jeudi 30 juin 2016

Le silence des bombes, Jason Hewitt

Titre : Le silence des bombes
Auteur : Jason Hewitt
Edition : Le livre de poche
Pages : 420
Prix : 14,90€
4e de couverture : "Juillet 1940. La petite Lydia, 11 ans, traverse un village du Suffolk. Elle porte un masque à gaz. Les magasins sont fermés, les maisons vides, les fenêtres condamnées. Lydia coupe à travers champs et arrive bientôt devant une grande demeure. C'est là qu'elle a grandi. La fillette espère y retrouver sa famille, mais la maison est déserte. Plus tard, dans la nuit, un soldat portant un fusil et un uniforme anglais pénètre dans la maison. Avec un étrange accent, il lui explique qu'il ne lui fera pas de mal, mais qu'elle ne doit pas quitter les lieux et qu'elle doit obéir à certaines règles... Dit-il la vérité ? Que cherche-t-il ? Pourquoi lui semble-t-il aussi familier ? Et surtout, comment connaît-il le nom de Lydia ?"




Mon avis : 

Un roman qui me tentait depuis plusieurs mois et que j'ai pu recevoir grâce à NetGalley, toutefois après avoir vu de mauvaises notes et critiques sur Livraddict, j'avais un peu peur. Mais contrairement à la majorité, j'ai adoré ce roman.

Ce roman est un huis-clos se déroulant durant la Seconde Guerre Mondiale, en Angleterre. Lydia revient chez elle après s'être enfuie de son foyer au Pays de Galles mais sa mère est partie. Elle est vite rejointe par un allemand. S'installe alors une cohabitation difficile avec peu de contacts entre les deux personnages, peuplée des souvenirs de chacun.

Petit à petit, on découvre qu'un lien unit ces deux personnages. L'auteur, par ce lien et par les souvenirs de chacun, dédiabolise le personnage de l'allemand de cette époque. C'est avant tout un homme qui se bat pour son pays, qui a vécu des choses difficiles à cause de cette guerre qu'il n'a pas souhaité, et qui veut juste s'en sortir et partir loin pour vivre tranquille. Quant à Lydia, elle s'accroche à l'image de sa famille et à l'espoir de revoir son père parti à la guerre et le fantôme de son frère, décédé quelques mois plus tôt, mais surtout à l'espoir que sa mère revienne dans leur maison. La relation qui se noue entre eux est à la fois belle et méfiante, dans le sens où on ne sait pas trop nous-même s'il faut faire confiance à Heiden, même si on a accès à ses pensées.

Beaucoup ont trouvé ce roman brouillon et ennuyant car il contient peu de dialogues. Personnellement je ne me suis pas du tout ennuyée. J'ai adoré découvrir progressivement les personnages par leurs souvenirs et leurs pensées. De plus, le fait qu'il n'y ai que peu de dialogues renforce l'ambiance de huis-clos et la lourdeur de la guerre. Le tout est magnifiquement porté par une plume précise et intense qui m'a beaucoup plu. C'est pour moi un très bon roman, mais qui ne plaira pas à tout le monde de par son manque de dialogues, un bon 16/20.


Il était un rêve, Liz Braswell

Titre : Il était un rêve
Auteur : Liz Braswell
Edition : Hachette
Pages : 272
Prix : 15,90€
4e de couverture : "Aurore a été adoptée par Maléfique après que ses parents se sont débarrassés d’elle quand elle était petite. Aurore vit à l’intérieur du château de Maléfique, couvert de ronces, avec des serviteurs zélés qui la surveillent. Mais un jour, un troubadour lui glisse une plume d’oiseau bleu : il existe donc des êtres vivants, dehors ! Aurore se met à douter de l’honnêteté de Maléfique à son égard. Elle s’enfuit du château et découvre qu’à l’extérieur, le monde est beau et bien vivant. Elle retrouve le prince Philippe qui lui raconte leur histoire. Les souvenirs d’Aurore reviennent petit à petit. Elle comprend que Maléfique la maintient prisonnière en la gardant endormie et en contrôlant ses rêves. Une nouvelle quête commence pour Philippe et Aurore qui doivent à nouveau terrasser Maléfique pour se libérer et réveiller leurs sujets avant que la méchante sorcière ne les extermine tous durant leur sommeil."




Mon avis : 

Ce roman étant un service de presse reçu dans le cadre de mon poste de chroniqueuse chez Songe d'une nuit d'été, vous pouvez retrouver ma chronique sur le site, ici !

lundi 27 juin 2016

Un doux pardon, Lori Nelson Spielman

Titre : Un doux pardon
Auteur : Lori Nelson Spielman
Edition : Pocket
Pages : 445
Prix : 8€
4e de couverture : "Il suffit parfois d'une simple pierre pour faire basculer le destin. 
Une simple pierre ou plutôt deux, arrivées par la poste. Hannah Farr, animatrice télé en plein flottement tant professionnel qu'amoureux, se trouve ainsi face à un choix. 
Renvoyer l'une de ces pierres à celle qui la martyrisa enfant, c'est lui accorder son pardon. Mais à qui adresser la seconde, censée perpétuer la chaîne ? S'il est facile de pardonner, demander des excuses peut à jamais changer le cours d'une vie... "







Mon avis : 

