivré, Cathy Cassidy

Titre : Coeur Poivré
Auteur : Cathy Cassidy
Edition : Nathan
Pages : 110
Prix : 9,90€
4e de couverture : "Loin des yeux - L'été dernier, Jamie a eu un vrai coup de foudre pour Skye. Ensemble, ils ont passé des moments fabuleux. Mais, depuis son retour à Londres, Jamie sent que ses sentiments pour Skye s'estompent... Surtout depuis qu'il a rencontré Ellie, une fille qui l'attire malgré lui. Et plus il essaie de faire " ce qui est bien ", plus il a l'impression de se transformer en lâche et en menteur... 
Près du cœur - Stevie n'a pas revu Coco depuis des mois. Et il doit bien l'avouer: elle lui manque ! Il est donc ravi que les Tanberry aient invité sa famille à passer le jour de l'an chez eux. Mais il a le trac : et s'ils n'avaient plus rien à se dire avec Coco ? Et si elle l'avait complètement oublié ?




Mon avis : 

Avec ma flemme d'attendre la sortie ebook, j'ai eu une gentille copine qui me l'a prêté, merci Manon !

J'ai une relation assez ambivalente avec cette saga : en fait c'est un peu mon plaisir coupable. Pourquoi ? Parce que cette série ne casse pas trois pattes à un canard, est limite trop jeunesse pour moi et que je trouve beaucoup de choses à redire...mais en même temps je ne peux pas m'empêcher de lire chaque tome et de les dévorer...

Ceci dit, ce tome ne sert vraiment à rien, en tout cas la première nouvelle aurait pu être résumée en une phrase et n'a rien apporté à l'histoire je trouve, donc je ne parlerais que de la seconde.

Dans la nouvelle "Près du coeur", on retrouve Stevie qui revient chez les soeurs Tanberry pour les fêtes de fin d'année et il craint de s'être trop éloigné de Coco. Ce couple est le plus jeune et je les ai trouvés adorables à ne pas vouloir aller trop vite dans leur relation, à être plutôt concentré sur les animaux et comment les sauver. Enfin des personnages qui font leur âge ! Hallelujah ! 
Coco est une de mes soeurs préférées et je l'ai trouvée très mature dans cette histoire, on sent qu'elle a bien grandi depuis le premier tome.
En ce qui concerne l'histoire en elle-même, j'avais deviné la fin dès le début mais elle m'a tout de même fait chaud au coeur, et en ce moment, ça n'a pas de prix donc merci Cathy Cassidy !

Un petit recueil en demi-teinte mais qui garde la mignonitude de cette saga, un petit 14/20. 

Les femmes de l'ombre, Laurent Vachaud

Titre : Les femmes de l'ombre
Auteur : Laurent Vachaud
Edition : Perrin
Pages : 245
Prix : se trouve uniquement d'occasion
4e de couverture : "Recrutée par le SOE, le service secret de renseignement et de sabotage piloté par Churchill, Louise Desfontaines se voit confier sa première mission, l'exfiltration d'un agent britannique tombé aux mains des Allemands alors qu'il faisait des repérages pour le débarquement sur des plages normandes. L'homme n'a pas encore parlé mais le temps presse. Louise constitue alors un véritable commando et engage Suzy, une danseuse de cabaret qui excelle dans l'art de séduire les hommes, Gaëlle, chimiste, ingénieure en explosifs, Jeanne, enfin, une prostituée reconvertie dans le crime. Parachutées en Normandie, elles y sont accueillies par Maria, juive italienne, opératrice radio et dernière pièce du dispositif. Inspiré de l'histoire vraie des Françaises qui ont rallié la Résistance pendant la dernière guerre et combattu comme des hommes, le roman mêle dans un savant dosage l'aventure à l'histoire, l'amour au drame. Et rend justice à ces oubliées de la guerre, héroïnes d'un jour pour sauver leur patrie."




Mon avis : 

Trouvé en bouquinerie, c'est le roman adapté du film du même nom et l'auteur est le scénariste du film. Je suis tellement froussarde qu'il est dur pour moi de regarder un film avec beaucoup de coup de feu ou de morts (mes amies se moquent encore de ma crise nerfs et de larmes après avoir vu "La Rafle" en cours, spéciale dédicace les filles !), donc je me suis dit que ça passerait mieux en livre ! 

On suit Louise, alors qu'elle est en pleine opération de résistance avec son mari Claude quand celui-ci se fait tuer devant ses yeux par des Allemands. Louise est alors envoyée en Angleterre pour former un commando chargé de récupérer un géologue capturé alors qu'il faisait des repérages en Normandie pour le débarquement. Au programme de ce commando : une prostituée condamnée à mort, une puritaine, Louise, et une danseuse de cabaret qui sortait avec le chef des renseignements allemands. 

Cette histoire, narrée sous trois points de vue : Louise, son frère et un haut-gradé allemand, est très violente et je suis donc bien contente de ne pas avoir regardé le film. On sent vraiment que c'est adapté d'un film et non l'inverse car tout n'est qu'action et dialogues. L'auteur est avant tout scénariste et ça se sent, l'écriture doit être efficace et aller à l'essentiel, le style n'est pas le plus important. 

Mais au moins je ne peux pas enlever à l'auteur que l'action est efficace, mon coeur s'est figé plusieurs fois, l'action donnait un rythme trépidant au livre, un sentiment d'urgence, si bien qu'il était difficile de le poser pour faire autre chose. L'histoire est parfois très sombre, notamment pour les scènes d'attentat ou de torture, mais aussi pleine d'espoir. 

J'ai surtout voir ces portraits de femmes si différentes mais unies dans un même but. J'ai particulièrement apprécié leur psychologie : Jeanne qui est prête à tout et qui ne se fait jamais d'illusions, Gaëlle qui est trop sage et gentille pour sa sécurité, Suzy qui est hantée par son passé et Louise qui voit ses idéaux s'effondrer quand elle apprend quelque chose...