Ce livre étant un service de presse reçu dans le cadre de mon poste de chroniqueuse pour Songe d'une nuit d'été, vous pouvez retrouver ma chronique, ici

dimanche 26 juin 2016

The land of stories 4 : Beyond the kingdoms, Chris Colfer

Titre : Beyond the kingdoms
Auteur : Chris Colfer
Edition : Little Brown and Compagny 
Pages : 464
Prix : 8,46€
4e de couverture : "Alex et Conner n'ont pas une famille ordinaire : leur grand-mère n'est autre que la Marraine la Bonne Fée. Grâce au grimoire qu'elle leur a offert, ils ont découvert le Pays des contes, un monde magique où les histoires de notre enfance cachent une réalité... bien plus explosive qu'on ne l'aurait cru ! Depuis la disparition de la Bonne Fée, Alex a repris son rôle à la tête du Conseil. Mais sa seule obsession est de retrouver l'Homme masqué qui sème le chaos dans le Pays des contes. Aidée de son jumeau Conner ainsi que de Boucle d'or, Jack, Rouge et la Mère l'Oie, elle se lance dans une véritable traque pour retrouver son ennemi. Mais ses pouvoirs lui échappent de plus en plus et le plan de l'Homme masqué est tout bonnement machiavélique. Il possède en effet une potion capable de changer le moindre livre en un portail vers son univers... et il compte y recruter les pires méchants de la littérature pour s'emparer du Pays des contes. Une course contre la montre s'engage alors au travers du pays d'Oz, du Pays imaginaire, du Pays des merveilles et au-delà encore. Alex et Conner pourront-ils rattraper l'Homme masqué avant qu'il ne soit trop tard ? Et comment surmonteront-ils la révélation de sa véritable identité ?"



Mon avis : 

Bon j'avoue, en fait je l'ai lu en français car pas les sous pour la VO (mais je les aurais un jour) et j'ai gagné la VF chez Chris Colfer France (merciiiiiiiii !). Malheureusement, je pense que c'est le tome que j'ai le moins aimé de la saga...

QUEUWAAAAAAAAA ? Oui oui, je vous entends d'ici vous insurger contre moi car cette saga est fabuleuse. Oui effectivement, elle est fabuleuse, mais ce tome-ci est beaucoup moins bon à mon sens. Déjà, le début est très lent, et ma copine livresque, Alice Neverland, qui l'a lu avec moi, a pensé exactement la même chose. On suit Alex, alors qu'elle traque l'homme masqué qui s'est révélé être (SPOILER son père SPOILER) et que, de ce fait, elle est démarrainisée, et donc recherchée par tout le Pays des Contes. Bien vite on comprend qui est l'Homme Masqué, et son dessein : créer une armée de méchants de la littérature. Rendez-vous donc avec La Reine de Coeur, la Méchante Sorcière de l'Ouest ou encore le Capitaine Crochet ! 

Ce qui m'a le plus déçue est le rythme du récit. La première moitié du roman est assez lente et sombre, il manque le petit grain de merveilleux et d'humour qui me fait tant apprécier la saga. Et par la suite, tout s'accélère, trop même, puisque pour moi les mondes littéraires que découvrent nos héros sont beaucoup trop survolés ! On en découvre cinq, mais on ne passe guère plus de quelques pages dans chacun et c'est bien dommage car, comme avec les contes, il y a vraiment matière à développer et modifier les histoires. Je trouve également que les révélations concernant Bree et Emerich, les adolescents qui avaient aidé Conner et Alex dans le 3e tome, sont très rapides, notamment la révélation de fin, qui nous est balancée comme ça, sans prévenir, et sans plus d'explications. 

Dernier petit point négatif avant que je passe au positif : il n'y a pas à dire, la VF rend le tout bien plus enfantin que la VO ! 

Bon, du côté positif, j'ai évidemment adoré retrouver les personnages, notamment Le petit Chaperon Rouge qui prend de la consistance et se révèle autre chose qu'une écervelée égocentrique. J'ai adoré également redécouvrir des personnages de la littérature et j'avoue avoir un peu craqué pour Arthur qui est très mature (ouah ! la rime de fou !). Je commence à vraiment préférer Conner à Alex, il se montre plus réfléchi et a les pieds sur terre, tandis qu'Alex me tape un peu sur les nerfs et je trouve qu'elle commence à se croire un peu au dessus de tout le monde.

J'ai également apprécié de voir un vrai fil conducteur se dessiner pour les derniers tomes de la saga, puisque que comme pour la fin du tome 3, et contrairement aux volumes précédents, l'histoire ne s'arrête pas avec la bataille finale, et le tout promet d'être grandiose.

Evidemment, ce tome reste très bon, la saga entière reste géniale, je l'ai juste moins apprécié que les autres, au point de parfois trainer un peu pour le lire, et je le regrette. J'espère que Chris Colfer prendra plus de temps pour décrire et nous attacher à ces mondes que l'on connait mais qu'on adore redécouvrir sous sa plume. Un petit 14-15/20 pour moi. 

jeudi 23 juin 2016

Le bonheur entre les lignes, Matthew Quick

Titre : Le bonheur entre les lignes (Happiness Therapy)
Auteur : Matthew Quick
Edition : Le livre de poche
Pages : 360
Prix : 7,30€
4e de couverture : "Après un séjour en hôpital psychiatrique, Pat est de retour chez lui avec une philosophie de vie bien particulière : faire du sport, maigrir, et essayer d’être toujours d'humeur positive. Tout cela dans un seul but : reconquérir sa femme.
Un soir, chez un couple d’amis, il fait la connaissance de Tiffany, une jeune veuve dépressive qui semble avoir au moins autant de failles que lui. Malgré les réticences premières de Pat, ils concluent un marché : elle servira d’intermédiaire pour transmettre les lettres que Pat écrit à sa femme si celui-ci accepte de participer avec elle à une compétition de danse…"






Mon avis : 

Après avoir adoré "Pardonne-moi Léonard Peacock" et n'avoir entendu que de bonnes choses sur le film adapté de ce roman, j'étais très impatiente de le découvrir. Mais j'ai été assez déçue.

Je m'attendais à un roman plein d'optimisme. Et si le personnage principal, Pat, est effectivement très optimiste, le roman reste tout de même assez sombre, et ce n'est pas vraiment ce que je cherchais. Je m'explique : le roman traite de la dépression, de la bipolarité, donc de sujets graves. Et si le personnage principal est très optimiste, cet optimisme le fait s'enfermer dans des illusions tandis que tout le monde autour de lui lui cache la vérité et qu'il est repoussé par ceux qui ne sont pas proches de lui. J'ai trouvé le tout profondément triste, et ça m'a mise mal à l'aise. J'avais pitié du personnage principal, tout en en ayant un peu marre qu'il ne voit pas la vérité en face. De même, j'ai eu beaucoup de mal avec la personnage féminine, Tiffany. Certes, elle est dépressive. Mais a-t-elle besoin d'être aussi cure, malpolie et méchante avec les autres ?

Bon, j'avoue, j'ai l'air d'avoir détesté le livre. Si effectivement, je n'ai pas adoré, sachez que je n'ai pas détesté non plus ! L'histoire en elle-même est très belle. C'est celle d'un espoir qui ne s'éteint pas, d'un homme qui aime profondément une femme au point d'avoir oblitéré tout ce qu'elle lui avait fait de mal et d'en être presque devenu fou. Les personnages secondaires sont très sympas, surtout celui du médecin, qui m'a bien souvent fait rire ! Quant à l'entourage de Pat, l'auteur a réussi à illustrer les différentes réactions face à quelqu'un de mentalement "malade" : le rejet du père, l'amour excessif de la mère, l'envie de voir la normalité du frère, mais aussi la peur, avec le personnage de Véronica qui veut en protéger sa fille.

Ce que j'ai beaucoup aimé dans ce livre également, ce sont les nombreuses références littéraires et musicales (attentions, ça peut spoiler des classiques comme "La lettre écarlate" ou d'autres romans) qui sont autant de clins d'oeil très agréables à repérer et qui font découvrir des choses. Généralement, c'est toujours un petit plus qui fait qu'un livre en particulier va me marquer, car il va m'amener à d'autres lectures que je n'aurais pas forcément découvertes sans l'avoir lu.

Enfin, concernant la plume de l'auteur, j'avais adoré "Pardonne-moi Leonard Peacock" notamment grâce à cette écriture si particulière. Mais ici, mon souci a été de retrouver exactement la même plume et la même façon de parler pour les personnages alors que le héros de "Pardonne-moi Leonard Peacock" a 16 ans, et que Pat a plus de la trentaine ! C'était très perturbant et un peu dommage.

En bref ? Un roman qui se veut optimiste mais qui ne l'est finalement pas tant que ça, mais qui traite des différentes réactions face aux maladies mentales. Un petit 14/20 pour moi. 

mercredi 22 juin 2016

Snow like ashes, Sarah Raasch

Titre : Snow like Ashes
Auteur : Sarah Raasch
Edition : Balzer + Bray
Pages : 432
Prix : 12€
4e de couverture : "Sixteen years ago the Kingdom of Winter was conquered and its citizens enslaved, leaving them without magic or a monarch. Now the Winterians' only hope for freedom is the eight survivors who managed to escape, and who have been waiting for the opportunity to steal back Winter's magic and rebuild the kingdom ever since.
Orphaned as an infant during Winter's defeat, Meira has lived her whole life as a refugee. Training to be a warrior—and desperately in love with her best friend, Winter's future king—she would do anything to help Winter rise to power again.
So when scouts discover the location of the ancient locket that can restore Winter's magic, Meira decides to go after it herself—only to find herself thrust into a world of evil magic and dangerous politics—and ultimately comes to realize that her destiny is not, never has been, her own."




Mon avis : 

Un roman où chaque pays est une saison ? Une prise de pouvoir ? De la magie ? Je dis oui !
En fait j'ai commencé ce roman sur liseuse, avant de le voir passer de 18€ à 10€ en hardback, neuf. Forcément, je ne pouvais pas résister vu la beauté du roman !

Pour ceux qui n'ont pas lu le résumé car en anglais, je vous en fait un à ma sauce ici : le royaume du Printemps à envahi celui de l'Hiver, tuant la reine et brisant son conduit de magie qui permettait d'aider son royaume. Le conduit, brisé en deux a été emporté par Angra, le roi du Printemps, ainsi que toute la population des Hivériens, réduits en esclavage, hormis 25 personnes. Au moment où commence le roman, ces rescapés ne sont plus que huit, dont deux adolescents : Meira, une jeune orpheline, et Mather, le fils de la reine déchue. Leur but ? Retrouver les deux morceaux du conduit brisé pour que Mather puisse restaurer le royaume d'Hiver grâce à la magie. 

Le gros gros point fort de ce roman, vous l'aurez deviné, c'est l'univers ! J'ai adoré l'univers de Primoria, divisé en huit royaumes : quatre royaumes dits du Rythme (Cordell, Ventrali, Yakim, Paisly) et quatre royaumes dits des Saisons (Printemps, Eté, Autome, Hiver), sachant que les royaumes des Saisons sont vraiment définis par leur saison. Par exemple, les habitants de l'Hiver vivent dans un froid perpétuel, ont des cheveux blancs/argents,.. Ce qui donne lieu à toute une mythologie, à des affrontements et des guerres. D'autant que l'auteur y ajoute la dimension magique des conduits, qui deviennent source de conflits politiques.