Un roman court qui m'aura marquée profondément, un peu plus de développement et de style aurait pu être bien mais on aurait perdu le sentiment d'urgence je pense, un bon 18/20. 

samedi 26 mars 2016

Dans ma Boite aux Lettres #5 : Réceptions/Cadeaux/Concours

Réceptions papier

  

 



  





Réceptions ebook 

 


Certains ne sont pas encore arrivés mais ne tarderons pas : "La Fourmillière", "Ecrits Epars" !

mardi 22 mars 2016

La cité des ténèbres 3 : Le miroir mortel/La cité de verre, Cassandra Clare

Titre : Le miroir mortel/Le cité de verre
Auteur : Cassandra Clare
Edition : PKJ
Pages : 624
Prix : 18,15€
4e de couverture : "La lutte entre le bien et le mal se poursuit. Valentin rassemble son armée pour éradiquer la lignée des Chasseurs d'Ombres. Clary se rend dans la Cité de Verre afin de sauver sa mère et découvrir son passé. S'introduire dans la Cité sans l'autorisation de l'Enclave n'est pas sans danger... 
Au cours de sa quête, Clary rencontre Sébastien, un garçon énigmatique. Avec lui, elle comprend que le seul moyen d'arrêter la fureur de Valentin est de former une alliance entre Chasseurs d'Ombres et Créatures Obscures. Comment conclure une telle union ? Clary saura-t-elle maîtriser ses nouveaux pouvoirs à temps pour cet ultime affrontement ?"




Mon avis : 

Cette chronique sera rapide et virulente pour la simple et bonne raison que j'ai abandonné ce livre et que si j'avais eu le format papier au lieu de ma liseuse d'amour, je l'aurais jeté par la fenêtre ! 

Alors j'avais relativement bien apprécié les deux premiers tomes de cette série même si Jace et Clary me tapaient sur le système. Mais là, je n'ai pas pu, j'ai abandonné le livre à 20% tellement j'avais envie de les baffer ! 

Si l'histoire passe à peu près, Clary se rend sur Idriss pour tenter de contrer Valentin, et si les personnages secondaires sont particulièrement intéressants : l'auteur développe un peu la famille de Luke, on en apprend plus sur Alec et Isabelle puisqu'on les voit dans leur "habitat naturel". 

Mais alors Clary et Jace...franchement ils m'on insupporté ! Que Clary soit en mode "oh non, je suis pas amoureuse de Simon, mais j'ai trop envie de sortir avec Jace, mais je peux pas, oh et puis tiens je vais faire une grosse bêtise et puis comme ça il va venir m'aider" et vas y qu'elle fait son intéressante ! 

C'est vraiment dommage car comme je l'ai dit, l'histoire en elle-même est intéressante et j'adore les personnages secondaires, mais pour le coup je vais me contenter de la série Netflix où on voit un peu plus les personnages secondaires ! Je ne lirais pas la suite, peut-être "Les origines" car les personnages sont mieux apparemment. 

lundi 21 mars 2016

Percy Jackson 2 : La mer des monstres, Rick Riordan

Titre : La mer des monstres
Auteur : Rick Riordan
Edition : Le livre de poche jeunesse
Pages : 352
Prix : 6,90€
4e de couverture : "Lorsqu'une simple partie de foot se change en bataille contre un gang de cannibales géants, Percy le demi-dieu a un terrible pressentiment. Comme le lui annonçaient ses étranges cauchemars, les frontières magiques qui protègent la Colonie des Sang-Mêlés sont empoisonnées. Pour sauver leur domaine, Percy et ses amis devront parcourir la mer des Monstres, qui porte bien son nom."









Mon avis :

Après avoir vu le film il y a un an, j'avais envie de me replonger dans la série de livres pour pouvoir avoir une suite.

Dans ce tome-ci, l'arbre de Thalia, qui protège l'entrée de la colonie, a été empoisonné et les monstres commencent donc à affluer. Pour lutter contre ça, Annabeth et Percy doivent ramener la Toison d'Or, et pour cela traverser la mer des monstres, celle qu'Ulysse a traversé pendant son odyssée, et si au passage ils peuvent sauver Grover du géant Polyphème, ce n'est pas plus mal !

Revoir l'histoire d'Ulysse à notre époque était très sympa, j'ai beaucoup rigolé à certains passages, tremblé un peu à d'autres. J'ai apprécié l'actualisation des mythes de Circé et des sirènes et ce que les personnages apprenaient sur eux-mêmes en les affrontant. Dans ce second tome, on en apprend plus sur la prophétie qui désigne le destin de Percy et la fin m'a beaucoup surprise, elle remet tout en cause !

Tout comme le premier tome cette histoire peut se suffire à elle-même, cependant l'élément de la fin suggère enfin une intrigue conductrice pour les autres tomes. Le premier tome aurait en effet pu ne pas bénéficier de suite, c'est un peu plus délicat ici. Je n'ai tout de même pas vraiment vu l'intérêt de Luke dans ce tome, il est certes méchant mais il n'apporte pas grand chose à l'intrigue. Au contraire, j'ai adoré le personnage du gentil cyclope, il donne une grande profondeur à l'histoire, permettant d'aborder des thèmes comme le rejet de la différence, les préjugés, les familles recomposées,...

Au programme donc ? De l'action, de l'humour, de la mythologie, le cocktail gagnant que Rick Riordan sait très bien mener ! Un beau 16/20 !

dimanche 20 mars 2016

Percy Jackson 1 : Le voleur de foudre, Rick Riordan

Titre : Le voleur de foudre
Auteur : Rick Riordan
Edition : Le livre de poche jeunesse
Pages : 480
Prix : 6,90€
4e de couverture : "Une vie de demi-dieu, c'est dangereux. C'est angoissant. Le plus souvent, ça se termine par une mort abominable et douloureuse. Dès l'instant où l'on sait si l'on en fait partie, ils le perçoivent eux aussi et ils se lancent à vos trousses. Un jeune garçon apprend que les dieux de l'Olympe sont on ne peut plus vivants, et qu'il est lui-même un demi-dieu."










Mon avis : 

Cet avis sera court, et pas forcément aussi développé que d'habitude pour la simple et bonne raison que j'ai lu ce livre il y a quelques années, et que je m'en souvenais suffisamment pour attaquer directement le tome 2, mais je me suis dit que a pourrait vous intéresser d'avoir mon avis sur le premier tome, donc c'est parti !

Dans ce premier volume on découvre Percy qui vit avec sa mère et un beau père immonde et méchant. Il est dyslexique mais toujours assisté de son meilleur ami un peu handicapé, Grover. Quand son prof de latin lui tend un stylo qui se révèle être une épée pour qu'il se défende contre une harpie, Percy commence à avoir un peu peur, et découvre qu'il est un sang-mêlé et le fils du dieu grec Poséidon ! Et oui, rien que ça ! Ah, et aussi que son prof de latin est un centaure et Grover un satyre ! Alors qu'il se rend à la Colonie des Sang-mêlés pour y être protégé, sa mère se fait enlever et les dieux le menacent car ils pensent qu'il a volé l'éclair de Zeus, c'est le début d'une longue aventure !

Le point fort de ce premier tome est que l'auteur arrive à vraiment mettre en place son univers tout en développant une aventure qui se résout de bout en bout, le tout avec beaucoup d'humour ! J'ai particulièrement apprécié la manière dont il a intégré tous les éléments mythologiques à notre monde et plus particulièrement aux Etats-Unis, ça fait voir le monde différemment.
Toutefois j'ai trouvé que l'aventure en elle-même avait un schéma un peu répétitif, car Percy doit trouver 3 objets pour lui permettre de rentrer des Enfers, et donc à chaque fois qu'il cherche et trouve un objet, c'est le même schéma narratif.
J'ai beaucoup aimé la relation entre Percy et sa mère, notamment vers la fin, quand tous les secrets sont levés, elle est très touchante. De même, la relation entre Percy et Poséidon, même si elle semble presque inexistante à un bon potentiel de développement et j'ai hâte de voir ce que ça peut donner !

Un premier tome entraînant qui met bien en place l'univers, un sujet parfaitement maîtrisé, que du bon ! Un joli 16/20. 

samedi 19 mars 2016

Rage, Nicolas Gramain

Titre : Rage
Auteur : Nicolas Gramain
Edition : Atramenta
Pages : 200
Prix : 16€, il faut passer par l'auteur pour commander
4e de couverture : "Un berserk catcheur se bat pour assouvir sa vengeance envers ceux qui l'ont transformé, le tout dans un univers cyber-punk très sombre."













Mon avis : 

Je remercie tout d'abord l'auteur de m'avoir envoyé son roman car ça a été une très bonne surprise. 

Dans ce roman ponctué de quelques illustrations aux allures de comics, on suit Vucain, un homme génétiquement modifié qui peut se changer en une sorte de bête quasi indestructible. Il exerce ses talents au sein des Death Fighting, des combat de boxe/catch/je sais pas trop, à mort. Au fil des pages, on découvre ses origines et surtout l'origine de la rage qui l'anime, son désir de vengeance, le tout contenu par Marissa, la fille de sa voisine prostituée qu'il va sauver. L'histoire parait étrange non ? C'est le cas, mais c'est surtout une histoire et un univers passionnant ! En lisant, j'avais dans ma tête un mix des films Babylone AD et Matrix, mêlé d'un peu du manga DN Angel et d'autre chose dont je ne me souviens plus trop. 

Notre héros, Vulcain, va d'épreuves en épreuves pour sauver Marissa puis pour essayer de sauver son univers et le rendre meilleur, car pour l'instant il est sous l'égide de l'armée et de groupes de scientifiques pratiquant des expériences génétiques sur les humains. J'ai énormément apprécié la fin, une fin à laquelle je ne m'attendais absolument pas, que j'ai trouvé originale et finalement assez logique avec le reste de l'histoire, de plus c'est vraiment à ce moment que le héros évolue et c'est très agréable. 

Le gros point fort de ce roman est son ambiance très sombre. Elle nous prend aux tripes et malgré les scènes très dures, je n'ai pas eu peur (et pourtant, je ne lis rien qui soit sanglant ou où il y a beaucoup de violence) car la violence est dépourvue de toute émotion ici je trouve. Je lisais ces scènes violentes, mais comme c'était le quotidien de cet univers, c'est horrible à dire mais j'en étais assez détachée. Toutefois soyez prévenus, ce livre n'est PAS pour les enfants ou les âmes sensibles ! 

Le petit bémol tient à la relation entre Marissa et Vulcain que j'aimais beaucoup au début mais qui finit par être malsaine pour moi car je continuais à voir Marissa comme une petite fille. De ce fait, ce roman reste quand même très bon, et je lui mets un beau 17/20 ! 

vendredi 18 mars 2016

Dans ma Boite aux Lettres #4 : Achats occasion et neuf

Voici les petits nouveaux de la bibli, seul "Burned" est neuf, tout le reste est d'occasion, de très bonnes affaires de faites ! 



  


 



11 achats d'occasion comme neuf, dont 7 en bouquinerie avec un avoir pour avoir vendu des livres et 1 achat neuf (j'ai profité d'avoir vendu des livres sur Price Minister). 
Que des livres qui me tentent énormément, notamment les Maria V. Snyder que je cherchais en occasion depuis des mois, les trois tomes de "Rougemuraille" (c'était une série que j'adorais au collège) et "Burned" qui ne va pas trainer dans ma PAL puisque c'est le dernier tome d'une série chouchoute. De tous les styles pour passer un mois plein de découvertes littéraires ! 

mardi 15 mars 2016

Immaculate, Katelyn Detweiler

Titre : Immaculate
Auteur : Katelyn Detweiler
Edition : Viking
Pages : 434
Prix : 17,22€
4e de couverture : "Mina is top of her class, girlfriend to the most ambitious guy in school, able to reason and study her way through anything. But when she suddenly finds herself pregnant—despite having never had sex—her orderly world collapses. Almost nobody believes Mina’s claims of virginity. Her father assumes that her boyfriend is responsible; her boyfriend believes she must have cheated on him. As news of Mina’s story spreads, there are those who brand her a liar. There are those who brand her a heretic. And there are those who believe that miracles are possible—and that Mina’s unborn child could be the greatest miracle of all."