Concernant l'intrigue, j'avoue j'ai découvert la grosse révélation de fin dès le début. Mais il y a eu tellement de retournements de situations que parfois j'hésitais donc quand la révélation a enfin eu lieu, dans ma tête j'étais juste : "Et bim ! Voilà je le savais ! Jsuis trop forte !". On navigue entre fuites, batailles, intrigues de cour et résistance, et c'est un vrai bonheur, on ne s'ennuie pas une seconde. J'ai un peu regretté la présence d'un début de triangle amoureux, mais je me suis vite passionnée pour un des deux jeunes hommes (Team Theron en force !) donc ça allait.

Et heureusement qu'il y avait ce jeune homme intelligent, parce que sinon, il faut avouer que les personnages principaux ne brillent pas par leur intelligence. Car si ce sont de très bons combattants, courageux, loyaux (quoique),... ils sont d'une naïveté affligeante ! Tous les problèmes qui leur arrivent, je les avais vus venir à 15km de distance mais eux non !

Oui, hormis Theron, je n'ai pas eu de coup de coeur personnages. Mather me tape sur les nerfs (un peu à la façon Gale dans Hunger Games ou Aspen dans La Sélection), Meira est sympathique mais complètement naïve, Sir...mouais j'arrive pas à me fixer sur lui, et les autres personnages sont un peu inexistants. Concernant les méchants, nous avons Noam qui est stupide et Angra qui est un vrai grand méchant mais qu'on ne voit finalement que peu dans le roman, c'est plus une présence menaçante qu'un réel personnage.

Je pense qu'il y a vraiment de quoi faire une bonne suite donc j'attends de voir, pour l'instant j'ai eu des coups de coeur sur l'univers, le personnage de Theron et l'art de l'auteur de me retourner le cerveau si bien que j'ai douté de ma théorie même si elle était finalement bonne. Un bon 15/20 pour ce premier tome ! 

lundi 20 juin 2016

L'auteur du mois (feat. La Bibli d'Emy) : Cindy van Wilder

Il y a un peu plus d'un mois, mon amie Emy m'a proposé une super idée : que chaque mois on propose un rendez-vous autour d'un auteur, avec une partie interview et une partie renseignements, qu'on tiendrait alternativement sur nos blogs respectifs. Après plusieurs semaines de préparation, nous sommes ravies de vous présenter notre projet avec la première auteur : Cindy van Wilder ! J'ai eu le plaisir de la rencontrer deux fois en salon, et elle a réussi à me faire acheter tous ses romans, ça a donc été un plaisir de l'interviewer ! Voici ses réponses :)






Les questions d'auteur !


Tu as ouvert ta chaine Booktube récemment, tu nous parles de ton cheminement pour en arriver là ?
En fait, l’aventure est venue graduellement. J’ai commencé à connaître Youtube et plus spécifiquement Booktube quand les Outrepasseurs sont sortis et j’ai découvert ; par ce biais, un univers que j’ai trouvé à la fois passionnant, drôle, créatif, plein d’énergie, de peps et de bonne humeur ! Pour autant, passer devant la caméra ne m’intéressait pas vraiment et puis je redoutais que cela me prenne trop de temps.
Puis, il y a peu de temps, la chaîne les lectures de Nine m’a gentiment invité pour célébrer les 5 ans du site. L’expérience m’a tellement plu que je me suis décidée à me jeter à l’eau et voilà !

Quelques infos sur le tome 4 des Outrepasseurs ? Une date de sortie ?
La date de sortie n’est pas encore certaine, je peux juste dire qu’il sortira en 2017 J Quant au contenu, rendez-vous sur mon article concernant « Ferenusia », qui sera à la fois un tome 4 et un spin-off des Outrepasseurs.

As-tu un rituel pour écrire ?
Pas spécialement – tout ce dont j’ai besoin, c’est mon ordinateur et une atmosphère ^paisible autour de moi. Eventuellement, le chat qui ronronne non loin (il y aurait tant de choses à dire sur la cohabitation des auteurs avec les félins !)

Quelle est ta lecture du moment ?
Un ouvrage de non-fiction intitulé « Borrowed Time – An AIDS memoir » et retraçant la vie de Paul Monette, un écrivain et dramaturge américain, atteint du SIDA, de sa découverte de la maladie, comment il a lutté aux côtés de son compagnon, atteint lui aussi. Un récit fort poignant et terriblement réaliste.

Comment en es-tu venue à l’écriture ?
Par la lecture, d’abord. Par l’envie de créer mes propres histoires, aussi. Enfin, rien de tout cela ne serait arrivé si je n’avais pas bénéficié du soutien et du regard critique d’un groupe d’entraide pour écrivains SFFF, j’ai nommé CoCyclics. Le mythe de l’écrivain seul dans sa tour d’ivoire a plus que vécu !

Quelles sont tes influences ?
Oh, elles sont nombreuses. De par mes lectures, que j’essaie de diversifier le plus possible, de par ce que je vois, j’entends, ce qui me touche, ce qui m’émeut, me fait réagir, etc.

Dis-nous tout, y a-t-il un auteur sur lequel tu fangirl ?
Ah, ah, plein ! Je les admire, je les respecte beaucoup, j’imiterai certainement le lapin dans les phares d’une voiture si j’en rencontrais certain-e-s. Depuis George R.R Martin en passant par Chimamanda Ngozi Adichie ou encore Léonora Miano… Ils sont trop nombreux pour que je les cite tous et toutes ici !

Tu as quelques chansons en tête quand tu écris ? Si oui, lesquelles ?
Aucune. Je n’écoute aucune musique, ça me déconcentre. Je préfère me focaliser sur les mots et leur rythme J
En revanche, j’aime bien faire des clins d’œil à plusieurs musiques dans mes romans, comme par ex. dans Memorex. Et non, je ne dirai pas lesquelles ! J




Les questions des personnages !



Si Peter tweetait ça donnerait quoi pour son premier tweet ?
« Au secours ! »

Si Réha tweetait, ça donnerait quoi pour son premier tweet ?
« Goodbye »
Tu imagines comment une rencontre entre les persos des Outrepasseurs et de Memorex ?
Certainement explosive ! Mais je pense que certains personnages se trouveraient vite des points communs J





Les questions randoms !



Plutôt thé ou café ?
Les deux ! Café au matin, thé après-midi.
Chocolat noir ou chocolat au lait ?
Ah ben là aussi, les deux J et belge, bien entendu ! (même si les chocolats suisses sont très bons, je l’admets J)
Quels sont tes bonbons préférés ?
J’avoue un petit faible pour les Fraises Tagada et les violettes !


J'espère que cette première interview vous a plu, et rendez-vous sur l'article d'Emy pour en apprendre plus sur cette auteur adorable !





mercredi 15 juin 2016

Je ne bois pas, je ne fume pas et je le vis bien !

De même que je vous avais fait un article sur le burn out en début d'année, j'ai ressenti récemment le besoin d'aborder un nouveau sujet qui n'a rien à voir avec les livres...

Dans cette période où, pour les jeunes, boire en soirée c'est classe et la normalité, où fumer c'est la même chose (quoique ce n'est pas que maintenant, y a toujours eu un peu ça), et bien je suis fière de dire que je ne fume pas et que je ne bois "quasiment jamais" (j'ai bu un verre de cocktail ultra dilué en 2 ans). 

J'avoue, avant j'avais honte de le dire. Je me faisais systématiquement charrier à l'aide phrases telles que : 

"Vas y essaye tu sentiras pas l'alcool/la fumée !"
"Mais t'es pas drôle !"
"Tu vas voir je vais réussir à te rendre bourrée !"
"Mais...mais...Pourquoi ?"
"Jamais, genre jamais jamais ?"
Ma mère m'a même dit un jour : "Comme tu n'aimes pas l'alcool je t'ai pris du cidre" (j'avoue sur le coup j'ai bien rigolé).

Je n'ai jamais fumé de ma vie, pour la simple et bonne raison que rien que l'idée me donne envie de vomir, tout comme l'odeur. J'ai déjà bu, j'ai déjà été saoule, à la fin de ma terminale, j'ai fait 3 grosses soirées, les 3 fois j'ai été saoule. A la première j'ai été mal le lendemain. A la deuxième, je me suis mise en couple avec Chéri (oui c'était cool là). A la troisième, la fête de la musique, j'ai fait une crise de panique dans la foule. Depuis, j'ai du boire un ou deux verres, grand maximum, toujours extrêmement dilués. Pourquoi ? Parce que je n'aime pas le goût de l'alcool, parce que je n'aime pas ce qui pique, parce que je n'aime pas comment je me sens quand je suis saoule, et encore moins le lendemain. 

Mais aujourd'hui, l'alcool semble être devenu essentiel pour une bonne soirée et pour s'amuser. Mais vraiment ? Où est l'amusement dans le fait de finir la soirée dans les toilettes à vomir ? A oublier la moitié de la soirée le lendemain ? A faire une soirée de groupes : ceux qui fument et ceux qui ne fument pas ? 

C'est pour ça que je ne sors pas beaucoup non plus. La plupart de mes "sorties" se résument à des soirées avec mes amies de collège, autour de grandes bouteilles d'Ice Tea et d'une ou deux bouteilles de vin blanc qu'elles boivent à 4 ou 5 tandis que je me contente de l'ice tea. Même si certaines d'entre elles fument, elles ne le font pas pendant nos soirées. De même personne ne finit saoul. Et c'est tellement agréable ! Une soirée tranquille, on discute, on s'amuse, on fait des jeux. Le plaisir de se retrouver est vraiment là pour moi car on n'est pas embrumées par l'alcool et la fumée, on est pas là pour se bourrer la gueule mais vraiment pour se voir. Quand j'entends des gens, avant une soirée qui font "Oh trop cool ! On va pouvoir se bourrer, y aura plein d'alcool on va trop s'amuser !", je me demande vraiment s'ils vont à la soirée pour les amis ou pour l'alcool. 
Depuis quand l'alcool est devenu essentiel pour s'amuser dans l'esprit des gens ? 

Alors oui, pendant des années, j'ai eu un peu honte de dire que je ne fumais pas et que je ne buvais pas. Car j'avais l'impression d'ennuyer les gens, d'être la fille coincée, la fille pas drôle. Et c'est vrai que maintenant c'est limite une pression sociale (comme le café, m'a fait remarquer ma belle-mère, maintenant en pause, il faut boire un café, sinon on se retrouve tout seul).
Mais maintenant j'en suis fière. C'est comme une petit truc en plus qui fait de moi ce que je suis et qui me donne une valeur en plus (dans ma tête, je ne juge pas ceux qui aiment boire ou fumer) au milieu de tout ce monde qui aime boire et/ou fumer. Certes, je ne bannis pas l'alcool à vie, il m'arrive dans boire dans des occasions très particulières mais jamais plus d'une verre désormais et en règle générale, je demandes toujours un ice-tea ou une boisson sans alcool. 

lundi 13 juin 2016

TAG : Les 7 pêchés capitaux !

J'avoue, je lis peu en ce moment, alors j'ai envie de faire des tags ! Voici celui des pêchés capitaux !