Ce livre est disponible en français à la collection R à partir du 21 mars.




Mon avis : 

La couverture sublime me tentait, le résumé me tentait, donc quand Bookoutlet l'a fait à 8€ frais de port compris, je n'ai pas résisté et j'ai bien fait !

Dans ce roman, on suit Mina, une jeune fille encore vierge, première de la classe qui sort avec Nate. Quand une vieille dame étrange nommée Iris lui dit qu'elle portera l'enfant de Dieu et qu'il faut qu'elle accepte, Mina dit oui pour se débarrasser d'elle. Mais deux mois plus tard, Mina est enceinte, bien que n'ayant jamais eu de rapports sexuels. Commence alors le harcèlement, l'abandon par ses proches qui ne la croient pas, le fanatisme de certains qui voient ce qu'elle dit comme un mensonge et une offense à Dieu. Au milieu de tout cela, Mina apprend à accepter l'idée de devenir mère.

Ce roman est passé très très près du coup de coeur. Dès le début, j'ai accepté ce que l'auteur me disait : que Mina était enceinte miraculeusement. Je ne me suis pas demandé à quel but car dans le roman, les principaux sujets ne sont pas ça. Ce livre c'est surtout le parcours d'une adolescente qui va devenir mère, qui doit en accepter l'idée, et qui va tout faire pour son bébé. C'est ce sentiment maternel qui va la porter et l'aider à supporter le harcèlement qu'elle subit au lycée, puis ensuite, sur internet et dans la rue. C'est trouvé ce livre beau, pur et plein d'espoir, toujours.

En ce qui concerne les personnes qui ont abandonné Mina : Izzie, son père et son amoureux, je ne peux pas dire que je les aime, mais en même temps je les comprends. Comment réagir quand on croit que la personne nous trompe, nous ment alors qu'on avait toute confiance en elle et que toutes les apparences sont contre elles ? Certes, on peut agir comme sa mère ou son amie Hannah, mais soyons honnêtes, beaucoup auraient abandonné. D'ailleurs, je trouve que dès le début, on sent que Nate et Izzie vont lâcher Mina, c'est pourquoi je ne les ai pas vraiment apprécié dès les premières pages. Pour moi, l'amitié et l'amour qui les liaient à Mina n'était clairement pas assez fort et si ça n'avait pas été ça, ça aurait été quelque chose d'autre qui aurait cassé la relation.

Au contraire, j'ai su dès le début qu'Hannah serait toujours là pour Mina; leur relation est surement la plus belle relation d'amitié que j'ai pu lire depuis longtemps. De même j'ai adoré Jesse : sa façon d'être lui-même, sa façon d'être avec Mina, son rapport au monde,... C'est le garçon dont rêve toute fille : un garçon qui va au bout du monde pour elle, qui la croit envers et contre tous, qui est toujours là.

C'est à la fin du roman que j'ai appris qu'un second tome allait être publié en VO en octobre 2016. J'avoue que je ne sais pas si je le lirais, de ce que j'en ai vu, ça part dans un côté très fantastique/fin du monde et c'est centré sur l'enfant de Mina. Pour moi, c'est en trop grand décalage avec ce premier roman que j'ai tant aimé, cependant il me reste quelques questions sans réponse donc, à voir. En attendant, "Immaculate" a été une fabuleuse découverte, c'est un très beau 19/20.

dimanche 13 mars 2016

Journal d'un vampire en pyjama, Mathias Malzieu

Titre : Journal d'un vampire en pyjama
Auteur : Mathias Malzieu
Edition : Albin Michel
Pages : 240
Prix : 18€
4e de couverture : « Me faire sauver la vie est l'aventure la plus extraordinaire que j'aie jamais vécue. »












Mon avis :

J'ai lu absolument tous les livres de Mathias Malzieu
et c'est un de mes trois auteurs préférés. Quand j'ai vu que lui et son groupe Dionysos repartait en tournée et qu'ils passaient à Nantes, j'ai pris une place de concert. Quand j'ai vu qu'ils sortaient un nouvel album nommé "Vampire en pyjama", on me l'a offert. Il ne me manquait que la lecture du livre pour que tout soit complet mais problème, j'ai tous ses livres en poche et ça me faisait mal d'acheter le grand format pour ensuite racheter le poche, donc je l'ai pris en ebook !

Encore une fois, Mathias Malzieu ne m'a pas déçu. Je savais que tous ses romans avaient un fond autobiographique, notamment avec "Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi" et "Le plus petit baiser jamais recensé", mais là, c'est encore plus visible car ce roman parle de l'année que l'auteur a passé à se battre contre une maladie du sang qui aurait pu le tuer. Du jour au lendemain, il s'est transformé en vampire, ayant besoin du sang des autres pour survivre et subissant la pression de Dame Oclès.

C'est toujours difficile de parler d'un témoignage car la personne qui écrit a vraiment vécu tout ce qu'elle nous raconte. Ce roman m'a serré le coeur a de nombreuses reprises et l'auteur a vraiment réussi à faire passer l'espoir qu'il avait parfois de s'en sortir avant que tout retombe. Et même si je savais qu'il s'en était sorti, je ne pouvais pas m'empêcher d'avoir peur ou d'être triste pour lui. Il a réussi à retranscrire la peur de la mort, l'espoir de s'en sortir, la solitude du malade, le changement de la vision des autres, le rapport au corps. Autant de sujets si personnels qu'ils peuvent être durs à réellement expliquer et j'ai trouvé qu'il y avait réussi à merveille.

L'histoire est portée par une plume toujours aussi belle, qui résonne comme les chansons qu'il écrit. Avec une musicalité particulière empreinte de nostalgie et d'espoir. J'ai rempli ma liseuse de surlignage pour garder de belles phrases en tête (je vous en laisse un échantillon en fin de chronique). Comme dans tous ses romans, Mathias Malzieu joue sur les mots et les réinvente pour le plus grand plaisir du lecteur. On rêve, on imagine, on embellit la vie en lisant ce roman et ça fait tellement de bien !

La particularité en plus de ce roman, est que Mathias Malzieu fait pleins de clins d'oeil à ses autres écrits et on voit alors vraiment à quel point ils sont inspirés de sa vie, à quel point ils sont importants pour lui. Et quand on a lu tous ses livres, c'est également agréable et sympathique de reconnaître ces clins d'oeil car on se sent alors plus proches de l'auteur. Ce livre est un coup de coeur, ou devrais-je dire encore un coup de coeur pour Mathias Malzieu et un beau 20/20.



"Faire le con poétiquement est un métier formidable."

"Le problème est que je donne plus que ce que j'ai. Je suis le plus con des dragons. Celui qui crache des étincelles et se crame les ailes avec."

"Vampire en cavale recherché par les autorités médicales le long du littoral. Signalement : très blanc, tout petit, fait du skateboard au ralenti."

Mes citations préférées #1

Au fur et à mesure que je lis sur liseuse, je me rends compte que je surligne beaucoup de passages de livres que j'aime, alors pourquoi ne pas les partager avec vous ? Qu'ils soient drôles, beaux ou tristes découvrez-les :)


"Mes les livres ont été mes oiseaux et mes nids, mes bêtes domestiques, mon étable et ma campagne; la bibliothèque, c'était le monde pris dans un miroir; elle en avait l'épaisseur infinie, la variété, l'imprévisibilité." Jean-Paul Sartre, Les Mots

"Je suis né de l'écriture : avant elle, il n'y avait qu'un jeu de miroirs, dès mon premier roman, je sus qu'un enfant s'était introduit dans le palais des glaces. Ecrivant, j'existais, j'échappais aux grandes personnes; mais je n'existais que pour écrire et si je disais : moi, cela signifiait : moi qui écris. N'importe : je connus la joie; l'enfant public se donna des rendez-vous privés." Jean-Paul Sartre, Les Mots

"Longtemps j'ai pris ma plume pour une épée, à présent je connais notre impuissance. N'importe : je fais, je ferai des livres; il en faut; cela sert tout de même. La culture ne sauve rien ni personne, elle ne justifie pas. Mais c'est un produit de l'homme : il s'y projette, s'y reconnait; seul, ce miroir critique lui offre son image." Jean-Paul Sartre, Les Mots

"Or course you have a boyfriend, because right now my deepest wish is that you don't have a boyfriend. Because even though I haven't seen you in almost a year, and even though the last time we were in a room together was one of the most awkward mornings of my life, now that we're talking again, it feels like we should be talking, it feels like this should be a part of something, and maybe it's beacause Claire is always telling me how wonderful you are, and maybe it's because that shirt does something to your eyes, and maybe it's because you have a boyfriend, it releases theses strange pheromones that unwittingly attract foolish boys like myself. I don't know..." David Levithan, Love is the higher law

"Je n'ai que des sentiments violents et incertains dont je ne suis pas le maître. Je ne me trouve plus digne de vous; vous ne me paraissez plus digne de moi. Je vous adore, je vous hais; je vous offense, je vous demande pardon; je vous admire, j'ai honte de vous admirer. Enfin, il n'y a plus en moi ni de calme ni de raison." Madame de la Fayette, la Princesse de Clèves

"Je me perds dans un pays sans contours fermé par les grands pans verticaux de la nuit." Paul Nizan, Aden Arabie

"La liberté est un pouvoir réel et une volonté réelle de vouloir être soi. Une puissance pour bâtir, pour inventer, pour agir, pour satisfaire à toutes les ressources humaines dont la dépense donnera la joie." Paul Nizan, Aden Arabie

"Le bonheur n'est jamais grandiose". Aldous Huxley, Le meilleur des mondes

"Mais je n'en veux pas du confort. Je veux Dieu, je veux de la poésie, je veux du danger véritable, je veux de la liberté, je veux de la bonté. Je veux du pêché." Aldous Huxley, Le meilleur des mondes

"On se redresse l'une contre l'autre en essayant de se faire tomber, tels deux gros morses en plein combat." Maud Cordier, Quand le ciel descend sur la terre

"Whether the skin is black, brown or white, the love in the mother's eyes is exactly the same everywhere." Dr. Willie McCarney, Big boys don't cry

"Un instant était le maximum qu'on pourrait jamais attendre de la perfection." Chuck Palahniuk, Fight Club

"Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins. Mon pêché, mon âme. Lolita : le bout de la langue fait trois petits bonds le long du palais pour venir, à trois, cogner contre les dents. Lo. Li. Ta." Vladimir Nabokov, Lolita

"La vie a trop de prix pour s'en remettre à l'opinion des autres." Louis Tremblay d'Essiambre, Les années du silence 1


samedi 12 mars 2016

Dreamology, Lucy Keating

Titre : Dreamology
Auteur : Lucy Keating
Edition : Michel Lafon
Pages : 345
Prix : 15,95€
4e de couverture : "Depuis son enfance, Alice mène une double vie. La vie réelle, où elle habite seule avec son père... et sa vie en rêves ! Toutes ses nuits sont peuplées d'aventures extraordinaires, de voyages, de rencontres, et surtout d'un garçon de son âge : Max. Au fil des années, elle est tombée amoureuse de lui et ne pense qu'à se coucher le soir pour le retrouver. Mais le jour de sa rentrée au lycée, Alice voit Max. En chair et en os. Le garçon de ses nuits existerait-il vraiment ? Sauf que lui ne semble pas la reconnaître. Pire, Max a déjà une petite amie. Céleste, une fille adorable, qui le connaît depuis longtemps et qui l'a aidé à traverser les moments difficiles de sa vie... réelle. Pourtant, alors qu'Alice s'apprête à manger par erreur un gâteau auquel elle est allergique, Max se précipite vers elle pour l'en empêcher ! Car lui aussi rêve d'Alice depuis l'enfance. Et bientôt d'étranges événements se produisent. Des éléments de leurs aventures imaginaires font soudain surface alors qu'ils sont éveillés : des feuilles d'arbre rose fluo, des empreintes de chien géant, des étoiles filantes de toutes les couleurs. Tandis que les frontières entre rêve et réalité deviennent de plus en plus floues, Alice et Max décident d'éclaircir ce mystère. Et leurs pas les conduisent vers l'étrange Centre de recherche sur les rêves..."