1. L’Avarice : quel est le livre qui t’a coûté le plus cher?

C'est un combo saga : ma version Pléiade des "Mille et Une Nuits"...188€ les trois tomes, cadeau à moi-même après ma première année de prépa, j'avais survécu ! 





2. Quel est le livre qui t’a coûté le moins cher? 

Surement tous ceux qu'on m'a donné ou que j'ai récupéré chez mes grands-parents. Je ne citerai que la version intégrale des oeuvres de Rabelais, illustrées par Gustave Doré que j'ai récupérée de mon grand père.




3. La colère : Avec quel auteur entretiens-tu une relation amour/haine? 

Je ne sais pas du tout...je suis assez éclectique dans mes lectures mais si je n'ai vraiment pas aimé quelque chose écrit par un auteur, alors je ne lis pas d'autres oeuvres de lui. 


4. La gourmandise ; quel livre as-tu dévoré sans aucune honte encore et encore? 

"Fascination", le premier tome de Twilight, et oui ! Avant toute la folie autour de cette saga, j'ai lu 9 fois le premier tome...en deux semaines ! J'étais vraiment à fond, et il fallait attendre la sortie de la suite. 





5. La paresse : quel livre as-tu négligé par paresse? 

Mes livres de cours d'Histoire...Comment dire que "Les institutions de la France Médiévale", c'est pas vraiment un livre que je vais lire par envie ?


6. L’orgueil : de quel livre parles-tu pour te faire mousser?

J'avoue tout, c'est toujours classe quand je révèle que j'ai déjà lu "Belle du Seigneur" d'Albert Cohen, et ses 1110 pages en un été !





7. La luxure : quels sont les attributs que tu trouves séduisants chez un personnage masculin, et féminin?

Pour les hommes j'aime bien les côtés un peu torturés, ou alors les mecs ultra romantiques ! 
Pour les filles, j'aime quand elles savent ce qu'elles veulent et ne se laissent pas faire !



8. L’envie : quel livre as-tu envie de lire depuis longtemps?

Beaucoup de classiques car souvent j'en ai entendu parler depuis des années, mais bon, il faut que je trouve la motivation. En vrac : 
- la série des Rougon Macquart, de Zola (j'ai lu les 2 premiers)
- Les trois mousquetaires, de Dumas
- toute la liste de livres que ma prof de prépa nous avait donné en fait !



Dites-moi vos réponses en commentaires ! 

samedi 11 juin 2016

Muchée, Laurie Marchat

Titre : Muchée
Auteur : Laurie Marchat
Edition : Autoédité
Pages : 166
Prix : 2,99€
4e de couverture : "Il est un fait établi que les êtres humains possèdent cinq sens : la vue, l’odorat, l’ouïe, le goût et le toucher. Cependant, depuis les origines de l’homme, certains individus viennent au monde porteur d’un sixième sens appelé le magnificus. Une guerre de pouvoir ayant jadis opposé ces êtres supérieurs, leurs descendants vivent aujourd’hui sur un territoire dissimulé par un voile de brume, que l’on appelle Muchée. L’équilibre et la souveraineté des peuples reposent sur une règle simple : le magnificus ne doit jamais traverser la frontière de brume. Alors quand des évènements mystérieux se produisent chez le commun des mortels, une jeune muchéenne traverse la frontière pour tenter de comprendre ce qui se passe. Dans l’autre monde, Sévéa découvrira un univers où les individus, même dépourvus de magnificus, possèdent pour certains, une bonne dose de fantaisie. Mais la jeune fille est loin de se douter du danger auquel l’expose sa mission. Heureusement, elle pourra compter sur l’aide de ses nouveaux amis : Iris, une jeune fille émotive et réservée, et Freddy, un adolescent bavard et maladroit."



Mon avis : 

Je remercie l'auteur de m'avoir proposé son livre, car ça a été une superbe découverte. 

Je ne vais rien dire de l'intrigue, personnellement je ne m'étais pas vraiment renseignée et ça m'a permis une totale surprise. Le roman s'ouvre sur un prologue qui raconte les origines de Muchée, son Histoire, son fonctionnement. S'alternent ensuite des chapitres qui se passent à Muchée, et d'autres qui se passent dans notre monde, au-delà de la brume qui entoure Muchée. 

J'ai eu un gros coup de coeur pour l'univers de Muchée. J'y ai retrouvé la magie et le charme que j'ai tant aimé dans Harry Potter ou Gardiens des cités perdues. Il est très bien organisé et fonctionne à merveille. J'ai adoré l'idée de faire des nains de jardins de vrais jardiniers vivant au service d'autres familles, c'était trop mignon ! Je ne regrette qu'une chose : que le roman ne soit pas plus long pour développer cet univers merveilleux avec ses animaux, ses lois, ses pouvoirs,...

Côté intrigue, je l'ai trouvée assez bien menée, c'est une sorte de polar où les héros doivent mener l'enquête pour découvrir qui a volé le parchemin ancien et introduit de la magie de l'autre côté de la brume. Jusqu'à la fin je n'avais pas deviné le voleur même si quelques soupçons commençaient à me venir, et même lorsque j'ai deviné, j'ai eu peur, que, comme c'est un roman jeunesse, l'auteur choisisse la facilité, mais non, elle a continué sur ce que je pensais et j'en ai été ravie. 

Car oui, c'est un roman jeunesse, et ça se ressent sur l'intrigue : le merveilleux est mis en avant, le roman est court, ne permettant pas un trop grand développement de difficultés pour les personnages. Toutefois, l'auteur a une plume riche et plutôt soutenue ce qui fait apprécier le roman, même à des personnes de plus de 13-14 ans. 