Mon avis : 

Le résumé me tentait beaucoup mais en voyant des avis très mitigés, j'ai attendu de l'avoir en ebook pour le livre. C'est chose faite, et je ne regrette pas de ne pas l'avoir en papier.

On rencontre Alice, une jeune fille qui déménage à de New York à Boston. Dans sa nouvelle école, elle a la surprise de rencontrer Max...le garçon dont elle rêve littéralement depuis sa plus tendre enfance. Mais il a déjà une petite amie et ne semble pas se souvenir d'Alice, jusqu'à ce qu'il lui dise de ne pas manger un cookie avec des arachides car elle est allergique, chose qu'il n'a pu savoir que dans leurs rêves.

En fait, j'ai globalement apprécié l'histoire, mais je ne pensais pas qu'elle prendrait un tour comme ça. Je m'attendais à une romance compliquée mais qui reste relativement simple et mignonne. Mais je me sis retrouvée avec une explication scientifique qui a cassé tout le côté magique que j'attendais. Pour autant, l'histoire de l'auteur tient la route et je ne peux pas nier qu'elle ne manque pas d'originalité, c'est juste que j'aurais préféré autre chose.

Car l'auteur a choisi de lier les rêves d'Alice au domaine du scientifique plutôt que du domaine de la magie/du destin. De ce fait, l'histoire part dans un côté très terre à terre qui flirte avec le sujet de la folie.

Le roman est un roman jeunesse, pour les 13-14 ans. Je pense que le côté scientifique est à double tranchant : je ne sais pas s'il m'aurait captivé à cet âge-là, mais au moins ça a le mérite de changer un peu et de ne pas tout simplifier.

Concernant les personnages, je pense que je suis peut-être un peu trop grande désormais pour les apprécier à leur juste valeur. J'ai trouvé Alice assez gamine parfois et égoïste. Au contraire, j'ai bien aimé Max, il est réaliste sur la vie, ce qui leur arrive et ses relations avec les autres. Et puis, il est aussi incroyablement romantique quand il veut, difficile de ne pas craquer.

Le souci de ce roman, c'est que je lisais, je lisais, mais sans vraiment entrer dans l'histoire car elle est vraiment éloignée de ce que j'attendais. Je reste donc assez mitigée sur mon ressenti personnel, cependant je reconnais que l'auteur avait de bonnes idées, c'est donc un 14/20 pour moi. 

mercredi 9 mars 2016

Les kerns de l'oubli 1 : L'exil, Feldrik Rivat

Titre : Les Kerns de l'Oubli 1 : L'exil
Auteur : Feldrik Rivat
Edition : J'ai Lu
Pages : 510
Prix : 8,50€
4e de couverture : "Erkan. Héros de l'histoire. Jeune, beau, fort. Et amnésique. Disciple d'un cercle occulte de la puissante cité d'Almenarc'h, il se retrouve perdu au milieu de nulle part. Seul. Frappé de l'Oubli. Il est victime de la plus haute peine infligée par ceux de sa caste : l'Exil.
Préoccupé par le but naturel de retrouver son passé, il se voit bientôt harcelé par de sombres tueurs et plongé dans le cauchemar d'une fuite éreintante. Et plus il avance, plus il est terrifié par ce qu'il entrevoit de lui. Ses réflexes inhumains. Ses perceptions. Ses rêves. La mort de tous ceux qu'il approche. Et cette sibylle aux cheveux d'argent qui se dit tour à tour déesse et fille des Hommes, et qui le guide dans les traces d'un destin dont il ne veut rien ! Racheter une faute ! Vivre et mourir, sans cesse, depuis des millénaires, avec ce but ! Quel but ? Quelle faute ! Qu'on lui rende sa mémoire volée ! Qu'on lui rende son passé et ceux qu'il aime !
Et des bribes de son passé, sûr qu'il en retrouve. Et du même temps, il s'enfonce dans les arcanes d'un pouvoir occulte… Un pouvoir propre à construire ou détruire des mondes. Un pouvoir digne d'un Dieu !"



Mon avis : 

Ce roman étant un service de presse reçu dans le cadre de mon poste de chroniqueuse chez Songe d'une nuit d'été, vous pouvez retrouver ma chronique sur le site, ici ! 

lundi 7 mars 2016

The book of Ivy & The revolution of Ivy, Amy Engel


Titre : The book of Ivy & The revolution of Ivy
Auteur : Amy Engel
Edition : Lumen
Pages : 345/326
Prix : 15€/tome
4e de couverture du tome 1 : "Au nom de quoi seriez-vous prêt à tuer ? 
À la suite d'une guerre nucléaire dévastatrice, la population des États-Unis s'est retrouvée décimée. Un groupe de survivants a fini par se former, mais en son sein s'est joué une lutte de pouvoir entre deux familles pour la présidence de la petite nation. Les Westfall ont perdu. Cinquante ans plus tard, les fils et les filles des adversaires d'autrefois sont contraints de s'épouser, chaque année, dans une cérémonie censée assurer l'unité du peuple. 
Cette année, mon tour est venu. 
Je m'appelle Ivy Westfall, et je n'ai qu'une seule et unique mission dans la vie : tuer le fils du président que je suis destinée à épouser. L'objectif, c'est la révolution, et le retour au pouvoir des miens. Peu importe qu'un cœur de chair et de sang batte dans sa poitrine, peu importe qu'un innocent soit sacrifié pour des raisons politiques. Peu importe qu'en apprenant à le connaître, je fasse une rencontre qui change ma vie. Mon destin est scellé depuis l'enfance. 
Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera. 
Née pour trahir et faite pour tuer... Sera-t-elle à la hauteur ? Book of Ivy est le premier roman d'Amy Engel, à la fois suspense insoutenable, dystopie cruelle et histoire d'amour torturée."



Mon avis : 

Des mois et des mois que tout le monde en parle, alors j'ai cédé et en fait je les ai dévorés en moins d'une semaine, les deux tomes !

Dans cet univers post-apocalyptique, la ville de Westfall a été fondée par la famille d'Ivy, mais est dirigée par son ennemi, le président Lattimer. Deux fois par an ont lieu des mariages obligatoires entre un membre de chaque famille et les descendants des partisans de chacun afin de resserrer les liens de la communauté. C'est comme ça qu'Ivy épouse Bishop Lattimer. Mais son père et sa soeur l'ont chargée d'une mission : tuer Bishop afin de renverser le président. Sauf que Bishop n'est pas si horrible que ça...

J'ai tout simplement craqué pour cette histoire. C'est une dystopie post-apocalyptique en deux tomes, ce qui n'est pas plus mal. Le schéma reste tout de même sensiblement le même : le premier tome se passe au sein du régime vicié, le second à l'extérieur de ce régime avec une révolution. Mais l'auteur fait preuve d'originalité dans le fait qu'Ivy voit dès le début que ce régime est mauvais. Ce n'est pas du régime qu'elle s'émancipe mais de la tutelle de son père, car dans ce roman, les méchants ne sont pas toujours ceux qu'on croit, et tout le monde a une part de sombre en lui. J'ai bien aimé la fin, même si je l'ai trouvée un peu simple et attendue.

Mais ce que j'ai vraiment mais alors vraiment adoré, c'est la relation entre Ivy et Bishop. Enfin une relation adolescente qui se forme en douceur, lentement, et qui se développe avec des hauts et des bas. Un pur bonheur. Ce couple c'est une tendresse incroyable et plein de douceur. Oh lala mon petit coeur a totalement fondu.
Bishop est un garçon adorable, prévenant mais réaliste, il n'hésite pas à faire des choses difficiles quand c'est nécessaire. J'ai trouvé que lui et Ivy se complétaient à merveille car elle ne sait pas vraiment exprimer ses sentiments, mais lui si.
Par contre, j'ai parfois eu envie de mettre des claques à Ivy en la voyant continuer d'espérer que sa famille change d'idées alors qu'ils se fichent d'elle !

Vraiment, c'est une super dystopie que je recommande vraiment, avec des personnages très très très attachants, un beau 18/20 pour l'ensemble de la série ! 

dimanche 6 mars 2016

Les filles au chocolat 6 : Coeur Cookie, Cathy Cassidy

Titre : Coeur Cookie
Auteur : Cathy Cassidy
Edition : Nathan
Pages : 300
Prix : 14,90€
4e de couverture : "Jake vient juste de découvrir que son père a longtemps mené une double vie et qu'il a quatre demi-sœurs cachées : Honey, Summer, Skye et Coco. Déjà bouleversé par cette nouvelle, il voit en plus son quotidien à Londres avec sa mère tourner au cauchemar. Et il n'a nulle part où se réfugier. À part peut-être chez ses demi-sœurs dans le Somerset ? Mais il ne connaît rien de cette nouvelle famille... Est-ce qu'il y sera le bienvenu ? D'autant qu'il arrive en plein milieu du tournage d'une émission de télé-réalité..."







Mon avis : 

Dernier tome des Filles au chocolat, il ne me restera qu'un petit recueil de nouvelles pour clore cette série !

Je ne vais pas trop dire de l'intrigue si vous n'avez pas lu les tomes précédents car ça spoile tout ! 
J'ai trouvé l'histoire assez sympa même si globalement je trouve que les fins chez Cathy Cassidy sont très "fin de Disney" tout le monde est beau et content tous ensembles même si à la base on n'est pas censés s'aimer. Cela donne un charme, mais ne fait pas très réel...

On suit donc Jake, qui décide d'aller chez les soeur Tanberry pour les rencontrer. Accueilli là-bas, il cherche en parallèle des sous pour aider financièrement sa mère et ses deux petites soeurs. J'ai bien aimé l'intrigue qui tourne beaucoup autour de la faculté qu'à Jake d'agir avant de réfléchir et son refus d'un beau-père. Est-ce normal par contre que la seule personne à ne pas finir en couple dans cette saga soit le garçon ? C'est un peu sexiste quand même (lol). Ceci dit, ce n'est pas désagréable que pour une fois, un personnage ne finisse pas en couple, ce qui correspond d'ailleurs assez à son âge, il n'a que 14 ans après tout.

Je n'arrive pas à savoir si je me suis attachée au personnage de Jake car je l'ai trouvé très sympa mais j'ai eu du mal avec sa façon d'agir avant de réfléchir et son refus entêté de l'idée d'un nouvel homme dans la vie de sa mère. 
J'ai aimé retrouver les soeurs Tanberry et la folle ambiance de leur maison. On voit enfin qu'Honey a évolué mentalement et ça fait plaisir ! 

Un tome de fin de série agréable qui change des précédents de par son narrateur. Mais un narrateur un peu trop tête brûlée justement, un joli 15/20. 