Au niveau des personnages, j'ai beaucoup aimé Iris, Freddy et Sévéa, ils étaient forts, un peu perdus et courageux. Dommage encore une fois, que le roman n'est pas été assez long pour développer plus les personnages secondaires comme Lucrèce qui m'intéressaient beaucoup. Je n'ai donc plus qu'à espérer que l'auteur écrive une suite ou des spin-off autour de cet univers si génial, un très bon 17/20 pour moi !

jeudi 9 juin 2016

Cet été-là, Sarah Ockler

Titre : Cet été-là
Auteur : Sarah Ockler
Edition : Nathan
Pages : 330
Prix : 16,95€
4e de couverture : "D'après Frankie, la meilleure amie d'Anna, rien ne vaut les plages de Californie pour rencontrer des garçons. Et si elles en rencontrent au moins un par jour, il y a toutes les chances pour qu'Anna vive (enfin !) une première histoire d'amour. 
Mais Anna, elle, n'a aucune envie de passer l'été à flirter en bikini... Parce qu'en réalité, elle a DÉJÀ vécu une première (et secrète) histoire d'amour : avec le grand frère de Frankie, un an plus tôt... juste avant qu'il ne meure brutalement, laissant sa famille et Anna anéantis. "






Mon avis : 

Ce livre étant un service de presse reçu dans le cadre mon poste de chroniqueuse chez Songe d'une nuit d'été, vous pouvez retrouver ma chronique sur le site, ici !

mercredi 8 juin 2016

La revanche d'une célibataire, Tracy Bloom

Titre : La revanche d'une célibataire
Auteur : Tracy Bloom
Edition : Milady
Pages : 371
Prix : 7,60€
4e de couverture : "Que faire quand votre vie amoureuse ressemble à un champ de ruines ? Se venger de tous les hommes qui ont osé nous briser le cœur, bien sûr… De son amour de jeunesse au Don Juan de son bureau, Suzie Miller, journaliste désabusée, part en croisade pour punir tous ses ex. Regonflée à bloc par ses projets de vengeance plus délirants les uns que les autres, elle se met à dispenser des conseils peu banals, et sa rubrique « Chère Suzie » commence à faire sensation. Célibataire et le vent en poupe, Suzie devient enfin celle qu’elle a toujours voulu être… jusqu’à ce qu’un homme se mette en travers de son chemin."






Mon avis : 

Ce livre étant un service de presse reçu dans le cadre de mon poste de chroniqueuse pour Songe d'une nuit d'été, vous pouvez retrouver ma chronique sur le site, ici

lundi 6 juin 2016

Les années du silence 2 : Les chemins de la destinée, Louise Tremblay d'Essiambre

Titre : Les chemins de la destinée
Auteur : Louise Tremblay d'Essiambre
Edition : Charleston
Pages : 432
Prix : 22,50€
4e de couverture : "Après quarante ans de séparation, Jérôme et Cécile se retrouvent enfin, chacun portant les cicatrices d'une vie mouvementée. Mais l'amour sera-t-il encore au rendez-vous ? Parviendront-ils enfin, au crépuscule de leur vie, à redonner un sens à ces années d'espoir sans trêve ? Jérôme et Cécile, à la recherche du temps perdu, réussiront-ils à reprendre leur vie là où la guerre l'avait laissée ?
Commence alors une quête. La quête de l'amour, du bonheur et de la sérénité. La quête de la vie !
Et puis il y a François, le petit-fils, et Sébastien, un adolescent frondeur à qui la vie ne fait aucun cadeau. Amer, blessé, il a choisi la rue parce que personne ne l'a choisi. François arrivera-t-il à faire une différence dans la vie de Sébastien ?"





Mon avis : 

Ce livre étant un service de presse reçu dans le cadre de mon poste de chroniqueuse chez Songe d'une nuit d'été, vous pouvez donc retrouver ma chronique sur le site, ici !

dimanche 5 juin 2016

TAG de la PAL (2e édition Pocket Jeunesse) !

Envie soudaine de faire un TAG alors j'ai choisi celui-ci, chaque réponse à une question vaut un point, voyons si ma PAL est si catastrophique que ça...







Avez-vous dans votre PAL...?

1) Un livre qui se passe à Paris
=> Le père Goriot, de Balzac

2) Un livre écrit au XXe siècle

=> La guerre de Troie n'aura pas lieu, de Jean Giraudoux

3) Un dernier tome de série

=> Winter, de Marissa Meyer

4) Un livre dont vous repoussez sans cesse la lecture

=> Le temps des amours, de Marcel Pagnol (et sans raison en plus)

5) Un livre young adult

=> Cet été-là, de Sarah Ockler (mais il sort de la PAL cette semaine !)

6) Un livre qui vient de paraître (sorti en librairie depuis maximum 2 mois)

=> Un doux pardon, de Lori Nelson Spielman (en même temps avec le webzine...)

7) Un livre avec une couverture verte

=> Memorex, de Cindy van Wilder

8) Un livre acheté sur un coup de tête

=> IRL, d'Agnès Marot (alors que je l'avais déjà sur liseuse...)

9) Un livre de votre genre préféré

Je n'ai pas vraiment de genre préféré alors on va dire que non ^^

10) Un livre policier

=> Les Apparences, de Gillian Flynn

11) Un livre de science-fiction

=> L'adjacent, de Christopher Priest

12) Un livre avec des vampires

=> Anno Dracula, de Kim Newman

13) Un livre avec une histoire d'amour

=> Outlander 4, de Diana Gabaldon

14) Un livre avec une histoire de famille

=> Le pays du nuage blanc, de Sarah Lark (il me semble que ça s'étale sur plusieurs générations)

15) Un livre avec des magiciens ou des sorciers

=> Fils des Brumes, de Brandon Sanderson

16) Un livre avec des fées

=> Oniria 3, de B.F. Parry

17) Un livre avec un titre de plus de 5 mots

=> Au service surnaturel de sa majesté, de Daniel O'Malley

18) Un livre qui a un sous-titre

Non ! Enfin une réponse négative ! Youhou !

19) Un livre dont le titre commence par la dernière lettre de votre prénom

=> Nana, de Zola 

20) Un livre de plus de 450 pages

=> Outlander 6, de Diana Gabaldon (près de 1500 pages)

21) Un livre qui se passe au XIXe siècle

=> Le pays des contes 4, de Chris Colfer

22) Un livre qui n'est pas un roman

=> Théâtre complet, de Shakespeare

23) Un livre d'un auteur scandinave

=> Le vieux qui ne voulait pas fêter son annversaire, Jonas Jonasson (vive la Suède !)

24) Un livre avec une couverture pastel

Ca ne me dit rien...

25) Un livre avec des fleurs sur la couverture

=> Rêveries du promeneur solitaire, de J.J. Rousseau

26) Un livre que vous avez déjà commencé puis abandonné rapidement

Et non !

27) Un livre dont vous avez vu l'adaptation cinématographique

Et non plus ! Toujours lire le livre avant !

28) Un livre dédicacé

=> Rue des voleurs, de Mathias Enard

29) Un Pocket Jeunesse grand format

=> Les secrets de l'immortel Nicolas Flamel 6, de Michael Scott

30) Un Pocket Jeunesse poche

Et non ! 

De 0 à 5 points: votre PAL est quasiment vide! Applaudissements, ola, standing ovation! Respect total.

De 5 à 15: vous gardez le contrôle. Vous savez vous montrer raisonnable. Félicitations!
De 15 à 25: vous accumulez les livres. Vous n'avez pas encore atteint une condition critique, mais vous avez de la lecture en prévision!
de 25 à 30: avouez, vous avez arrêté de compter les livres de votre PAL. Vous en êtes à ce point!


Bon....Je suis à 25... Mais je n'ai pas arrêté de compter les livres ! J'en ai 163 et ça baisse un peu plus chaque semaine car j'achètes beaucoup moins ! Et puis avouez, ça montre surtout que je lis de tout tout tout ! 

Et vous ? C'est quoi votre score ? 

samedi 4 juin 2016

Gate : Au-delà de la porte 1, Satoru Sao & Takumi Yanai

Titre : Au-delà de la porte
Auteurs : Satoru Sao & Takumi Yanai
Edition : Ototo
Pages : 220
Prix : 7,99€
4e de couverture : "En plein centre de Ginza, à Tokyo, une porte géante apparaît. En déferlent des hordes de soldats, monstres et dragons venus d'un autre âge et dont l'invasion est stoppée par les Forces japonaises d'autodéfense. La contre-attaque ne se fait pas attendre : un petit contingent de troupes nipponnes est envoyé de l'autre côté de la porte pour y découvrir un pays de magie, d'elfes et de trolls. Yoji Itami, soldat et fier otaku, fait partie de cette expédition en route pour découvrir ce nouveau monde et braver ses nombreux dangers ! Un Stargate à la japonaise qui oppose un Japon contemporain à un Empire antique habité d'humains et de créatures fantastiques ! Au-delà d'une guerre entre deux mondes, Gate développe son intrigue sur un fond de politique internationale où le Japon devra faire face aux déstabilisations et manigances des autres grandes puissances terriennes."




Mon avis : 

Le résumé très tentant et original m’a fait postuler pour ce premier tome de manga, et je suis ravie de l’avoir reçu car je n’ai pas été déçue. Je remercie fortement Livraddict et les éditions Ototo pour m'avoir permis de lire ce manga !

Je vous préviens tout de suite, l’action commence directement, il n’y a pas de mise en place des personnages ! Dès la première page, c’est l’irruption de dragons dans un quartier de Tokyo et le gouvernement qui doit décider quoi faire, tandis qu’on rencontre le personnage principal Yoji alors qu’il aide les blessés.

L’univers qui a été créé est juste dingue je trouve. L’idée de faire coincider deux mondes totalement différents avec des vues modernes est très intéressantes car outre le choc des cultures, on remet au gout du jour l’Histoire des grandes conquêtes. Car ici les auteurs ont inséré de nombreuses réflexions politiques intéressantes : comment réagiraient les pays à l’afflux des richesses d’un nouveau monde ? Qui doit y avoir accès ?

Ce sont également des intrigues politiques internes à ce nouveau monde et qui restent encore floues qu’il faut comprendre : pourquoi avoir attaqué ? Qui est l’empereur ? Quelle est la carte de cet univers ? Et surtout, la question principale : qui a ouvert la porte entre les mondes ?

Au niveau des personnages, nous y rencontrons les principaux : Yoji le militaire, son équipe, une elfe qui a perdu son père pendant l’attaque d’un dragon, une élève en je ne sais pas quoi, une demi-déesse et la fille de l’empereur. Le tout est ponctué de petites doses d’humour bienvenues dans cet univers à feu et à sang, notamment la rencontre avec la fille de l’empereur qui m’a bien fait rire !

Clairement ce premier tome soulève beaucoup de questions mais apporte peu de réponses : on y voit surtout les premiers contacts entre les deux civilisations. Je me demande ce que donnera la suite, et il me tarde de me la procurer, un bon 16/20.