Les filles au chocolat 5.5 : Coeur Sucré, Cathy Cassidy

Titre : Coeur Sucré
Auteur : Cathy Cassidy
Edition : Nathan
Pages : 144
Prix : 9,90€
4e de couverture : "L'étoile de la Saint-Valentin - L'anniversaire de Summer et la Saint-Valentin (qui tombent le même jour) approchent à grands pas. Tommy est bien décidé à offrir quelque chose de spécial à Summer, quelque chose qui lui montre combien il tient à elle et surtout... qui lui redonne goût à la danse et à la vie. 
Pas de deux - C'est la rentrée et Jodie, la meilleure amie de Summer, va intégrer la Rochelle Academy, l'une des meilleures école de danse d'Europe ! Elle devrait être aux anges. Mais la peur et la culpabilité la submergent : si Summer n'avait pas été malade, c'est elle qui serait entrée à la Rochelle Academy. Jodie n'est que sa remplaçante, un second choix. Comment pourrait-elle être à la hauteur ?"




Mon avis : 

Je poursuis ma lecture des aventures des soeurs Tanberry au fur et à mesure que je les trouve en ebook.

Ici ce sont deux nouvelles qui nous sont proposées : l'une sur la Saint Valentin que Tommy prépare pour Summer afin de lui redonner le sourire, l'autre sur Jodie qui ne se sent pas à sa place dans l'Académie Rochelle car elle a été acceptée "par défaut" suite à la défection de Summer.

J'ai adoré la première histoire, je l'ai trouvé adorablement romantique, pleine d'innocence et d'espoir. Tommy est un garçon très attachant et le voir se démener pour faire plaisir à Summer fait sourire. Il est prêt à tout pour elle, même à l'impossible et c'est ce qu'il fait ici. Vraiment je pense que c'est ma nouvelle préférée...

J'ai un peu moins aimé la seconde car j'ai trouvé que Jodie ne faisait que se plaindre, et que sa romance passait beaucoup trop vite. Pour moi cette romance n'était pas nécessaire, Jodie aurait parfaitement pu garder le garçon comme ami qui la tire vers le haut.

Vous l'aurez compris, le personnage de Jodie est loin d'être mon préféré, je trouve qu'elle se contente de se plaindre sans chercher à s'améliorer, la morale de la fin la concernant aurait été mon état d'esprit dès le début donc je n'ai pas réussi à m'attacher à elle.

Un avis mitigé donc sur la globalité de ce petit livre, donc ce sera un 15/20. 

Le faire ou mourir, Claire-Lise Marguier

Titre : Le faire ou mourir
Auteur : Claire-Lise Marguier
Edition : Rouergue
Pages : 104
Prix : 9,70€
4e de couverture : "Damien est un garçon trop sensible, méprisé par ses copains de classe depuis toujours et incompris de ses parents. Dès l arrivée dans son nouveau collège, il se retrouve par miracle sous la protection de la bande de gothiques et de son leader, Samy, un garçon lumineux, intelligent et doux, en dépit de son look radical. Très vite, Damien devient Dam, adopte piercings et vêtements noirs et, surtout, trouve auprès de Samy un véritable ami, et peut-être plus, au point de déclencher des représailles chez son père, contre ces « mauvaises fréquentations ». 
Au fur et à mesure des pages, le lecteur découvre la profondeur de la souffrance de Dam : depuis longtemps il a pris l habitude de se scarifier les cuisses, incapable qu il est d exprimer sa souffrance et sa solitude. Il lui faut chaque soir « libérer son sang » pour se sentir mieux. « Tant que je saigne, je suis vivant », dit-il. Car Dam a peur, de tout le monde et surtout de lui-même. Samy, à l inverse, est un garçon bien dans sa tête et dans son corps, et sait dire très naturellement son attirance pour Dam. Les deux garçons finissent par s afficher ensemble au collège et tant pis si on les traite de « lopettes satanistes ». Résistant à la colère paternelle, Dam retrouve Samy en cachette, pour parler, écouter de la musique et s embrasser. L'amour entre les deux garçons est si puissant qu on pourrait espérer qu il libère Dam de sa souffrance."



Mon avis : 

J'ai vu ce livre recommandé de nombreuses fois par Margaud Liseuse, donc quand je l'ai trouvé en ebook, je n'ai pas résisté et je l'ai dévoré !

On suit Dam, un adolescent mal dans sa peau qui traine avec ses amis gothiques contre l'avis de ses parents, et qui découvre peu à peu qu'il est peut-être amoureux de son ami Sam.

Alors, comment expliquer mon ressenti... C'est la première fois que je lis un roman qui décrit aussi bien le mal-être adolescent. J'avais parfois l'impression de revivre mes années collège et je me disais : "Mais bon sang pourquoi j'ai pas lu ce livre à l'époque ?". L'auteur arrive à faire passer toute l'incertitude, l'impression d'être mal sans savoir pourquoi, la révolte constante,... Elle arrive à y mettre le ton juste, et à donner cette atmosphère particulière de nostalgie de l'enfance et en même temps le passage difficile à l'âge adulte. 

L'histoire de Damien c'est avant tout celle d'un adolescent mal dans sa peau car sa famille le brime sans arrêt, ne le soutient jamais et qui trouve du réconfort auprès d'amis que ses parents ne supportent pas car ils sont gothiques. En mettant en scène des personnages gothiques, l'auteur a également renversé un préjugé : tous ne sont pas de mauvaise influence ou des tueurs en puissance ou suicidaires. Sam est même le contraire de tout ça. J'ai tellement eu envie de claquer le père de Damien pour ses réactions c'était horrible ! 

A travers ce roman, on suit l'évolution de Damien, sa façon de s'en sortir, d'abord en se scarifiant, puis en se raccrochant aux autres, car comme le dit le titre : c'est le faire ou mourir.
La fin m'a choqué au plus profond, j'ai pleuré comme pas possible, j'ai eu peur. Cela fait bien longtemps qu'un roman, aussi court, ne m'avait pas provoqué autant d'émotions fortes. Je ne m'en remets toujours pas...

Vous l'aurez deviné, ce livre a été un coup de poing en plein coeur, un magnifique coup de coeur que je compte bien recommander à tous les adolescents mal dans leur peau pour leur montrer que tout finit par s'arranger, un superbe 20/20.